10 choses à savoir mardi

Publié le 24/01/2017 à 08:16

10 choses à savoir mardi

Publié le 24/01/2017 à 08:16

Par Yannick Clérouin, Alain McKenna et Julien Abadie

Point 4: Les millionaires de la Silicon Valley caignent l'apocalypse. Et ça se voit...

Bon mardi! Voici 10 informations qui méritent votre attention en ce mardi 24 janvier.

1-Cette start-up n’embauche aucun candidat avant qu’il n’ait complété une semaine d’essai. Ce n’est pas parce qu’une personne brille lors d’un entretien d’embauche qu’elle deviendra l’employé cinq étoiles recherché. Lorsqu’ils ont fondé Weebly il y a huit ans, les dirigeants du fournisseur de services d’hébergement se sont aperçus que le processus habituel de recrutement était inutile. «Nous avions regardé un certain nombre de CV et nous nous sommes dit que nous ne pouvions rien apprendre de ce que les gens disent à propos d’eux dans leur curriculum», raconte à Business Insider David Rusenko, cofondateur et PDG de Weebly. Ils ont donc décidé d’adopter une autre approche. Ils ont mené une période d’essai d’une semaine avec leur premier employé et l’ont payé au salaire du marché pour le poste équivalent. Cette méthode de la semaine d’essai est devenue le processus officiel d’embauche de Weebly. M. Rusenko insiste sur le fait que la semaine d’essai n’est pas un exercice de socialisation avec les éventuels collègues. Il s’agit plutôt de confirmer la capacité du candidat à commencer à travailler immédiatement. Il qualifie cette semaine d’essai d’intense, car les candidats se voient donner un mandat qui cadre avec leur expertise. Pour Weebly, cette méthode est un réel avantage concurrentiel, car elle permet d’obtenir plus de données sur les candidats, ou encore de dénicher des employés hors pair, mais qui sont mauvais en entrevue. Environ 75% des appelés obtiennent une offre d’emploi à la fin de la semaine. Voilà une approche à évaluer si vous devez recruter de nouveaux employés. C’est plus exigeant, certes, mais ça permet d’éviter de devoir renvoyer ceux qui ne font pas l’affaire quelque mois plus tard...

2- Oui, la taille compte. Comme le dit l’adage, les plus grands ont non seulement droit à plus d’ensoleillement et à un air plus frais, mais ils profitent aussi de meilleures conditions salariales, rappelle Maclean’s dans son édition de janvier. Et pas qu’un peu: le salaire des plus grands monte en moyenne 1,8% plus vite par pouce vertical additionnel, sur une base annuelle, par rapport à leurs homologues plus terre-à-terre. Le magazine rappelle aussi que 90% des PDG des entreprises du Fortune 500 sont plus grands que la moyenne. Maclean’s compile ces données pour en venir à un sujet qui lui est cher: la politique. Américaine, dans ce cas-ci. Dans la question la plus souvent posée à Google durant l’inauguration du 20 janvier dernier portait sur la taille de Donald Trump. Réponse: le nouveau président des États-Unis fait 6 pieds 2 pouces (bien qu’un bilan de santé publié avant les élections ait mentionnée 6 pi 3 po…), soit un pouce de plus (2,54 cm) que son prédécesseur. Et historiquement, ce n’est pas rien, le commandant en chef est aussi le commandant en hauteur.

3- Les sociétés cotées en Bourse à un creux d’au moins 20 ans. Les entreprises et les investisseurs sont beaucoup moins pressés qu’avant à opter pour un appel public à l’épargne, et ce n’est pas une tendance passagère. À tel point qu’on compte aujourd’hui 37% moins de sociétés pubiques, aux États-Unis, qu’en 1997, selon Fortune. Les entreprises en croissance préfèrent continuer de miser sur des rondes d’investissement privées, évitant les tracas liés à la publication des états financiers, et la volonté pas toujours concordante des grands actionnaires. Autrement dit, ceux qui craignent de voir des phénomènes comme Uber, qui accumule perte après perte, se répéter, il faudra s’armer de patience. L’an dernier, on a compté 65% moins d’entrées en Bourse qu’en 2014, et même si on attend quelques gros noms en 2017, la liste demeure plutôt courte.

4- Les millionnaires de la Silicon Valley craignent l’apocalypse. Pour vrai. Qu’ont en commun Steve Huffman, fondateur de Reddit, Antonio Garcia Martinez, ex-gestionnaire de produit chez Facebook et Tim Chang, directeur général de la firme d’investissement Mayfield Fund? Ils bossent tous dans la Silicon Valley. Ils sont tous millionnaires. Et surtout: ils font tous trois partie de ces richissimes survivalistes qui craignent réellement une apocalypse imminente. Point de vue fin du monde, ils ne sont pas au stade du «si», mais du «quand». Et leur réponse est: bientôt. Résultat, ils se préparent en conséquence. Huffman a entre autres procédé à une chirurgie oculaire pour se débarrasser de ses verres de contact, «qui seront impossibles à trouver après l’apocalypse», explique-t-il dans un long et étonnant article du New Yorker de janvier. Garcia Martinez a quant à lui acheté 5 acres de terrain boisé sur une île du Pacifique, les a équipés de panneaux solaires, de génératrices et d’une tonne d’armement. Même chose pour Chang: ses investissements dans l’immobilier comprennent des refuges en cas de catastrophe. Et ils ne sont pas seuls: ils font partie d’un groupe Facebook privé où leurs pairs tout aussi fortunés s’échangent conseils et astuces pour survivre à cette fin imminente. Comme garder un hélicoptère prêt à décoller à tout moment, bâtir un bunker en toute discrétion, etc.

5- La réalité virtuelle va-t-elle révolutionner le magasinage en ligne? C’est ce qu’Amazon(Nasdaq, AMZN) semble envisager. Le site Variety a découvert une offre d’emploi pour un directeur de la création de réalité virtuelle au sein de sa filiale spécialisée dans le développement de nouveaux outils de vente. «Vous devrez imaginer l’avenir des solutions en RV d’Amazon et guider nos équipes de création afin de créer des expériences attrayantes de qualité mondiale», lit-on dans la description de poste. On pourrait facilement imaginer une nouvelle façon de présenter les produits vendus par le géant du Web qui pourrait prolonger la croissance soutenue de ses ventes en ligne. Après les descriptions détaillées, les galeries photos et les rendus en 360 degrés, la possibilité de manipuler l’objet convoité, même de façon virtuelle, serait-elle une autre façon d’aider les internautes à trouver le bon produit sur son site?

6-Les investisseurs se montrent hésitants mardi matin, tandis que plusieurs entreprises phares s’apprêtent à dévoiler leurs résultats et que les premières décisions prises par Donald Trump suscitent des interrogations. Les indices S&P 500, Dow Jones et Nasdaq évoluent près de l’équilibre peu avant l’ouverture officielle. Le Nasdaq avance le plus, soit de 0,10%. Le pétrole Brent, la référence au Québec, prend 0,42% à 55,46$US. Lisez notre revue de marché complète.

7-Mauvaise nouvelle pour les concessionnaires auto et les revendeurs de pièces, les 2 plus importants détaillants américains lorgnent le secteur. Le même jour, on a appris que Wal-Mart(NY., WMT) et Amazon(Nasdaq, AMZN) lanceront des initiatives dans un secteur où elles étaient jusqu’à présent absentes: l’automobile. Wal-Mart va nouer des partenariats avec des exploitants de concessionnaires comme Autonation, le plus important détaillant du secteur au sud de la frontière. Le géant de Bentonville offrira une plateforme en ligne dans 25 supercentres de quatre marchés à partir du 1er avril prochain. Les acheteurs pourront acheter une voiture au toucher d’un bouton situé sur des kiosques en magasin, explique le site Automotive News. En fait, Wal-Mart recevra une redevance des concessionnaires avec qui elle fait affaires si des véhicules sont vendus grâce à son service. Par ailleurs, les fournisseurs de pièces d’auto comme Advance Auto Parts et O’Reilly Automotive ont chuté de 4% en Bourse lundi, après la publication d’articles affirmant que Amazon vise lancer une offensive dans le marché de 50G$US des réparations automobiles faites par les particuliers. Le New York Post a rapporté ce week-end que le détaillant en ligne avait conclu des ententes avec des fournisseurs de pièces d’auto, tels que Federal-Mogul Holdings, Dorman Products et Robert Bosch.

8-À l’agenda mardi, la ministre de l'Économie, Dominique Anglade, prend part à un événement de consultation sur le secteur manufacturier, organisé par Investissement Québec(11h30 à 17h, hôtel Château Joliette). Carl Viel, PDG de Québec International, prend part au lancement de la troisième édition du programme Catapulte(10h, 125, boulevard Charest, 2e étage). À Québec, le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, tient un point de presse en compagnie de la porte-parole du parti en matière de PME, Mireille Jean, pour présenter le plan Priorité PME(13h30, salon Jacques-L'Archevêque). Metro(Tor., MRU) tient son assemblée annuelle des actionnaires et rend publics ses résultats du premier trimestre. Un point de presse est prévu vers 11h(10h, Centre Mont-Royal, salon Mont Royal II, 2200, rue Mansfield). Le Canadien National (Tor., CN) dévoile ses résultats financiers du quatrième trimestre après la clôture des marchés.

9- L'élection de Donald Trump n'en finit plus de susciter des parodies et des détournements de toute sorte. La dernière en date est aussi l'une des meilleures. On la doit à une émission de TV hollandaise et elle est évidemment devenue virale. On vous laisse apprécier...



10-Le marché immobilier de votre ville est-il un des plus abordables du pays, ou au contraire un des plus chers du monde? Le 13e sondage annuel de la Demographia International Housing Affordability (à consulter ici), qui couvre 406 marchés immobiliers de neuf pays vient d’être dévoilé et révèle des statistiques fort instructives. Selon la mesure employée par l’étude(le prix médian d’une maison divisé par le revenu médian du ménage), Vancouver est devenue le troisième marché le moins abordable du monde, seulement devancé par Hong Kong et Sydney. Dans la ville de la côte ouest canadienne, les prix des maisons ont grimpé de l’équivalent d’une année complète du revenu annuel des ménages. Toronto a aussi enregistré une hausse équivalant à une année de revenu d’un ménage moyen de la ville. Montréal est considérée comme étant non abordable, mais elle reste relativement bien classée, puisqu’elle se trouve au 30e rang national et au 285e rang dans le monde. Vous cherchez à vous loger à un prix raisonnable? Trois-Rivières figure parmi les marchés les plus abordables du monde. Elle se classe au 45e rang. Si vous désirez payer encore moins cher, il y a aussi Saguenay. Bref, un tableau à consulter (en fin de document) pour dénicher des occasions ou vous consolez du prix que vous avez payé pour votre propriété...

Sources: Les Affaires, communiqués, PC, Fortune, Automotive News, Le Figaro, New Yorker, Mac Leans...

À suivre dans cette section


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 – Québec

Mercredi 18 mars


image

Expérience citoyen

Mercredi 01 avril


image

Objectif Nord

Mardi 07 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 22 avril


image

CONNEXION

Jeudi 07 mai


image

Gestion agile

Mercredi 27 mai

À la une

Et si on donnait des cours de savoir-vivre entrepreneurial...

BLOGUE INVITÉ. Il manque un point essentiel à la formation de nos aspirants dirigeants: le savoir-vivre entrepreneurial.

Legault prudent sur les nouvelles difficultés de Bombardier

M. Legault s’est limité à dire qu’il fallait maintenant tenter de « faire le mieux possible ».

737 MAX: Boeing cherche à emprunter au moins 10 G$

09:42 | AFP

Cette somme lui permettra de faire face à la facture galopante de la crise du 737 MAX.