Mylo veut aider les Canadiens à épargner


Édition du 12 Novembre 2016

Mylo veut aider les Canadiens à épargner


Édition du 12 Novembre 2016

Philip Barrar, président de Mylo.

Philip Barrar est originaire de la région de Boston. Lorsqu'il s'installe à Montréal en 2008 pour poursuivre ses études à l'Université Concordia, il constate qu'il y a très peu d'applications financières au Canada, contrairement aux États-Unis. Dans les années qui suivent, il gère ses finances de près, car il souhaite épargner pour fonder une entreprise. L'idée lui vient alors de créer une application axée sur l'épargne et les conseils financiers.

«L'objectif de Mylo est d'aider les gens à atteindre leurs objectifs financiers, explique le président fondateur, Philip Barrar. Au Canada, plus de la moitié des 18-34 ans n'ont même pas 1 000 $ d'épargne, et ce n'est pas nécessairement par manque d'argent. C'est parce qu'ils n'ont pas de stratégie d'épargne.»

Le premier service offert par Mylo : se jumeler aux cartes de crédit et de débit des consommateurs afin d'arrondir chacune de leurs dépenses, puis d'investir le tout dans cinq différents portefeuilles de fonds négociés en Bourse. Autrement dit, votre café vous coûte 2,75 $ ? Mylo arrondit la somme à 3 $ et investit la différence de 0,25 $.

Mylo peut aussi proposer certains conseils financiers. Par exemple, si vous avez une dette pour laquelle vous payez des intérêts de 19,9 %, Mylo pourrait vous suggérer un transfert à un autre prêteur à un taux d'intérêt moins abusif. Tous les services de Mylo sont gratuits pour les usagers, mais Mylo pourrait toucher une commission de référencement si un client décide d'accepter l'offre.

Les faits

Selon OMERS Ventures, il y aurait 100 start-up dans le domaine des technologies financières (fintech) au Canada, lesquelles auraient recueilli plus d'un milliard de dollars de financement depuis 2010. Mondialement, selon KPMG, leur financement a été multiplié par sept au cours des trois dernières années, atteignant 20 G$ US en 2015.

Mylo

Mylo a été lancé en partenariat avec le fonds Ferst Capital Partners, pour lequel Philip Barrar agit à titre d'«entrepreneur en résidence». Elle partage huit employés avec ce fonds, et compte huit autres employés à temps plein. Elle prévoit investir deux millions de dollars au cours des prochains mois pour valider son modèle d'entreprise.

Le défi

Construire un service qui réponde aux attentes d'utilisateurs de nouvelles technologies tout en se conformant à la réglementation des autorités financières provinciales. Philip Barrar se félicite du fait que Mylo ait développé une application qui permet à un utilisateur de s'inscrire en moins de trois minutes, tout étant conforme.

À lire aussi :

Dix secteurs pour entreprendre

FilmOrganic crée un paillis de plastique biodégradable

Hykso compte les coups de poing

Mnubo fait parler les données

Elipto offre le drone aux entreprises

Smooch dépoussière les communications avec la clientèle

Homehunt déniche la propriété de vos rêves

Retinad aide à optimiser les applications

Troadey démocratise l'impression 3D

FrontFundr branche les investisseurs aux entreprises

À la une

Bourse: Wall Street finit contrastée, nouveaux records pour Nasdaq et S&P 500

Mis à jour le 13/06/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le TSX est en baisse de 1,2% et Wall Street est mitigé.

À surveiller: Dollarama, Manuvie et Canadian Natural Resources

13/06/2024 | lesaffaires.com

Que faire avec les titres de Dollarama, Manuvie et Canadian Natural Resourc? Voici quelques recommandations d’analystes.

Bourse: les gagnants et les perdants du 13 juin

Mis à jour le 13/06/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.