Heureusement, ils avaient un contrat!


Édition du 12 Février 2020

Heureusement, ils avaient un contrat!


Édition du 12 Février 2020

Par Claudine Hébert

(Photo: 123RF)

En 2014, lorsque le chef Danny St-Pierre a quitté la cuisine du restaurant Auguste - et sa conjointe partenaire Anik Beaudoin -, beaucoup de clients, y compris la vingtaine d'employés, ont cru que l'établissement de Sherbrooke, fermerait ses portes. « Ç'aurait probablement été le cas s'il n'y avait pas eu un contrat d'affaires entre Danny et moi », soutient Mme Beaudoin, aujourd'hui propriétaire unique du restaurant. Dès le départ de cette aventure, en 2008, les deux parties, qui étaient en couple depuis sept ans et parent d'une toute petite fille, n'avaient pas hésité à signer un contrat. « Issue d'une famille baignant dans les affaires immobilières, la notion du contrat entre partenaires était un naturel pour moi que je me lance en affaires avec mon chum ou un ami », partage la propriétaire. Contrat ou pas, elle reconnaît que la transition a été houleuse. « Qu'on le veuille ou non, les émotions s'invitent dans le processus. Les employés sont inquiets. Ça demande de la maturité de mettre fin à une relation d'affaires et amoureuse à la fois. Ça aide d'être bien entourée de professionnels qui te disent : prends du recul, prends la nuit pour réfléchir et respire par le nez. » Au final, Mme Beaudoin a pu racheter les parts et conserver les recettes de son ex-conjoint (telle la poutine inversée) qui ont fait la renommée du restaurant. Ces plats signatures, dit-elle, appartiennent conjointement à Danny et au restaurant Auguste, qui a conservé sa mission et ses valeurs d'origine. À ce propos, beaucoup de gens de son entourage ont suggéré à Mme Beaudoin d'aller chercher un autre chef vedette. « Ce que j'ai refusé de faire. Aujourd'hui, c'est l'équipe entière qui porte le nom et la réputation du resto sur ses épaules. »

 

Combien sont-ils ?

Difficile de chiffrer combien on trouve de ces couples entrepreneurs au Québec. Les statistiques sont rares sur le sujet. Les couples entrepreneurs sont néanmoins nombreux dans plusieurs secteurs, notamment l'agriculture (agrotourisme), la restauration, le commerce de détail, les attractions touristiques et les entreprises de services, note Michel Bundock.

 

Une convention entre actionnaires : ça presse !

En amour comme en amitié, la lune de miel en affaires peut prendre fin abruptement. « ­Mieux avoir en main une convention entre actionnaires claire et précise pour affronter les tempêtes », avertit l’avocate ­Anne-Edma ­Louis. Cette dernière dirige depuis 2015 le cabinet ­Amlea ­Avocats, à ­Montréal, qui se spécialise en droit des affaires et en fiscalité.

Il est beaucoup plus facile, ­dit-elle, d’aborder ce sujet quand tout baigne dans l’huile que lorsque surviennent les difficultés. « ­Mais parce qu’il y a justement ce sentiment de proximité entre les parties lors de la création du partenariat, qu’il soit amical ou amoureux, la plupart des associés font l’erreur de douter de la pertinence de ce document. Ils ont tendance à se croire moins à risque que les autres », ­observe-t-elle.

Or, plusieurs points devraient avoir été mis au clair avant le moindre investissement. Les partenaires doivent prévoir ce qui surviendra s’il y a une séparation, un décès ou si un des actionnaires veut simplement quitter l’aventure, conseille l’avocate. « ­Qu’­arrive-t-il si un des deux partenaires veut en impliquer un troisième ? ­Quelles seront les modalités de rachat des parts si un des deux veut vendre ? ­À ce propos, il vaut mieux prévoir dès le départ qui aura le droit de premier regard sur le rachat des parts et à quel prix », souligne ­Mme ­Louis, qui partage sur son blogue ­Réduire ses impôts les principaux points que devrait inclure une convention entre actionnaires.

Le contrat, ­précise-t-elle, doit aussi indiquer les délimitations de chacun des partenaires. « ­Au sein de l’entreprise, chacun partage des informations privilégiées. À la suite d’une séparation entre les partenaires, on ne veut surtout pas que l’autre recrée le même type d’entreprise à deux rues du commerce existant. »

À la une

Quand les Québécois découvraient la Bourse dans nos pages

Édition du 21 Février 2024 | Sophie Chartier

SPÉCIAL 95 ANS. «Des entreprises comme Cascades et Couche-Tard, elles sont extrêmement reconnaissantes envers le REA.»

95 ans d'ambition et d'innovation

Édition du 21 Février 2024 | Marine Thomas

BILLET. Cela fait déjà 95 ans que le journal «Les Affaires» informe les décideurs du Québec.

Bourse: Wall Street reprend son souffle et finit en baisse

Mis à jour le 26/02/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a terminé en baisse.