La conquête de Dialogue


Édition de Juin 2022

La conquête de Dialogue


Édition de Juin 2022

Un cellulaire avec le logo de Dialogue

(Photo: courtoisie)

PLAN DE MATCH. Depuis son entrée en Bourse au printemps 2021, la société de services de télémédecine montréalaise Dialogue technologies de la santé (CARE, 4,05 $) a vu son titre chuter semaine après semaine. Férocement centrée sur la croissance, l’entreprise espère toutefois renverser la vapeur en exécutant une stratégie qui implique notamment d’exporter vers l’Europe… mais pas seulement. Voici les détails de son ambitieux plan.

Les chiffres parlent. Dans le cas de Dialogue, qui commercialise sa plateforme auprès des entre-prises et des assureurs, ils ont du positif à dire.

Au premier trimestre de 2022, par exemple, le nombre de membres, soit les personnes faisant partie de la clientèle de l’entreprise et ayant le droit à une prestation de services par l’entremise de la plateforme, a dépassé la barre symbolique des deux millions. Il s’agit d’une augmentation de près de 800 000 (61,4 %) par rapport à l’année précédente, et d’environ 200 000 (10,7 %) par rapport au quatrième trimestre de 2021. Les revenus, eux, ont bondi de 35,8 % par rapport à l’exercice précédent, pour s’établir à 20,7 millions de dollars (M $).

Dans un rapport d’iA Marchés des capitaux rendu public le 10 mai, après la publication des résultats trimestriels, les analystes Chelsea Stellick, Paul Stewardson et Christopher Pu ont même noté que «Dialogue a créé, tout simplement, la plateforme de télésanté de la plus haute qualité au Canada».

Tout n’est toutefois pas rose. Dialogue a aussi encaissé une perte avant intérêts, impôts et amortissement de 5,7 M $. À la même période l’an dernier, la perte était de 5 M $. Pour une entreprise qui est encore en phase de croissance, ces chiffres ne sont pas nécessairement alarmants. L’augmentation est d’ailleurs principalement due à une hausse prévue des charges d’exploitation visant à soutenir la croissance de l’entreprise, au développement de la plateforme technologique et de nouveaux services, et à assurer la pérennité de la structure de société à capital ouvert.

Cela dit, les investisseurs n’ont pas semblé convaincus. Le 6 mai, la journée avant le dévoilement des résultats, le titre de Dialogue s’échangeait à 4,92 $à la fermeture. Trois jours après le dévoilement, le titre avait chuté sous la basse des 4,00 $, pour s’établir à 3,95 $. Cette baisse est survenue après une longue dégringolade du titre:celui-ci valait 17,70 $au 1er avril 2021, le sommet atteint après l’inscription de la société en Bourse, le 30 mars 2021, au prix de 12,00 $l’action.

 

Une acquisition à intégrer

La plateforme de télémédecine de Dialogue offre actuellement quatre services aux membres qui y ont accès:consultation médicale, programme de santé mentale, programme d’aide aux employés et services de santé et sécurité au travail.

Peu après sa fondation, en 2016, l’entreprise n’offrait que la consultation médicale sur sa plateforme. Avec le temps, elle a réalisé qu’il y avait des avantages à offrir une multitude de services au même endroit, raconte Cherif Habib, cofondateur et chef de la direction.

«Il y a un an, on a donc commencé à se concentrer sur la prévention, dit-il. On veut aller en amont. C’est pour ça qu’on a acquis, il y a quelques semaines, la société Tictrac.»

Fondée en 2010, cette entreprise offre un logiciel-service qui fournit une plate-forme de santé et de bien-être aidant ses utilisateurs à vivre une vie plus saine. Pour l’année qui vient, l’intégration de cette acquisition sera le défi principal de Dialogue.

«Notre stratégie consiste à intégrer non seulement Tictrac, mais le service lui-même, explique Cherif Habib. On ne veut pas une collection, une agrégation de services sur des plateformes différentes. On veut plutôt intégrer le service à notre plateforme.»

Cela impliquera certainement quelques défis technologies, mais le chef de la direction n’est pas inquiet à cet égard:«Tictrac et nos équipes ont fait des choix technologiques similaires, alors l’intégration devrait être aisée.»Le vrai défi sera plutôt celui de la culture et des communications:Tictrac est basée à Londres. Dialogue a toutefois déjà commencé à faire venir des équipes de Titrac à Montréal, et vice-versa, afin d’atteindre son objectif plus large d’assurer un bon alignement du point de vue de la culture d’entreprise.

Se basant sur la méthodologie Organizational Growth Indicator (Indicateur de croissance organisationnelle), l’entreprise a aussi lancé un sondage interne visant à relever les différences et les complémentarités dans les deux cultures.

«On veut apprendre à travailler ensemble, dit Cherif Habib. C’est cliché de le dire, peut-être, mais nombre d’acquisitions ont échoué à cause d’un mauvais fit. C’est pour ça qu’on y a réfléchi très tôt dans le processus, en passant notamment beaucoup de temps avec la direction, et qu’on continue de s’en préoccuper.»

 

Des services pourraient s’ajouter d’ici cinq ans

L’acquisition de nouvelles entreprises et l’ajout de nouveaux services sont sur la table de Dialogue. Mais ce ne sera pas pour tout de suite.

Avec l’intégration de Tictrac qui reste à mettre en oeuvre, de même que la taille et l’importance stratégique de celle-ci, la réalisation d’une nouvelle acquisition cette année serait peut-être trop ambitieuse, évalue Cherif Habib.

«On est patients. On préfère la qualité à la quantité. On ne laisserait pas passer une belle occasion si on trouvait la perle rare qui cadrerait exactement dans notre stratégie, mais on focalisera davantage à intégrer parfaitement Tictrac. D’ici cinq ans, on prévoit par contre offrir une dizaine de services.»

Dialogue ne dévoile pas les services exacts qu’elle convoite avant de les lancer. Cherif Habib donne cependant quelques indices:«Pensons à ce qui touche à la prévention, au diagnostic, au retour au travail et à la gestion de l’invalidité, entre autres. Bref, tout ce qui pourrait aider un employeur à sou-tenir ses employés.»

C’est d’ailleurs en discutant avec ses clients et partenaires — des entreprises et des assureurs — qu’elle élabore sa feuille de route. Ce sont eux, par exemple, qui ont mis Dialogue sur l a piste de la santé mentale et du bien-être. L’entreprise est d’ailleurs en discussion actuellement afin de préciser la suite des choses, note le chef de la direction.

«On essaie de voir quels sont leurs besoins et où ils ont besoin de sauver de l’argent ou de mieux soutenir leurs employés.»

 

Des rêves d’exportation

Cherif Habib ajoute que la réglementation des services est un autre facteur qui entre en ligne de compte lorsque vient le temps de réfléchir aux services à ajouter à la plateforme.

«Pour moi, d’un point de vue plus personnel, ç’a toujours été un rêve d’exporter le savoir-faire canadien en matière de santé, dit-il. Dialogue aimerait être un exemple de réussite à cet égard dans les années à venir.»Les lois qui encadrent l’offre de services de télémédecine sont cependant parfois contraignantes, et certains services sont plus faciles à offrir — c’est-àdire moins réglementés — que d’autres à l’étranger.

Comme Dialogue a déjà les pieds en Europe en raison de diverses acquisitions — Tictrac, au Royaume-Uni et Argumed Consulting Group GmbH en Allemagne —, c’est d’abord ce territoire qu’elle compte développer. Les États-Unis sont moins importants pour l’instant.

 

Tourné vers la croissance

Interrogé sur la baisse du titre, Cherif Habib demeure sans équivoque:«C’est certain qu’on n’aime pas voir ça.»Il juge toutefois que le recul est une malchance qui s’explique en bonne partie par la correction qu’a subi plus largement le secteur technologique des entreprises de croissance. Pour l’instant, aucune sortie de la Bourse n’a donc été envisagée en interne.

«On n’est pas entré en Bourse pour en sortir à l’intérieur de douze mois», confie le chef de la direction. Quant à la perte nette qui s’est accentuée ce trimestre, l’entreprise compte «tourner le coin»et transformer ceux-ci en bénéfices dans la deuxième moitié de 2023.

«Au moment de notre entrée en Bourse, on a présenté un plan de match pour les trois années à venir, et 14 mois plus tard, on l’a exécuté parfaitement, dit Cherif Habib. Avec un bilan solide et aucun besoin d’obtenir des fonds supplémentaires pour financer nos activités, je ne suis pas inquiet pour notre avenir.»

À la une

Bourse: Wall Street clôture en ordre dispersé en attendant l’inflation

Mis à jour le 08/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Toronto a légèrement augmenté lors d’une journée plutôt calme du côté des négociations.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

08/08/2022 | Refinitiv

Voici les gagnants et les perdants du jour.

À surveiller: Héroux-Devtek, BCE et Canadian Natural Resources

08/08/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Héroux-Devtek, BCE et Canadian Natural Resources ? Voici quelques recommandations ...