L'évaluation du CA, un aspect incontournable


Édition du 23 Mai 2015

L'évaluation du CA, un aspect incontournable


Édition du 23 Mai 2015

Conscients qu'une saine gouvernance est indispensable pour prendre des décisions qui génèrent de la valeur, les conseils d'administration cherchent à se doter de dispositifs d'évaluation de la performance de plus en plus sophistiqués. Quelles sont les meilleures façons de procéder à cette évaluation ?

À lire aussi:
L'éthique au coeur des préoccupations des CA
La responsabilité sociale, nouveau défi des CA
Les femmes doivent faire valoir leurs compétences
Des CA plus à l'écoute des enjeux liés aux RH

Avec les scandales en matière de gouvernance enregistrés au cours des 15 dernières années, «les organismes de réglementation ont mis en lumière le rôle des conseils. On veut aujourd'hui savoir qui fait partie des conseils, ce que font les gens et comment ils le font», souligne Sylvie Mercier, économiste et présidente de la firme de développement stratégique Masia. D'autant plus que les administrateurs doivent répondre aux attentes des actionnaires et partenaires qui les ont nommés pour les représenter.

Selon Jacques Lefebvre, administrateur de Marquis Imprimeur, plus de 70 % des conseils canadiens s'évaluent ainsi annuellement. «C'est devenu un outil indispensable pour améliorer l'efficacité et la performance», considère-t-il.

Les conseils d'administration confient cet exercice soit à leur comité de gouvernance, soit à des conseillers externes.

Diverses méthodes d'évaluation

«Il existe des évaluations quantitatives, au cours desquelles chaque membre du conseil doit répondre à des questions pouvant toucher la performance du conseil, son fonctionnement, sa gouvernance et ses priorités, ainsi que des méthodes plus qualitatives, consistant à mener une série d'entrevues avec chacun des membres du conseil ainsi qu'avec le président», explique Sylvie Mercier.

«L'idéal, ça peut être de mixer les deux en faisant des entrevues avec le président, le pdg et un petit groupe de personnes, et d'avoir en même temps un questionnaire écrit comprenant des questions ouvertes», poursuit Mme Mercier. Pour être pertinente, la grille de questions doit aborder les priorités du conseil par grands thèmes : comment évaluer le fonctionnement du conseil et la qualité des échanges, la stratégie, le recrutement de nouveaux membres, la pertinence des comités, le rôle de la présidence... Cette grille peut ensuite être révisée chaque année, en fonction des objectifs.

Les méthodes d'évaluation «360 degrés», selon lesquelles les membres du conseil sont évalués par leurs pairs, sont plus rares. «Bien qu'elles suscitent une diversité de points de vue, elles peuvent aussi créer un malaise au sein des administrateurs. Certains conseils y vont donc par petites touches, en demandant par exemple des commentaires sur la présidence d'un conseil ou d'un comité», précise Mme Mercier.

L'exercice nécessite la présence d'une certaine culture au sein de l'organisation. «Certains conseils mettent près de 10 ans avant d'arriver à une évaluation spécifique de la présidence des comités. Mieux vaut démarrer avec une autoévaluation, plus souple, et ajouter au fil des ans des éléments», suggère-t-elle.

À lire aussi:
L'éthique au coeur des préoccupations des CA
La responsabilité sociale, nouveau défi des CA
Les femmes doivent faire valoir leurs compétences
Des CA plus à l'écoute des enjeux liés aux RH

À la une

Nouvel espoir dans la lutte aux changements climatiques

25/11/2022 | François Normand

ANALYSE. Plusieurs pays ont réussi à réduire leurs émissions de GES tout en affichant une croissance économique.

Bourse: Toronto clôture en légère hausse

Mis à jour le 25/11/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street a terminé sur une note contrastée.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour le 25/11/2022 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.