Cinq expatriés saluent la culture entrepreneuriale du Québec


Édition du 09 Décembre 2017

Selon l'indice entrepreneurial 2016 du Réseau M, 17,5 % des immigrants ont déjà entamé des démarches entrepreneuriales, contre 9,8 % de la population en générale. Pourquoi les immigrants se lancent-il en affaires ? Quelles sont les différences qu'ils ont remarquées entre leur terre d'accueil et leur terre natale ? Nous avons pris le pouls de cinq expatriés de partout dans le monde, devenus entrepreneurs au Québec.

Marie-Gabrielle Ayoub

Pays d'origine : France
Née à : Sucy-en-Brie (près de Paris)
Âge : 40 ans

Née en région parisienne, Marie-Gabrielle Ayoub effectue un échange scolaire à Bristol, au Royaume-Uni, afin d'apprendre l'anglais. Plus tard, elle part travailler à Los Angeles et dans la Silicon Valley avec son conjoint, avant de retourner en France. Sitôt rentrés, ils ne cessent de penser à repartir à l'aventure. Elle obtient un PVT (permis vacances-travail) et se prépare à partir pour le Québec. Elle débarque en octobre 2004, et c'est le coup de foudre. «C'est extraordinaire à quel point les gens savent accueillir. Ici, j'ai découvert ce qu'était la bienveillance. Les gens me semblent plus heureux, plus avenants, plus souriants.»

Pour poursuivre votre lecture, vous devez être abonné(e)

Vous n’êtes pas abonné(e) Les Affaires

S'abonner maintenant


Sur le même sujet

La collaboration entre entrepreneurs est en train de muter

20/05/2020 | François Normand

«La nouvelle façon de partager l’information accélère le potentiel de collaboration au Québec et à l’international.»

Créer de la valeur à travers la crise

19/05/2020 | Valérie Lesage

BLOGUE INVITÉ. Créer de la valeur pour une société, c’est plus qu’une question d’argent.

À la une

Santé publique: une gouvernance de broche à foin

BLOGUE. On nous a présenté Horacio Arruda comme étant l’autorité de la Santé publique au Québec. Or, il n'en est rien.

Deux exemples percutants de titres dits «défensifs»

BLOGUE INVITÉ. Jamais n’a-t-on vu le taux de chômage exploser comme on l’a vu au cours des dernières semaines.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?