Delegatus mise sur l'autonomie de ses avocats


Édition du 16 Mai 2015

Delegatus mise sur l'autonomie de ses avocats


Édition du 16 Mai 2015

[Photo: Shutterstock]

Le relationnel, de l'avocat au client. C'est le mot d'ordre de la formule Delegatus, éprouvée au cours de ses 10 années de pratique. Le collectif en droit des affaires compte sur sa structure allégée pour donner des ailes à ses 25 avocats « volants » qui s'intégreront à l'entreprise de clients pour effectuer des mandats ponctuels.

À lire aussi:
Protéger les données sensibles des clients à l'ère des communications mobiles
Des cabinets sur le mode du recrutement
Faire équipe avec le service du contentieux des clients
Les recours collectifs, une affaire de spécialistes
Dentons étend ses ramifications dans le monde
Prêts pour un Plan Nord 2.0
Une femme à la tête du cabinet Gowling

La firme a été fondée par Pascale Pageau, une jeune avocate, mère de quatre enfants, qui travaillait dans un grand cabinet. Pour réussir à concilier travail et famille, elle a décidé de lancer sa propre boîte. L'idée : regrouper des avocats indépendants pour faire baisser les coûts. « Chez Delegatus, chaque avocat est autonome. En ce qui concerne le statut, la rémunération et la participation, tous sont égaux », explique Virginie Arbour-Maynard, directrice, développement et affaires professionnelles, chez Delegatus. Une idée audacieuse dans une industrie dominée par de grands cabinets.

« L'innovation, c'est la différence entre notre vie et notre mort. Elle devient possible seulement lorsqu'on donne le temps et l'autonomie nécessaires aux avocats pour qu'ils imaginent des solutions juridiques créatives. Et ça, ils ne peuvent l'accomplir qu'en ayant un peu moins de clients, mais en les connaissant à fond. »

Une vision d'ensemble

La clientèle de Delegatus se compose d'entreprises de toutes tailles. Selon la firme, l'avocat qui maintiendra son avance dans les prochaines années est celui qui comprend que son rôle s'intègre dans un ensemble qui dépasse la pratique du droit des affaires. La solution qu'il propose doit avoir un sens dans la réalité d'entreprise, puisqu'elle recèle des parts de risques, financiers et relationnels.

« En ce sens, des gens comme nous, qui travaillons au sein des entreprises, ont une longueur d'avance pour acquérir cette compréhension globale », dit Mme Arbour-Maynard.

C'est aussi ce que souhaitent les avocats, ajoute-t-elle : devenir des professionnels complets et investis, de véritables partenaires d'affaires pour leurs clients.

« C'est un besoin des avocats que plusieurs firmes continuent d'ignorer, mais qui fera la différence à l'avenir. Pour attirer les meilleurs et les garder, il faut encourager leurs aspirations, leur permettre de développer des dossiers qui leur tiennent à coeur, ce qui est difficile dans des structures rigides. »

La collégialité : la clé de l'embauche

Impossible de bâtir un avenir solide pour Delegatus sans la volonté d'entreprendre et le dynamisme de ses avocats. « Notre équipe est appelée à grossir, tout comme l'immobilier, un de nos secteurs, qui croît régulièrement. Nous développons également une équipe en pharmaceutique. Nous souhaitons recruter une dizaine d'acteurs clés au cours des prochaines années. » Pas question, toutefois, de procéder à une embauche de masse, comme c'est le cas dans les firmes traditionnelles.

« Nous ne recherchons jamais quelqu'un pour couvrir à tout prix un champ de pratique ; au contraire , précise Mme Arbour-Maynard. Nos missions d'entreprise s'imprègnent des ambitions d'affaires des avocats recrutés.

« C'est pour cette raison que nous ne voulons jamais convaincre qui que ce soit de se joindre à nous, ajoute-t-elle. Ceux qui le font en sont à vouloir faire progresser leurs idées en s'affranchissant des fioritures. »

Faire valoir sa capacité d'innovation

Prochaine étape pour Delegatus : prendre plus de place, et pas seulement au Québec, en commençant par développer le marché ontarien. La firme souhaite y propager sa formule d'affaires, fondée sur l'esprit de collégialité. « Les entreprises ne connaissent pas toujours bien l'innovation qui s'opère dans le milieu juridique. Nous devons leur montrer que nous sommes capables de nous secouer, d'apporter des changements structurels au sein des firmes pour leur offrir de meilleurs services et regagner leur confiance, ébranlée par des relations parfois inégales et opaques », explique Virginie Arbour-Maynard.

À lire aussi:
Protéger les données sensibles des clients à l'ère des communications mobiles
Des cabinets sur le mode du recrutement
Faire équipe avec le service du contentieux des clients
Les recours collectifs, une affaire de spécialistes
Dentons étend ses ramifications dans le monde
Prêts pour un Plan Nord 2.0
Une femme à la tête du cabinet Gowling

À la une

Bourse: Wall Street finit contrastée, nouveaux records pour Nasdaq et S&P 500

Mis à jour le 13/06/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le TSX est en baisse de 1,2% et Wall Street est mitigé.

À surveiller: Dollarama, Manuvie et Canadian Natural Resources

13/06/2024 | lesaffaires.com

Que faire avec les titres de Dollarama, Manuvie et Canadian Natural Resourc? Voici quelques recommandations d’analystes.

Bourse: les gagnants et les perdants du 13 juin

Mis à jour le 13/06/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.