Une histoire de pièces automobiles et... de ténacité !

Publié le 13/11/2010 à 00:00, mis à jour le 12/11/2010 à 12:08

Une histoire de pièces automobiles et... de ténacité !

Publié le 13/11/2010 à 00:00, mis à jour le 12/11/2010 à 12:08

Quand Jacques Michel a lancé JNPSoft avec son ami Nat Di Censo, en 2002, il se donnait cinq ans pour devenir millionnaire et jouer au golf. Petit contretemps : ce n'est qu'en décembre 2009 que M. Di Censo a pu quitter son emploi pour s'occuper de JNPSoft à temps plein. Quant à M. Michel, le grand saut se fera dans deux ans.

Même si leur union a survécu en dépit de toutes les nuits passées au bureau et qu'ils aient réussi à garder la plupart de leurs amis, les deux hommes d'affaires avouent que, s'ils avaient su ce qui les attendaient, ils n'auraient pas plongé.

Le produit

Le logiciel PartCat de JNPSoft s'adresse aux fabricants de pièces d'autos de remplacement, comme Royal Dutch Shell, Standard Motor Products, Centric Parts, Walker Products, Denso Corp. etc. La PME compte 44 clients au total; 12 d'entre eux figurent dans la liste AASA Top 100 Automative Aftermarket Suppliers en Amérique du Nord, un client se trouve en Turquie, deux, en Allemagne et deux, au Brésil.

Leur logiciel sert à déterminer sur quels modèles de quelles années va chaque nouvelle pièce produite par un fabricant et à acheminer cette information aux distributeurs, c'est-à-dire les Canadian Tire, CarQuest, UAP et Uni-Sélect de ce monde. Le logiciel contient les informations relatives à toutes les pièces de presque tous les modèles de voitures, certains remontant même à 1896. Le logiciel PartCat permet d'accélérer et d'uniformiser ces échanges d'informations. Tout cela se faisait sur papier auparavant !

À la une

Eric Girard présentera une mise à jour économique le 25 novembre

Mis à jour à 14:52 | La Presse Canadienne

L'accent sera mis sur la pénurie de main-d'oeuvre. D'autres détails suivront.

Eric Girard défend l'investissement d'IQ dans la firme White Star

Mis à jour à 12:15 | La Presse Canadienne

La firme White Star fait des affaires à Guernesey, île reconnue comme un paradis fiscal.

L'action de Shaw pourrait reculer si l'entente avec Rogers échouait, dit un analyste

Le cours de l’action de Shaw a reculé à environ 35,00 $ après qu’une lutte de pouvoir s’est installée au CA de Rogers.