Entrevue n°192: Noreena Hertz, économiste et professeure


Édition du 22 Février 2014

Entrevue n°192: Noreena Hertz, économiste et professeure


Édition du 22 Février 2014

Par Diane Bérard

«Changer d'opinion n'est pas opportuniste, c'est faire preuve d'honnêteté intellectuelle» - Noreena Hertz, économiste et professeure

George Soros l'a reçue chez lui pour discuter mondialisation et démocratie. Bono affirme qu'elle lui a inspiré la campagne Red pour financer la recherche sur le SIDA. L'économiste Noreena Hertz a mis le monde en garde contre la suprématie des entreprises (The Silent Takeover) et l'imminence de la crise financière (The Debt Threat). Elle sera conférencière à C2MTL en mai prochain.

Diane Bérard - Pourquoi vous intéressez-vous à l'art de décider ?

Noreena Hertz - Pendant 15 ans, j'ai conseillé des dirigeants d'entreprises et les chefs d'État. Je les ai aidés à prendre des décisions. Mais je ne me suis jamais arrêtée au processus lui-même, à la façon dont on arrive à choisir, à trancher. Il y a six ans, je suis tombée malade. J'ai perdu 30 livres en quelques semaines. J'étais à la merci des spécialistes qui me conseillaient ceci et cela. Il fallait que je me fasse une tête. Cette quête personnelle m'a forcée à réfléchir sur ce qui influence nos décisions.

D.B. - Comment se sortir du cercle vicieux de l'indécision ?

N.H. - Tergiverser épuise. Conservez votre énergie pour les décisions qui comptent. Pour les autres, allouez-vous un temps maximal de réflexion, puis tranchez. Vous pouvez aussi réduire la palette de choix avant de plonger dans un environnement qui en offre beaucoup. Vous allez chez Baskin-Robbins ? Déterminez à l'avance ce que vous choisirez entre la glace à la vanille, au chocolat ou à la fraise.

D.B. - Que sous-estimons-nous lorsque nous prenons des décisions ?

N.H. - Les biais causés par les conditions externes. Les juges à la cour se montrent plus sévères lorsqu'ils ont l'estomac vide. Les investisseurs à qui on présente la même information sur un fond rouge et un fond vert opteront pour ce qu'on leur propose sur un fond vert.

D.B. - Comment survit-on à une mauvaise décision ?

N.h. - Dans le monde ultra-transparent dans lequel nous vivons, nous n'avons pas le choix : il faut reconnaître notre erreur. Et présenter un plan B en même temps, bien sûr. Mais ce n'est probablement pas ce que les avocats et les relationnistes recommandent à leur pdg...

D.B. - Les pdg ont-ils tendance à décider trop ou trop peu ?

N.h. - Les bons pdg décident juste assez. Ils ne prennent que les décisions qui les concernent. Les autres, ils les délèguent. Ils bâtissent une équipe de gardes-barrière [gatekeepers] autour d'eux. Ceux-ci s'occupent des toutes les demandes qui ne concernent pas le pdg.

D.B. - Nous comptons souvent sur notre expérience pour décider. Est-ce une bonne idée ?

N.H. - L'expérience peut nous mener dans la mauvaise direction. Surtout si on a connu le succès. En 1965, le réalisateur hollywoodien David Zanuck (Jaws, The Sting, Charlie et la chocolaterie) fait un tabac avec La mélodie du bonheur. Il a commandé immédiatement trois comédies musicales du même style. Ce furent trois fours. Le monde avait changé. La guerre du Vietnam avait éclaté, Martin Luther King avait été assassiné, les Américains avaient d'autres préoccupations.

D.B. - Pour mieux se concentrer, et mieux décider, certains pdg pratiquent le «sabbat numérique». Expliquez-nous...

N.H. - Ils choisissent de ne pas regarder leur courriel un jour par semaine. C'est ce que j'appelle le «sabbat numérique». D'autres regardent leurs courriels en bloc, trois fois par jour. Chaque fois que vous vous arrêtez pour consulter les messages, il vous faut 23 minutes pour retrouver votre niveau de concentration. Au fond, il s'agit de se donner de l'espace mental pour réfléchir. S'assurer que l'urgent n'enterre pas l'important.

À la une

Bourse: Wall Street termine mitigée, le Nasdaq sur un record

Mis à jour à 17:30 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a conclu en ordre dispersé lundi.

OpenAI veut changer la voix de ChatGPT, trop proche de celle de Scarlett Johansson

Il y a 57 minutes | AFP

L’entreprise a assuré que la voix de «Sky» n'avait pas été développée en se basant sur la voix de Mme Johansson.

Microsoft intègre l’IA générative directement dans ses PC

14:36 | AFP

Selon Microsoft, plus de 50 millions de «PC IA» seront vendus dans les douze mois à venir.