Des entreprises québécoises en démarrage tirent leur épingle du jeu durant la pandémie

Publié le 22/03/2021 à 09:16

Des entreprises québécoises en démarrage tirent leur épingle du jeu durant la pandémie

Publié le 22/03/2021 à 09:16

Par La Presse Canadienne
Livraison de repas à domicile

La start-up montréalaise CHK PLZ fait concurrence à UberEats et DoorDash avec son application de livraison de repas. (Photo: 123RF)

Même en ces temps d’incertitude économique, l’écosystème des entreprises en démarrage au Québec est en pleine ébullition. Des entreprises parviennent même à récolter des milliers, voire des millions de dollars en pleine pandémie. 

D’autres se démarquent en faisant parler d’elles parce qu’elles amènent une solution concrète à un problème. 

C’est le cas de l’application mobile de paiement sans contact et de livraison de repas CHK PLZ, qui ose concurrencer les Uber Eats et DoorDash de ce monde sans réclamer une commission aussi importante que les gros joueurs. 

Le Centre Dobson pour l’entrepreneuriat de l’Université McGill, avec le soutien du ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec a lancé lundi une tournée internationale virtuelle pour promouvoir les activités des entreprises en démarrage de son centre. 

L’événement qui réunit 18 jeunes entreprises bat son plein. Après avoir pu explorer le potentiel des marchés nord-américains, les entreprises courtiseront cette semaine plusieurs grandes villes européennes, dont Paris, Londres, Berlin, Milan et Heidelberg, et ce jusqu’à jeudi. 

La professeure et directrice académique du Centre Dobson, Marie-Josée Lamothe, a indiqué en entrevue téléphonique que 450 compagnies profitent de ce pôle d’innovation. 

Elle note une progression des investissements depuis l’an dernier. 

«On peut penser que c’est parce que nos start-ups sont de plus en plus matures, mais on voit aussi qu’il y a un momentum en ce moment», affirme-t-elle.  

Mme Lamothe explique que le centre est ouvert à tous les étudiants de l’université, peu importe leur domaine d’études ou leur pays d’origine, ce qui pourrait expliquer que ces entreprises sont présentes dans 36 pays. 

«Souvent, des cofondateurs vont s’associer avec des étudiants d’autres universités. Au bout du compte, nos entrepreneurs travaillent de pair avec 24 autres universités à travers le monde. C’est un très bel écosystème entrepreneurial qui part de Montréal et qui devient de plus en plus international.»

 

Réseautage entre femmes

L’engouement palpable pour le milieu entrepreneurial se confirme aussi avec la liste d’événements qui s’allonge pour soutenir les jeunes pousses. 

Outre la tournée virtuelle de l’université McGill, les fonds de la Banque du développement du Canada (BDC) et Techstars s’associent pour lancer le Startup Weekend pour les Femmes en technologie. Le rendez-vous aura lieu en ligne du 23 au 25 avril. 

Cette présentation spéciale de l’événement phare — bien connu pour rassembler bon nombre de personnes qui songent à se lancer en affaires — permettra de brasser des idées et de faire du réseautage entre femmes entrepreneures, le temps d’une fin de semaine. 

Le Fonds pour les femmes en technologie existe depuis quelques années déjà à la BDC. Selon son site internet, il est l’un des plus importants fonds de capital de risque au monde qui se consacre à investir dans des entreprises technologiques dirigées par des femmes.

Techstars, l’autre partenaire de l’événement, aide les entreprises en démarrage à se propulser. Bien connu du côté sud de la frontière, l’organisme a deux antennes au pays, à Montréal et à Toronto. 

L’ingénieur de formation Bruno Morency dirige le bureau de Montréal. Le seul, dit-il, à mettre l’accent sur l’intelligence artificielle. 

Il souligne qu’un événement comme celui organisé pour les Femmes en technologies est important parce qu’il remarque qu’elles tendent à se joindre en plus grand nombre quand un événement est organisé exclusivement pour elles. 

«Même si on essaie d’inviter tout le monde, elles ne vont pas venir. Elles hésitent à moins que l’événement soit ciblé pour elles, remarque-t-il. On tient à démocratiser l’entrepreneuriat afin de le rendre accessible pour tout le monde.»

 

Investissements records 

Dans son rapport trimestriel Money Tree, PwC publiait une enquête qui indiquait que les entreprises en démarrage aux États-Unis ont annoncé des investissements records pour l’année 2020. 

Le document collige de l’information sur les entreprises naissantes à haut potentiel et les sociétés de capital de risque. 

Même si la dernière édition canadienne de ce rapport remonte à 2019, un aperçu du pendant américain laisse entrevoir quelques tendances. 

D’abord, plusieurs nouvelles entreprises ont été identifiées comme une «licorne» — une entreprise dont la valeur est supérieure à 1 milliard $, pour atteindre un nombre historique de 28 à la fin de 2020. 

Ce sont donc 12 entreprises de plus qu’au premier trimestre de 2019 qui ont nouvellement atteint ce statut. 

C’est le cas d’Instacart, un système de livraison d’épicerie qu’utilisent notamment Costco et Walmart. L’entreprise se hisse en troisième position des têtes d’affiche qui ont connu la plus forte progression l’an dernier. 

La solution de traitement des paiements en ligne Stripe arrive deuxième. Tandis que l’entreprise aérospatiale américaine du milliardaire Elon Musk SpaceX figure en tête du palmarès. 

 

Se tailler sa niche

L’industrie du jeu vidéo, qui connaît un bel essor depuis les débuts de la pandémie, n’est pas en reste, avec le studio américain Epic Games qui obtient la quatrième place, toujours selon ce que rapporte PwC. 

Au Québec, on retrouve Sonder parmi ces licornes. L’entreprise de location d’appartements dont le siège social est à San Francisco a été cofondée à Montréal. 

En décembre, Investissement Québec lui accordait un prêt de 30 millions, annoncé en grande pompe par le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, et le premier ministre, François Legault. 

En retour, le cofondateur et vice-président immobilier de Sonder, Martin Picard, comptait investir 182 millions $, notamment dans la création de 700 emplois bien rémunérés à Montréal.

À mi-chemin entre un Airbnb et un hôtel, l’entreprise se taille une niche dans le créneau hôtelier. 

Par ailleurs, Airbnb fait partie des entreprises qui se sont le plus démarquées en bourse en 2020, de même que l’application de livraison de repas DoorDash et de la plateforme de commerce en ligne Wish. 

 

Sur le même sujet

Instacart intensifie la concurrence dans l'épicerie en ligne au Québec

Instacart débarque au Québec alors que les épiciers canadiens ont déjà accéléré le déploiement de leur offre en ligne.

Les États-Unis et la Chine captent 80% du capital risque investi dans l'IA

30/09/2021 | AFP

La domination sino-américaine sur les investissements en IA est plus forte que dans tous les secteurs tech confondus.

À la une

Ces quatre doctrines géopolitiques touchent les entreprises

16/10/2021 | François Normand

ANALYSE. De la Russie à la Chine et passant par la Turquie, ces doctrines influencent votre environnement d'affaires.

Bourse: Wall Street termine la semaine en forme, meilleure semaine depuis juin

Mis à jour le 15/10/2021 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse avec le cours du pétrole brut.

À surveiller: Nuvei, Target et Air Canada

15/10/2021 | Catherine Charron

Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement.