Les normes, un passeport essentiel

Publié le 13/03/2010 à 00:00, mis à jour le 07/10/2013 à 14:40

Les normes, un passeport essentiel

Publié le 13/03/2010 à 00:00, mis à jour le 07/10/2013 à 14:40

La certification à une norme de qualité est devenue incontournable pour les fournisseurs qui veulent obtenir des mandats de grands donneurs d'ordres et faire des affaires à l'international.

" Avec les négociations de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne, la tendance à la normalisation devrait se poursuivre. Les Européens sont férus de normalisation ", explique Jacques Girard, directeur du Bureau de normalisation du Québec (BNQ).

Pour s'assurer un accès au marché

De nombreuses normes existent, et la clé pour les entreprises est de choisir le système de qualité le plus approprié à leur marché.

Par exemple, l'usine de SFK Pâte à Saint-Félicien mise sur la norme environnementale Forest Stewardship Council (FSC). " Nous n'avons pas le choix dans notre secteur : si nous n'avions pas cette certification, nos clients iraient s'approvisionner chez nos concurrents ", explique Dany Paradis, vice-président, gestion du changement et affaires publiques, de SFK Pâte.

Pour d'autres, la certification ouvre la voie à de nouveaux marchés. " Dès que nous serons certifiés ISO 9001, d'ici quelques semaines, nous aurons accès à des contrats plus importants ", dit Daniel Filion, chargé de projets chez Netpak, une imprimerie spécialisée dans le secteur de l'emballage alimentaire et pharmaceutique.

" Nous commençons à être assez importants pour intéresser les grandes chaînes d'alimentation, comme Metro, Loblaw et Sobeys. Nous prévoyons prévoyons tripler notre chiffre d'affaires ", ajoute M. Filion.

Évaluer le retour sur l'investissement

Cependant, avant de se lancer dans un processus de certification, l'entreprise doit bien évaluer les ressources, en temps et en argent, que cette démarche exigera, ainsi que le rendement de son investissement qu'elle lui procurera.

" Dans notre cas, l'implantation de la norme FSC a surtout nécessité un investissement de temps de la part de nos employés, tant sur le plan de l'informatique, de la logistique, du marketing que de la production ", dit Julie Loyer, conseillère aux communications et développement durable chez Cascades Groupe Produits Spécialisés.

" Le jeu en valait la chandelle, puisque la certification FSC nous a permis d'accroître nos parts de marché ", ajoute Julie Loyer.

Certaines entreprises font appel à un consultant avant de se lancer dans l'aventure, d'autres s'y lancent seules.

" Nous avions déjà la certification ISO 9001; nous avions donc déjà implanté des processus d'assurance qualité ", dit Mélanie Tétreault, superviseure de la qualité et législation chez Kerry Ingrédients et Arômes.

" Lorsque nous avons décidé de demander la certification ISO 22000 [une norme relative à la salubrité des denrées alimentaires], nous avions donc déjà parcouru un bout de chemin, ajoute-t-elle. J'ai suivi une formation pour connaître cette norme et l'embauche d'un consultant n'a pas été nécessaire. "

Les quatres clés de la réussite

1 S'assurer de l'engagement de la direction

" Tout au long du processus, la direction doit appuyer les décisions : il faut libérer du personnel et investir l'argent nécessaire pour effectuer certains changements ", dit Jeannot Côté, directeur général des Bleuets sauvages du Québec, qui a obtenu la certification ISO 22000.

" L'amélioration continue ne doit pas être considérée comme une dépense, mais comme un investissement. C'est la qualité qui apporte la stabilité et la reconnaissance des produits ", dit M. Côté.

2 Engager les employés

L'implantation d'une norme oblige les employés à changer leurs façons de faire. Ils doivent intégrer les processus de contrôle, ce qui peut retarder la production, du moins au début. " Souvent, les employés considèrent le nouveau système comme un handicap. C'est donc important de leur expliquer pourquoi ils doivent modifier leurs méthodes de travail ", dit Daniel Filion, de Netpak.

Par ailleurs, il est recommandé que des employés agissent comme auditeurs pour tester les procédures. " Ces personnes ont une influence positive sur les autres, ce qui facilite le changement ", souligne M. Filion.

3 Être persévérant

" Au début, il y a une forte réticence au changement. L'implantation d'une norme exige un changement de mentalité. Une fois la réticence surmontée, les gens prennent plaisir à avancer dans les processus de qualité. C'est un plaisir qu'il faut inculquer aux employés ", dit Jeannot Côté.

4 Améliorer ses processus

" La certification, ce n'est pas qu'une bannière flottant sur la devanture de l'entreprise. Elle sert à réduire constamment les rejets. Chez Netpak, nous avons constaté une différence au chapitre des coûts liés à la non-qualité et de la satisfaction de notre clientèle ", dit Daniel Filion.

La certification à une norme de qualité repose habituellement sur un contrat de trois ans. L'entreprise est toutefois vérifiée chaque année. Elle peut perdre sa certification si ses façons de faire ne respectent plus les procédures et si des correctifs ne sont pas apportés.

Une nouvelle norme en développement durable

Certains domaines en émergence, tels que les nanotechnologies et le développement durable, n'échappent pas à la tendance à la normalisation des pratiques.

Ainsi, une nouvelle norme en développement durable, soit ISO 26000, est en voie d'être créée. " Cette norme indique à une entreprise comment elle devrait adapter ses pratiques quotidiennes de gestion pour tenir compte du développement durable ", explique Jacques Girard, directeur du Bureau de normalisation du Québec (BNQ).

Le BNQ a élaboré un pendant pour le Québec, la norme BNQ 21000. " Les grandes lignes d'ISO 26000 sont reprises en tenant compte de la loi québécoise sur le développement durable ", précise M. Girard. Le BNQ est en train de réaliser une implantation-pilote auprès d'une quarantaine d'entreprises québécoises de différents secteurs et de toutes tailles. " On veut prouver la viabilité des principes de développement durable, et montrer comment ceux-ci peuvent donner un avantage concurrentiel. "

À la une

Bourse: Wall Street attend les chiffres sur l'inflation

Mis à jour à 17:11 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Pour Patrick O’Hare de Briefing.com, la Bourse new-yorkaise était en phase d’attente lundi.

Microsoft achète Nuance pour 19,7G$US

09:02 | AFP

Le géant de l'informatique paie 56$ par action en espèces pour la firme spécialisée en intelligence artificielle.

Le bitcoin dépasse 60 000$US avant l'entrée en Bourse de Coinbase

08:38 | AFP

Le marché des devises virtuelles ne cesse de gonfler ces derniers mois.