En matière d'exportations, Soucy se lance... et compte


Édition du 11 Mars 2017

En matière d'exportations, Soucy se lance... et compte


Édition du 11 Mars 2017

Éric Côté, pdg du Groupe Soucy, est le neveu du fondateur de l’entreprise, Gilles Soucy.

LES GRANDS EXPORTATEURS
En complément de chaque Focus régional, découvrez le portrait d'une entreprise locale dont le chiffre d'affaires repose principalement sur l'exportation.

Ce n'est pas la plus grosse production du Groupe Soucy destinée à l'exportation, mais c'est assurément une des plus connues et une de celles qui fait sa fierté.

Sa filiale Soucy Baron, de Saint-Jérôme, fabrique... les rondelles de hockey officielles de la Ligue nationale, qui sont vendues à Sherwood avant d'être distribuées à la LNH.

La «recette» du mélange de caoutchouc est un secret jalousement gardé, protégé par des brevets. «Depuis au moins 25 ans, 100 % des rondelles qui se retrouvent sur les patinoires de la Ligue viennent de chez nous», dit Éric Côté, pdg du Groupe Soucy et neveu du fondateur, Gilles Soucy.

Ce n'est là qu'une parcelle de ce que manufacture l'entreprise, devenue au fil du temps le plus important employeur industriel de Drummondville.

Ce n'est pas rien. Longtemps, Drummondville a été le fief de multinationales de produits chimiques (telles que Celanese), du textile (comme Wabasso) et d'autres biens manufacturés. Le château d'eau désaffecté de Sylvania, toujours debout, rappelle ostensiblement cette époque révolue.

Heureusement, les entrepreneurs locaux ont pris la relève et certains ont entrepris sans complexe de conquérir la planète. Comme Soucy.

Aussi à lire dans la série Les grands exportateurs:
Milan Conception a rapidement fait sa place dans le secteur automobile mondial
SIM conquiert le monde en surfant sur les grosses vagues

L'humble PME née en 1967 compte aujourd'hui 13 filiales et emploie plus de 1 600 personnes, dont un millier à Drummondville. Les autres emplois sont répartis ailleurs au Québec (à Rock Forest et à Saint-Jérôme), et jusqu'en Chine, à Shangai. La plus grosse usine du groupe est située à Champlain, dans l'État de New York, mais il ne l'utilise pas encore lui-même. Pour l'instant, il la loue à d'autres exploitants. «Le jour où nous en aurons besoin, elle sera prête», dit Éric Côté.

Sage précaution : Soucy exporte 90 % de sa production, dont plus des deux tiers aux États-Unis. Avec ce qui s'y passe, mieux vaut avoir un pied dans la place...

Une visite au siège social de l'entreprise, à Drummondville, permet de constater l'étendue de la gamme de produits qu'elle peut livrer. On trouve au rez-de-chaussée une salle de montre pas comme les autres.

Oubliez votre image des véhicules tout-terrains classiques. On y voit des engins spectaculaires, étiquetés BRP, Polaris et autres, qui comportent plein de composantes originales produites par les différentes filiales du Groupe Soucy, une authentique entreprise de Drummondville.

Il arrive même qu'on y trouve d'immenses tracteurs, ou même des chars d'assaut qui roulent grâce aux chenilles conçues à Drummondville.

Soucy est devenue avec les années une grande entreprise intégrée verticalement qui travaille à partir de matériaux de base, qu'il s'agisse de caoutchouc, de métal, de plastique, de composite, de polyuréthane ou de textile. Grâce à son réseau de filiales, elle assure le travail de A à Z : idéation, conception, validation, fabrication et distribution. Avec 135 ingénieurs à son compte, elle est bien outillée pour imaginer sans cesse de nouvelles applications.

Ça n'a pas toujours été le cas. Soucy a grandi au départ dans l'orbite de Bombardier, qui lui commandait des chenilles en caoutchouc pour ses motoneiges. On a progressivement délaissé cette production pour aller vers d'autres secteurs en affinant les technologies et en explorant de nouveaux marchés.

Aujourd'hui, le Groupe Soucy se fait valoir dans quatre grands domaines.

La demande pour ses produits industriels ou liés à l'énergie vient surtout des États-Unis.

Elle intervient aussi pour soutenir l'industrie agricole et dessert notamment le Midwest américain en équipant de grosses machineries dans les champs.

Les sports motorisés sont encore dans sa mire, et on a élargi le carnet de commandes : les clients s'appellent BRP, mais aussi Polaris, Harley-Davidson, etc. Et on développe d'autres marchés, par exemple la Russie, avec la présence d'un bureau et d'un centre de distribution à Saint-Pétersbourg.

Finalement, Soucy travaille aussi dans l'industrie militaire (entre autres avec ses systèmes de chenilles) et approvisionne autant l'Europe que l'Asie (Singapour), le Brésil ou l'Afrique du Sud...

Éric Côté est lui-même passé par Bombardier, où il a fait ses classes pendant 16 ans. Il est d'ailleurs né à Valcourt. C'est maintenant lui qui est chargé de faire rouler cette imposante machine en maintenant les concurrents à distance. Avec ses nombreux brevets d'une réputation solidement établie, Soucy est bien en selle. Cependant, il lui faut trouver du renfort.

«Il y a six mois, je faisais l'objet d'un reportage dans Les Affaires où je mentionnais que nous avions une quarantaine de postes à combler. Aujourd'hui, il en reste toujours 40», dit-il.

Il a fallu aller chercher les gens où ils se trouvaient. Les quatre dernières embauches pour des postes techniques ont eu lieu en France, lors d'une mission organisée avec la ville. Un autre séjour, cette fois en Tunisie, a permis d'engager quelques travailleurs qualifiés additionnels.

C'est un heureux problème, mais un problème quand même. Au moment où elle passe le cap des 50 ans, l'entreprise devra être aussi ingénieuse dans son recrutement qu'elle l'est dans ses méthodes de production pour réaliser ses nombreuses ambitions.

À la une

Bourse: Wall Street finit en hausse malgré la torpeur ambiante

Mis à jour le 18/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le secteur énergétique mène la Bourse de Toronto vers le haut.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

18/08/2022 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

Faites partie de notre classement des 300 plus grandes PME du Québec

18/08/2022 | Les Affaires

Pour y figurer en bonne place et ainsi profiter d’une belle visibilité, remplissez notre formulaire.