Les hyperactifs de la gouvernance


Édition du 17 Janvier 2015

Les hyperactifs de la gouvernance


Édition du 17 Janvier 2015

John LeBoutillier et David L. McAusland. [Photos: Martin Flamand]

Qu'ont en commun Robert Brown, Isabelle Courville et Lucien Bouchard ? Outre le fait d'être des Québécois connus, les trois figurent dans notre premier palmarès des administrateurs de sociétés les plus en vue du Québec inc.

À lire aussi:
Les étoiles montantes de la gouvernance
L'ancien boys club se féminise

Gouvernance: moins vieux qu'on imagine les administrateurs
Premier recensement mondial des administratrices

Gestionnaires chevronnés, souvent fortunés et bardés de diplômes, les membres de ce cercle restreint de professionnels du droit ou de la finance sont si convoités par les conseils d'administration que l'on pourrait les qualifier d'hyperactifs de la gouvernance.

Au sommet du palmarès des vedettes des conseils d'administration : David McAusland, 60 ans, ancien vice-président de l'aluminerie Alcan. Peu connu du grand public, cet associé chez McCarthy Tétrault siège à lui seul à pas moins de 12 conseils d'administration, dont 5 de sociétés inscrites en Bourse (Cascades, Cogeco, Cogeco Câble, Khan Resources et ATS Automation Tooling Systems). Il en préside quatre d'entre eux.

De tous les avocats d'affaires de Montréal, il est celui qui se consacre le plus à la gouvernance de sociétés, tant publiques que privées, avec ou sans but lucratif. En 2013, ses activités dans les sociétés inscrites en Bourse [les seules pour lesquelles on dispose de la rémunération] lui ont rapporté quelque 474 000 $. «Il y a des êtres comme moi qui se passionnent pour la possibilité qui leur est donnée de contribuer à la croissance et la pérennité des entreprises», dit-il lorsqu'on l'interroge sur le nombre de ses engagements.

Ce premier classement des administrateurs repose sur le travail de l'équipe de recherche du journal Les Affaires qui, méticuleusement pendant plusieurs semaines, a épluché rapports annuels, circulaires de la direction et sites de sociétés et d'organismes de toute sorte. Résultat : un palmarès de plus de 70 administrateurs les plus actifs de la province, triés sur le volet et classés selon l'importance de leurs responsabilités (voir la méthodologie ci-contre)

Il en résulte un instantané d'un univers encore mal connu, évoluant derrière des portes closes et souvent taxé d'être refermé sur lui-même. Dominé surtout par des hommes, le milieu tend toutefois à laisser de plus en plus de place aux femmes, qui représentent près de 25 % de notre classement (voir autre texte). Et signe que les choses sont appelées à changer, 7 des 10 plus jeunes administrateurs de notre classement sont des femmes.

Deuxième au classement derrière David McAusland, Jean Lamarre, 60 ans, est le fils du fondateur de SNC-Lavalin, Bernard Lamarre. Maintenant consultant, l'ex-chef de la direction financière de SNC est membre d'une douzaine de CA. Du nombre, quatre sont des CA de sociétés cotées en Bourse (Semafo, TSO3, Technologies D-Box et Argos Therapeutics). M. Lamarre parvient à présider cinq conseils, dont ceux de D-Box, Semafo et Télé-Québec.

Au troisième rang, ex æquo avec Lucien Bouchard, figure John LeBoutillier, ex-patron de Sidbec-Dosco (aujourd'hui propriété d'ArcelorMittal) et de la Compagnie minière IOC (Iron Ore Company). Le retraité de 70 ans siège aujourd'hui à plus de 10 conseils d'administration de sociétés, dont 6 sont inscrites en Bourse (Industrielle Alliance, Semafo, Mazarin, Stornoway Diamond, Asbestos et NovX21).

L'ex-premier ministre du Québec Lucien Bouchard, maintenant associé chez Davis Ward Phillips & Vineberg, siège à sept conseils, dont quatre de sociétés inscrites en Bourse (Groupe BMTC, Saputo, TC Transcontinental et TransForce). Ces activités lui ont rapporté 534 000 $ en 2013.

À lire aussi:
Les étoiles montantes de la gouvernance
L'ancien boys club se féminise

Gouvernance: moins vieux qu'on imagine les administrateurs
Premier recensement mondial des administratrices

Trop occupés ?

Cliquez ici pour consulter le classement des hyperactifs de la gouvernance

Est-ce qu'un tel niveau d'engagement au sein d'autant de conseils d'administration est souhaitable ? Autrement dit, à partir de combien de conseils excède-t-on la limite du raisonnable ? Sur cette question, les avis divergent.

Tout dépend, diront certains experts, de l'expérience des administrateurs, de leur niveau d'engagement au sein de chaque conseil et de l'importance des sociétés elles-mêmes. Les CA de sociétés inscrites en Bourse, par exemple, sont réputés pour être ceux qui requièrent le plus de temps de leurs administrateurs.

Le niveau d'engagement requis diffère également en fonction de la provenance des sociétés. Par exemple, selon une étude de Korn Ferry, les administrateurs canadiens consacreraient 304 heures par année en moyenne à leur fonction à l'extérieur des réunions comme telles, comparativement à 236 heures pour leurs homologues américains et à 215 heures chez les Européens.

Yvan Allaire, président exécutif du conseil de l'Institut sur la gouvernance d'organisations privées et publiques (IGOPP), est sans équivoque : «Celui qui occupe une fonction à temps plein ailleurs ne devrait pas siéger à plus de deux CA importants. Au-delà, cela doit se faire avec parcimonie».

Dans le cas de ceux qui choisissent de se consacrer à temps plein à leurs activités de gouvernance, celui qui est également professeur à l'UQAM fixe la limite à «quatre conseils importants». Au-delà, dit-il, les risques augmentent que l'administrateur «arrive mal préparé et soit pressé de partir, dès la réunion terminée».

Également expert des questions de gouvernance, Michel Magnan, doyen associé à l'École de gestion John-Molson de l'Université Concordia, soutient qu'une participation à «quatre conseils n'est pas insurmontable», mais qu'«au-delà de cinq, ça commence à faire pas mal». «Il y a 20 ans, il n'était pas rare qu'un administrateur siège à 20 CA différents, ajoute-t-il. Heureusement, c'est une chose qui ne se voit plus aujourd'hui.»

À lire aussi:
Les étoiles montantes de la gouvernance
L'ancien boys club se féminise

Gouvernance: moins vieux qu'on imagine les administrateurs
Premier recensement mondial des administratrices

À la une

Bourse: nouveaux records pour le Nasdaq et le S&P 500

Mis à jour le 21/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a clôturé en légère hausse.

Bourse: les gains du S&P 500 en 2024 restent fragiles

03/05/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Plus de la moitié du gain du S&P 500 lors des quatre premiers mois de 2024 est attribuable à... Nvidia.

Bourse: les gagnants et les perdants du 21 mai

Mis à jour le 21/05/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.