Les recours collectifs, une affaire de spécialistes


Édition du 16 Mai 2015

Les recours collectifs, une affaire de spécialistes


Édition du 16 Mai 2015

John Murphy, associé chez BLG.

Depuis la promulgation d'une loi provinciale en 2003 facilitant les pourvois en recours collectifs, ce type de litiges augmente au Québec. La province a enregistré pas moins de 64 % des recours collectifs effectués au Canada en 2014, selon le Barreau canadien. Les cabinets d'avocats s'organisent pour traiter ces recours qui se caractérisent par leur longueur, leur masse de données volumineuses et leurs risques financiers importants pour les clients.

À lire aussi:
Protéger les données sensibles des clients à l'ère des communications mobiles
Des cabinets sur le mode du recrutement
Faire équipe avec le service du contentieux des clients
Dentons étend ses ramifications dans le monde
Delegatus mise sur l'autonomie de ses avocats
Prêts pour un Plan Nord 2.0
Une femme à la tête du cabinet Gowling

En 2014, 124 recours collectifs ont été enregistrés au Canada, dont 79 au Québec.

Le cabinet montréalais McCarthy Tétrault constate globalement une hausse du nombre de recours inscrits aux palais de justice de Montréal et de Québec. « En plus d'être nombreux, ces dossiers nécessitent souvent plusieurs expertises et peuvent s'échelonner sur 8 à 10 ans. L'un de nos défis est alors de nous assurer de mener le suivi en interne et de conserver le savoir-faire afin de bien servir nos clients », explique Kim Thomassin, associée directrice de McCarthy Tétrault pour la région du Québec.

Selon elle, il est fascinant de suivre l'essor d'un domaine qui n'existait pas il y a une quinzaine d'années. « Mais le milieu juridique est souvent le reflet de la société, et il comprend désormais des acteurs de plus en plus spécialisés pour répondre aux problématiques posées », dit-elle.

Dans ces dossiers, la gestion de la preuve et de la documentation, très volumineuse, nécessite d'investir dans des logiciels et des serveurs informatiques permettant un classement et un partage des informations.

Le cabinet McCarthy Tétrault s'est par exemple doté d'une plateforme d'échange de documents sécurisée pour aider à la vérification diligente des dossiers avec ses clients, tandis que le cabinet Lavery fait lui aussi appel à des logiciels permettant de traiter de grands volumes de données dans les cas de litiges complexes.

À lire aussi:
Protéger les données sensibles des clients à l'ère des communications mobiles
Des cabinets sur le mode du recrutement
Faire équipe avec le service du contentieux des clients
Dentons étend ses ramifications dans le monde
Delegatus mise sur l'autonomie de ses avocats
Prêts pour un Plan Nord 2.0
Une femme à la tête du cabinet Gowling

À la une

7 astuces pour réduire vos frais d'avocats

16/06/2024 | Manuel St-Aubin

EXPERT INVITÉ. Les acteurs judiciaires ont à cœur la mission de rendre justice, même si tout n’est pas parfait.

La course aux stages 2.0

Édition du 22 Mai 2024 | Claudine Hébert

Les cabinets d'avocats ont adapté les 5 à 7 aux nouvelles règles de la société.

L’industrie du droit a besoin de faire les choses autrement

Édition du 08 Mai 2024 | Philippe Jean Poirier

GRANDS DU DROIT. Les cabinets de services juridiques ont été très actifs sur le marché des fusions et acquisitions.