Des recettes pour afficher complet


Édition du 14 Mai 2016

Des recettes pour afficher complet


Édition du 14 Mai 2016

Par Claudine Hébert

Les 425 billets pour le Bal masqué de Gatineau ont trouvé preneur en seulement un mois. [Photo : Teixeira photographie]

Tous les organisateurs rêvent de voir leurs événements afficher complet. Voici quelques-uns d'entre eux qui ont réussi dans les derniers mois.

Masques et adresse cachée

Que diriez-vous d'une chic soirée masquée ? À une adresse qu'on vous dévoile seulement 24 heures à l'avance ? Ces deux ingrédients ont propulsé le Bal masqué de Gatineau au palmarès des meilleures soirées de gala de la région de la capitale fédérale depuis deux ans. L'événement, qui s'est déroulé le 29 avril, a fait salle comble. «Les 425 billets, vendus de 100 à 125 $, ont trouvé preneur en un mois», dit Marianne Trotier, l'organisatrice de l'événement. L'édition 2016 se déroulait dans le vaste bureau des ventes du projet immobilier Zibi, au coeur du Vieux-Hull. L'an dernier, seulement 250 convives avaient pu prendre part à l'événement qui avait eu lieu à la galerie d'art Axe Neo-7, dans le secteur Hull, faute d'espace.

«On a un beau défi pour l'an prochain. On cherche déjà une salle inusitée, autre qu'un hôtel conventionnel, pour recevoir 500 personnes», souligne Mme Trotier. Plus de 90 % des participants de la première édition étaient de retour au rendez-vous organisé par les équipes du spa Nordik et l'agence Orkestra. Tous les bénéfices sont versés à la Fondation québécoise du cancer. Cette année, on a récolté près de 26 500 $.

Sur invitation seulement

Lorsqu'on annonce la réouverture d'un restaurant renommé qui a fermé ses portes plus de six mois auparavant, on a besoin d'un grand coup d'éclat. C'est le défi qu'a relevé l'hôtel Estérel en juin 2015 pour souligner l'emménagement du Bistro à Champlain sous son toit. Une partie de la cave à vin (plus de 5 000 bouteilles) du Bistro avait déjà pris le chemin de l'hôtel, et l'âme du restaurant a suivi.

Traversée du lac Masson, de l'ancienne à la nouvelle adresse, assurée par une dizaine de pontons, accueil des convives sur le tapis rouge de quai par la direction de l'hôtel, service de grands vins, bouchées élaborées, visite de la cave, prises de photo avec l'ancien proprio du resto Champlain Charest... L'équipe de l'Estérel a investi plus de 50 000 $ pour que cette soirée marque la renaissance de l'institution culinaire des Laurentides. «Environ 500 clients ainsi que quelques passionnés de vin ont reçu une invitation personnelle pour obtenir une des 180 places disponibles à l'événement. Trois semaines avant la soirée, toutes les places s'étaient envolées», indique la coordonnatrice de la soirée, Isabelle Gagnon. Personne ne savait quel était le programme de la soirée. Seule une convocation à l'ancienne adresse du resto figurait sur l'invitation...

Foie gras et poutine au caplan

Que fait-on à Sept-Îles quand notre événement-bénéfice doit composer avec une rude crise économique ? «On ose demander au chef Martin Picard et à la brigade de sa cabane à sucre du Pied de Cochon de venir préparer le repas», nous répond l'organisateur Bernard Lynch, ex-président de l'Association pour la protection de la rivière Moisie. Le 30 janvier, plus de 400 personnes ont déboursé 150 $ pour participer à ce repas cinq services où poutine au caplan et gâteau au foie gras figuraient parmi la douzaine de plats présentés.

L'année dernière, à peine 278 personnes avaient pris part à la soirée destinée à collecter des fonds pour protéger la rivière Moisie. «On aurait pu vendre 100 billets de plus tellement le tout Sept-Îles voulait participer à cet événement, qui affichait complet trois semaines avant sa tenue», indique M. Lynch. Près d'une trentaine de convives n'étaient jamais venus à cette soirée, malgré ses 25 ans d'existence. L'événement a permis d'amasser plus de 85 000 $.

À lire aussi : Deux autres événements qui ont affiché complet

 

À la une

Le Québec pâtira-t-il de la guerre commerciale verte avec la Chine?

17/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Les producteurs d’acier craignent que la Chine inonde le marché canadien, étant bloquée aux États-Unis.

Bourse: Wall Street finit en ordre dispersé, le Dow Jones clôture au-dessus des 40 000 points

Mis à jour le 17/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé.

À surveiller: AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed

17/05/2024 | Charles Poulin

Que faire avec les titres AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed? Voici des recommandations d’analystes.