Rien à perdre, tout à apprendre


Édition du 09 Décembre 2017

Entreprendre à... 25 ans

Série 1 de 3

Y a-t-il vraiment un âge pour se lancer en affaires ? Doit-on miser sur l'énergie de la jeunesse ou la sagesse de l'expérience ? Les Affaires se penche sur les réalités entourant la vie d'un entrepreneur à 25 ans, à 35 ans et à 55 ans.

Le gouvernement québécois a beaucoup mis l'accent sur la promotion de l'entrepreneuriat auprès des jeunes ces dernières années, et a remporté un certain succès. Quels sont les avantages et les défis des entrepreneurs dans la vingtaine ?

«Nous sommes toujours en train de travailler sur notre entreprise, ça exige un temps fou, admet Alyeska Guillaud, cofondatrice du commerce en ligne Le Coffret de Rachel. C'est un avantage d'être jeune et de ne pas encore avoir d'enfants. Nous pouvons nous investir à 100 %.»

Mme Guillaud a fondé le Coffret de Rachel en 2014, à l'âge de 25 ans, avec deux amies dans la vingtaine. Elles avaient du temps, mais moins d'argent, un vrai défi. «Nous vendons un produit, il y a donc des dépenses à engager avant la première vente», explique-t-elle. Heureusement, l'aventure a rapidement décollé et les ventes ont quadruplé

Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

À la une: qu'y a-t-il sous le capot de Tesla?

Édition du 23 Septembre 2020 | Les Affaires

Peu de choses soulèvent autant de débats passionnés à la Bourse que l’action de l’entreprise d’Elon Musk.

Comment peut-on amadouer le crédit?

Édition du 23 Septembre 2020 | Catherine Charron

BALADO. La crise de la COVID-19 crée un stress financier important sur les entreprises.

À la une

À surveiller: AGF Management, Cascades, Costco

Que faire avec les titres d'AGF, Cascades et Costco? Voici quelques recommandations d’analystes.

Montréal et Québec, bientôt des zones rouges

Mis à jour à 09:32 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Le premier ministre François Legault pourrait en faire l’annonce à 17h30.

Dimanche, dernière journée de la PCU

Ottawa s’attend maintenant à ce que trois des quatre millions de prestataires de la PCU passent à l’assurance-emploi.