Efficaces, car plus humains


Édition du 20 Juin 2015

Efficaces, car plus humains


Édition du 20 Juin 2015

Par Olivier Schmouker

[Photo: Shutterstock]

Des heures d'attente aux urgences, des malades alités dans des couloirs d'hôpitaux en attendant de voir un médecin... On le sait, le réseau de santé du Québec est engorgé, ici et là. Des statistiques du ministère de la Santé et des Services sociaux en attestent, à donner froid dans le dos : dans la région de Montréal, par exemple, 27 % des patients se morfondent actuellement depuis plus de deux mois pour pouvoir bénéficier d'une chirurgie oncologique, laquelle vise la plupart du temps à éviter la prolifération des tumeurs, en particulier celles qui caractérisent les cancers du sein, du côlon et de la prostate.

Mille et une mesures ont déjà été prises pour enrayer ce fléau. Avec plus ou moins de succès. Et si, me suis-je dit récemment, au lieu de prendre, comme à chaque fois, le taureau par les cornes, on le prenait autrement, non par la force, mais par l'intelligence. Oui, et si on intervenait non pas sur le réseau de santé, mais sur... les patients eux-mêmes !

«C'est drôle que vous disiez ça, parce que c'est justement une approche sur laquelle nous misons de plus en plus, à Sainte-Justine», souligne Michel Lemay, directeur, qualité, sécurité et risques, du CHU Sainte-Justine. Et de préciser : «Nous nous sommes dit que nous gagnerions sûrement à rendre les enfants et leurs parents actifs dans les soins prodigués. Vraiment actifs».

Toute une amélioration

Le fils de Josée Veillette a été atteint de leucémie en 2006 et a réussi à s'en sortir l'année dernière. Il lui a fallu se battre contre la maladie, avec acharnement. Un combat gagné, en grande partie parce que chaque retour à la maison lui redonnait une énergie folle.

«À force de regarder les infirmières, j'ai compris comment on installait le PICC line, un long tube en plastique [un cathéter] qu'on insère dans une veine située au pli du coude et qui va jusqu'au coeur, raconte la mère, émue. La moindre erreur peut être fatale, mais je me suis dit que je pourrais très bien le faire à la maison. Le CHU m'a formée, et on l'a fait. Vous n'imaginez pas le bien fou que ça a fait à mon garçon de pouvoir rester, grâce à ça, de plus en plus souvent chez nous !»

«Quand l'enfant sent que ses parents - et lui-même - ne sont pas écartés des soins, mais au contraire impliqués à fond dans ceux-ci, c'est sûr que ça augmente son désir de guérir. D'ailleurs, mon fils, à qui on a greffé de la moelle osseuse pour qu'il guérisse du cancer, nous l'a confirmé : il ne s'est jamais senti pris en main, mais en famille tout au long des soins. Ce qui a fait toute une différence, j'en suis convaincue», dit une autre mère, Marie-France Langlet.

Accorder davantage de pouvoir aux patients et à leurs proches, comme à Sainte-Justine, est clairement source de progrès, selon M. Lemay : «Il ne s'agit pas de se délester de certaines tâches, mais bel et bien de rendre nos services plus fluides. Lorsque l'enfant et les siens sont responsabilisés, on note que la durée moyenne d'hospitalisation diminue, que le niveau de stress du patient décroît et même que le nombre d'incidents médicaux fléchit». Il précise que le CHU allait bientôt mesurer avec précision l'ensemble des impacts de cette approche-là, «histoire de voir, entre autres, si cela améliore jusqu'à l'accessibilité des traitements».

L'avenir est donc à l'humanisation des soins, «surtout en cette ère de technologisation à outrance», juge M. Lemay. Une humanisation d'autant plus primordiale que de plus en plus de secteurs économiques sont en passe d'être gagnés par la robotisation : ne dit-on pas que, sous peu, les taxis seront conduits par des robots, ou encore que le service aux tables des restaurants sera l'apanage des robots ?

À la une

Un nouveau modèle d’usine intelligente pour votre entreprise

28/01/2023 | François Normand

ANALYSE. Deloitte lance une usine à Montréal qui fait la démonstration d’activités d’entreposage et de fabrication 4.0.

Bourse: Wall Street termine en hausse

Mis à jour le 27/01/2023 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Toronto est restée pratiquement inchangée pendant la dernière séance de la semaine.

Moins d’aubaines sur le marché boursier qu’on ne pourrait penser

27/01/2023 | Charles Poulin

Si les marchés boursiers ne sont plus surévalués, ils ne sont pas une aubaine pour autant.