Congébec Logistique restera québécoise

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Février 2015

Congébec Logistique restera québécoise

Offert par Les Affaires


Édition du 21 Février 2015

Par Marie-Claude Morin

Quarante ans après avoir fondé Congébec Logistique, une entreprise de Québec employant près de 400 personnes, Laurier Pedneault projetait de vendre le parc immobilier, puis de transférer la compagnie opérante à son fils Nicholas-P. Jusqu'à ce qu'une offre d'achat non sollicitée vienne tout changer.


Un « gros joueur » canadien de l'industrie souhaitait acheter l'ensemble des actifs, y compris l'exploitation. « Ça a été un réveil pour tout le monde », raconte l'homme d'affaires en entrevue. Soudainement, les actionnaires se sont rendu compte que Congébec, numéro un au Québec et numéro deux au Canada dans les services réfrigérés, avait plus de valeur qu'ils ne l'avaient estimé.


Voyant les chiffres, Capital régional et coopératif Desjardins (CRCD) a alors offert au fils Pedneault de racheter toute l'entreprise, en partenariat avec d'autres financiers. Le montant de la transaction est gardé confidentiel, mais considérant que les 12 installations totalisent 1,5 million de pieds carrés d'entrepôts réfrigérés, valant de 125 à 150 $ chacun, on peut l'estimer à environ 200 M$. « On s'est retrouvé à faire un management buy-out d'une envergure beaucoup plus grande que ce qui était prévu au départ », dit Nicholas Pedneault.


L'acquisition a été financée par les actionnaires déjà en place, soit CRCD (qui devient majoritaire avec 70 % des actions) et Investissement Québec (18,5 %), ainsi que Fondaction (9,5 %) et Nicholas Pedneault (2 %). Laurier Pedneault, quant à lui, n'est plus du tout actionnaire et compte bien laisser la voie libre à son fils. Même s'il sera observateur au CA, il n'aura plus de bureau chez Congébec et se consacrera plutôt à d'autres investissements.


Il faut dire que le releveur de 38 ans connaît bien les rouages de Congébec. À son arrivée il y a 17 ans, l'entreprise ne comptait que... 10 employés ! « Disons que j'ai un très, très fort sentiment d'appartenance », dit celui qui a fréquenté l'École d'entrepreneurship de Beauce pour se préparer. « C'était évident depuis le début que Nicholas serait mon successeur. Il a la drive, les compétences et la formation qu'il faut », commente son père.


La famille n'est pas la seule à célébrer. La transaction permet en effet à la coopérative de travailleurs de Congébec d'encaisser ses profits. Près d'une centaine d'employés avaient investi 1 M$ en 2005. L'entreprise n'était pas en difficulté, mais le fondateur souhaitait diversifier ses investissements.


Dix ans plus tard, et alors que plusieurs d'entre eux prendront bientôt leur retraite, les membres de la coop récolteront quatre fois leur mise, indiquent les Pedneault. « Ils nous ont fait confiance. C'est donc normal de leur donner leur rendement dans le cadre de cette transaction », dit le pdg.


Ce dernier entend « poursuivre la croissance accélérée » de Congébec. Il souhaite accroître les activités à Toronto et Vancouver, développer davantage les services connexes et explorer de nouveaux créneaux. « Tel père, tel fils ! » comme dit Laurier Pedneault.

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre

À la une

Guerre commerciale : Xi a un atout dans sa manche contre Trump

24/05/2019 | François Normand

ANALYSE - Ces minerais stratégiques pour l'industrie américaine procure un rapport de force à la Chine.

L'inégalité, l'un des principaux enjeux des élections européennes, dit Olivier Royant du Paris Match

25/05/2019 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. La place de la politique régionale grandit dans la publication, qui s'intéresse à «l'aventure humaine».

Bourse: mieux vaut parfois ne rien faire

Mis à jour le 25/05/2019 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Les conseils affluent en pleine guerre commerciale. Même les pros ne savent pas sur quel pied danser.