Entrevue n°216: Monica Dodi, pdg, Women's Venture Capital Fund


Édition du 06 Septembre 2014

Entrevue n°216: Monica Dodi, pdg, Women's Venture Capital Fund


Édition du 06 Septembre 2014

Par Diane Bérard

«Les femmes sont le nouveau marché émergent, plus que la Chine, le Brésil et l'Inde réunis»- Monica Dodi, pdg, Women's Venture Capital Fund

Monica Dodi n'a jamais frappé le plafond de verre. Cofondatrice de MTV Europe, elle a aussi piloté la division des produits dérivés de Disney pendant l'euphorie La Belle et la Bête et Le Roi Lion. En pénétrant l'univers du capital-risque, elle découvre «un univers masculin qui investit trop peu dans les femmes», dit-elle. Elle lance le Women's Venture Capital Fund pour corriger la situation.

Diane Bérard - Vous lancez le premier fonds d'investissement dirigé vers les femmes, le Women's Venture Capital Fund. Pourquoi investissez-vous dans des entreprises gérées par des femmes ?

Monica Dodi - La plupart des grandes entreprises sont gérées par des hommes. Or, ces organisations n'arrivent pas à satisfaire le plus important marché de consommateurs de la planète : les femmes. Elles constituent le nouveau marché émergent. Un marché plus important que le Brésil, la Chine et l'Inde réunis. Et 90 % des femmes se disent insatisfaites des produits qu'on leur propose. Elles citent, entre autres, les produits financiers, les produits électriques et électroniques et les automobiles. J'en conclus qu'une diversification des équipes de direction ne ferait pas de tort. C'est l'objectif du Women's Venture Capital Fund, de Los Angeles.

D.B. - Il y a longtemps qu'on répète que 80 % des décisions d'achat sont prises par des femmes. Pourquoi se soucier maintenant de satisfaire cette clientèle ?

M.D. - Nous étions guidés par l'intuition, maintenant nous avons des données et des faits. Je compare cette situation à la recherche médicale. Nous avons longtemps traité la santé des hommes et des femmes de la même façon. Normal, la recherche médicale n'était faite que par des hommes. Lorsque des femmes ont commencé à s'y intéresser, les perceptions ont évolué. On s'est rendu compte que la santé des femmes ne pouvait pas être abordée comme celle des hommes. Aujourd'hui, il en va de même de la consommation des femmes.

D.B. - Vous avez notamment cofondé MTV Europe, lancé Asylum, la filiale divertissement d'AOL, et géré la filiale des produits dérivés de Disney. Une carrière réussie. Pourquoi ce besoin de démarrer un fonds favorisant les femmes ?

M.D. - J'ai eu une belle carrière au sein d'entreprises stimulantes. On ne m'a jamais mise de côté au moment des promotions. Mais le monde du travail ne se limite pas à ma personne. Au fil des années, j'ai découvert un univers imperméable à la diversité : le capital-risque. Et particulièrement le capital-risque destiné aux sociétés de technologie. À peine 10 % des investissements vont à des équipes dont un des membres est une femme. J'ai du temps et un bon réseau, je veux contribuer à corriger ce déséquilibre avec notre fonds.

D.B. - Donc, vous n'investissez que dans des sociétés ayant une femme pdg ? N'est-ce pas limité comme perspective ?

M.D. - Le Women's Venture Capital Fund investit dans des sociétés dont l'équipe de direction est diversifiée. Il peut y avoir une ou plusieurs femmes cadres. Le nom que nous avons donné à notre fonds visait à rassurer les femmes, qu'elles se sentent à l'aise de cogner à notre porte. Je ne vous cacherai pas qu'il s'agit aussi d'un coup de marketing, une question de branding. Nous désirions attirer l'attention en créant une image forte. Ça fonctionne plutôt bien, à un détail près : plusieurs croient que nous sommes un organisme à but non lucratif... Comme si le fait de financer des entrepreneures ne pouvait être lié au profit ! J'ai démarré ce fonds parce que j'estime qu'il sera rentable.

D.B. - Comment a-t-on réagi au lancement du Women's Venture Capital Fund ?

M.D. - Nous avons été critiquées. «L'investissement doit reposer sur des critères objectifs, m'a-t-on dit. Il ne doit pas tenir compte du genre des protagonistes. Il faut s'en tenir aux chiffres.» Si c'était vrai, alors pourquoi investit-on si peu dans les projets d'entrepreneures ?

D.B. - N'en fait-on pas un peu trop ? Les femmes sont de meilleures gestionnaires, elles pensent à plus long terme, elles se soucient davantage de leurs employés...

M.D. - Je suis d'accord avec vous. J'ai une nature plutôt cartésienne et je tente d'éviter les généralisations. Les pdg masculins viennent en plusieurs formats. Ainsi, Bill Gates est timide mais Steve Jobs ne l'était pas. Et les traits dits féminins et masculins ne se limitent pas nécessairement à un sexe.

À la une

Le budget fédéral devrait indiquer comment le gouvernement paiera ses dépenses

Il y a 6 minutes | La Presse Canadienne

La ministre des Finances, Chrystia Freeland, a promis que le déficit ne croîtrait pas.

L'art de composer avec la météo sur les terrains de golf

20/03/2024 | Claudine Hébert

INDUSTRIE DU GOLF. Les clubs de golf doivent ajuster leur mode d'opération et leurs stratégies marketing.

Cinq suggestions pour «pimper» votre tournoi de golf

20/03/2024 | Claudine Hébert

INDUSTRIE DU GOLF. Voici cinq entreprises qui ont ce qu'il faut pour surprendre vos participants.