10 choses à savoir lundi

Publié le 06/02/2017 à 09:05

10 choses à savoir lundi

Publié le 06/02/2017 à 09:05

Par Yannick Clérouin et Alain McKenna

Point 10: les Jetson ont-ils prédit Hyperloop?

Bon lundi! Voici 10 informations qui méritent votre attention en ce 6 février.


1-Un vrai leader peut motiver ses troupes sans dire un mot. Oubliez les infolettres internes et les discours hebdomadaires, il y a une façon encore plus efficace pour un gestionnaire de passer le bon message au sein de son entreprise. Et sans avoir à prononcer un seul mot! C’est ce que la fondatrice du site d’information pour gestionnaires Radiate, Betty Liu, a découvert ces derniers temps grâce à ses enfants. Elle trouvait qu’ils prenaient leurs leçons de natation un peu trop à la légère. Elle a donc contacté leur entraîneur, qui lui a répondu: «s’ils ne veulent pas y mettre l’effort, je ne peux pas les aider davantage.» Mme Liu a réfléchi puis a découvert un détail important: elle-même prenait leur activité trop peu sérieusement. «Si je ne m’en soucie pas vraiment, pourquoi eux devraient-ils le faire?» Elle s’est donc impliquée davantage, et elle assure que ses enfants le lui ont bien rendu. La morale est simple: «vos employés vous demandent des conseils et de l’encouragement, mais aussi de l’action. Si vous vous engagez à 75%, vous risquez d’obtenir 75% de leur performance en retour. Si vous mettez 100%, vous risquez d’obtenir 100% de leurs part», écrit-elle sur Inc. «Le meilleur moyen de motiver les troupes, c’est de se jeter à l’eau», conclut-elle. Vous savez donc quoi faire pour bien lancer votre semaine.


2-Votre prochain patron pourrait (presque) être un robot. On n’arrête pas le progrès. Et ces jours-ci, il semble improbable qu’on arrête le développement de l’intelligence artificielle… Et tandis qu’on craint depuis quelques mois déjà la disparition graduelle de certains métiers, comme les chauffeurs de poids lourds, il semblerait que toute la hiérarchie professionnelle puisse être affecté par l’automatisation, incluant le poste de PDG. Le Harvard Business Review a procédé à une imposante étude de 2000 tâches de bureau et 800 types de travail, afin de savoir quelle proportion de tout cela risque d’être, à terme, automatisé. Conclusion: «nous avons découvert que la moitié des tâches pour lesquelles les gens sont payés à l’heure actuelle ont le potentiel d’être automatisés en utilisant la technologie existant présentement», note la prestigieuse publication. L’équivalent de 3 500 milliards de dollars salaires! Cela dit, le HBR ne voit pas plus de 5% des emplois disparaître, l’automatisation éliminant plutôt environ 30% du boulot des travailleurs. Pour un PDG? C’est 25% de son boulot qui pourrait être fait par un robot.


L'IA et le travail.


3-Conseiller le président Trump a coûté très cher au PDG d’Uber. Pas pour rien s’il a quitté le petit comité de conseillers économiques formé par le flamboyant président américain la semaine dernière: la campagne #DeleteUber qui a fait rage sur les médias sociaux ces derniers jours s’est traduite par la fermeture de pas moins de 200000 comptes d’utilisateurs du service, selon le New York Times. Son rival, l’application Lyft, en a grandement bénéficié, surpassant Uber sur l’App Store d’Apple pour la première fois à vie. La présence de Travis Kalanick aux côtés de Donald Trump a été perçue par plusieurs clients d’Uber comme un appui à la mesure anti-immigration du président. Uber a aussi reçu son lot de critiques pour avoir offert son service à l’aéroport JFK, à New York, durant une grève des chauffeurs de taxi. En quittant le comité, Kalanick a déclaré que «joindre ce groupe n’était pas un signe d’appui aux gestes du président, mais ça a été perçu tel quel. Nous nous battrons pour les droits des immigrants dans nos communautés.» Uber a aussi mis sur pied un fonds de 3 millions de dollars US afin d’offrir des services légaux à ses chauffeurs affectés par les mesures du président Trump.


Travis Kalanick, PDG d'Uber.


4-Seriez-vous prêt à vous faire implanter une puce sous la peau pour circuler en toute liberté au bureau? C’est ce que huit salariés d’une agence de marketing numérique belge ont accepté de faire. Les employés volontaires de New Fusion peuvent ainsi accéder aux locaux de l’entreprise sans clé ni carte d’accès. La puce, qui fait la taille d'un grain de riz, est implantée entre le pouce et l'index des employés, précise l’agence de presse Belga. L’idée de faire appel au micropuçage a été lancée par un salarié qui oubliait souvent sa carte d’accès. La puce RFID coûte une centaine de dollars et contient les données personnelles de celui qui la porte, explique le site RTBF. Ainsi, en cas d’accident, les secouristes auraient directement accès à vos informations personnelles, s’enthousiasme un des volontaires. Cette technologie, déjà utilisée dans certaines boîtes de nuit ou encore dans certains centres de traitement de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, ne fait pas l’unanimité. «On flique dorénavant les employés au plus profond de leur chair», a dit à RTBF Alexis Deswaef, président de la ligue des droits de l’Homme. Que fera-t-on des données recueillies? La question se pose en effet. «Tiens, une quatrième pause cigarette pour Louis ce matin, il va falloir lui imposer une limite»...


Une puce dans la peau pour ouvrir la porte du bureau?


5-Une petite révolution attend les investisseurs partout sur la planète. La popularité des fonds négociés en Bourse (FNB) est plus grande aux États-Unis qu’ailleurs sur la planète. Leur taux de pénétration des marchés financiers y est de 28,5%, comparativement à une pénétration variant entre 5 et 15% en Europe et en Asie. Et même si cette proportion, chez nos voisins du sud, est appelée à grimper à 50 % d’ici 2024 au plus tard, c’est dans les autres marchés de la planète que leur potentiel de croissance est le plus grand, estime Stephen Tu, analyste senior pour Moody’s, qui vient de publier un rapport sur l'état des FNB dans le monde. «Nous voyons ce phénomène comme l’adoption d’une nouvelle technologie», écrit-il. «L’adoption de ces produits d’investissement passifs et à bas prix va continuer de grandir sans égard aux conditions du marché, à tel point qu’ils vont surpasser l’investissement actif quelque part entre 2021 et 2024.»


6-Un chiffre magique, et trois judicieux conseils du fondateur d’Alibaba(NYSE, BABA). Jack Ma n’est pas encore très connu de ce côté-ci du Pacifique, mais il demeure un des hommes d’affaires chinois les plus influents sur la planète. Pas surprenant, alors, qu’il ait été invité à livrer sa pensée sur l’économie actuelle et à venir à l’occasion du sommet de Davos, le mois dernier. Ce qui surprend, par contre, ce sont les conseils qu’il donne aux entrepreneurs qui se demandent ce qui se produira au courant des 30 prochaines années. «La chose la plus importante sera de rendre la technologie plus inclusive. Ensuite, portez attention aux gens de 30 ans, la génération Internet. Ce sont eux qui vont bâtir le monde à venir. Et gardez l’œil sur les entreprises prometteuses de 30 employés ou moins.» Car elles comptent parmi elles les Facebook(NASDAQ, FB), Alibaba et Google(NASDAQ, GOOG) de demain, croit-il. Le chiffre magique est donc le 30. «En 30 ans, les gens de 30 ans et les entreprises de moins de 30 employés vont rendre le monde meilleur».





7-Les Bourses sont sur la touche après que l’indice Dow Jones eut enregistré vendredi sa meilleure séance de l’année, et en l’absence de données et de résultats trimestriels d’importance. Les indices S&P 500, Dow Jones et Nasdaq reculent d'environ 0,21% peu avant l’ouverture officielle. Le baril de pétrole Brent, la référence au Québec, gagne 0,11% à 56,87$US. Lisez notre revue de marché complète.


8-A-t-on trouvé l’as dans la manche de Snapchat? Snap, la société-mère derrière la populaire application Snapchat, prépare une entrée en Bourse qu’on compare davantage à celle, peu fructueuse, de Twitter, plutôt qu’à celle de Facebook. Pas sûr que ça fait l’affaire de ses dirigeants… Et c’est peut-être pourquoi on a vu des détails couler sur le site The Information au cours du weekend à propos des nouveaux filtres que l’application compte proposer sous peu. Ces filtres seront plus «intelligents» que ceux actuellement disponibles, pouvant reconnaître divers éléments de l’image afin de créer des interactions entre des objets réels et des objets virtuels. Ces nouveaux filtres seraient particulièrement riches en potentiel publicitaire, ce qui sera le nerf de la guerre pour Snap inc. qui, malgré des revenus de 404,5 millions $US en 2015, a enregistré une perte nette de 514,6 millions $US. Snapchat doit non seulement générer plus de revenus par utilisateur, mais elle doit aussi se démarquer de rivaux aux reins solides que sont Facebook(NASDAQ, FB) et Instagram, qui reproduisent sans scrupule ses meilleurs coups.


Les filtres de Snapchat.


9-À l'agenda lundi, ouverture de la 6e Semaine des régions 2017. Table ronde sur le thème «Ruralité-Urbanité: Réinventer les complémentarités», avec notamment Denis Coderre et Richard Lehoux (FQM), Guy Cormier (Desjardins). Animé par René Vézina de Les Affaires(Montréal, ETS, 12h). La présidente et chef de la direction TransAlta Corporation, Dawn Farrell, prononce une allocution à la tribune du Cercle canadien de Montréal(12h, hôtel Omni Mont-Royal, 1050, rue Sherbrooke Ouest). Le docteur Detlev Ganten, président et fondateur du World Health Summit, prononce une allocution à la tribune du Conseil des relations internationales de Montréal(13h, Marriott Château Champlain, salon Cartier, 1, place du Canada). Le maire de Montréal, Denis Coderre, prend part à une table ronde sur la ruralité et l'urbanité(12h, École de technologie supérieure, 1100, rue Notre-Dame Ouest)Déjeuner-bénéfice de l'association Transport 2000 Québec, en présence notamment de Macky Tall, premier vice-président, infrastructures, et président et chef de la direction de CDPQ Infra(11h30, Plaza Centre-Ville-Évo). La Communauté métropolitaine de Montréal procède au lancement de ZOOM MTL, un outil qui vise à stimuler les investissements dans le Grand Montréal et à favoriser la croissance des entreprises du territoire. Le maire de Montréal, Denis Coderre, sera présent(17h, Hôtel Omni Mont-Royal). Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, et la députée d'Hochelaga-Maisonneuve, Carole Poirier, présenteront des mesures afin de favoriser l'intégration des immigrants à l'emploi(13h30, 1200, avenue Papineau, bureau 150).


10-Le mode de transport inspiré du dessin animé The Jetsons et lancé par Elon Musk est en train de prendre forme. Et c'est spectaculaire. Prenez quelques minutes pour constater les progrès réalisés par Hyperloop One, une des deux sociétés qui visent concrétiser le rêve de l’entrepreneur visionnaire derrière Tesla et Space X. Cette vidéo de CNN dresse un portrait fort intéressant de l’évolution du développement de ce nouveau mode de transport. Voyez aussi pourquoi la prochaine étape est critique pour le succès de l’Hyperloop.



Sources: Inc, Harvard Business Review, Moody's, New York Times, The Information, weforum.org, RTBF, Belga, CNN.


NDLR: L'article «Les 10 Choses à savoir» est un exercice de revue de presse. Les avis et opinions qui y sont rapportés ne reflètent pas nécessairement ceux et celles de la rédaction de Les Affaires.

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

10 choses à savoir cette fin de semaine

18/05/2019 | Alain McKenna

HBO a trouvé son prochain Game of Thrones, Uber ajoute un «mode silencieux» pour faire taire ses chauffeurs...

10 choses à savoir vendredi

17/05/2019 | Alain McKenna

Louis Vuitton aime les écrans souples, Goodfood cible les étudiants fauchés, Game of Thrones nuit à la productivité.

À la une

Pourquoi le changement climatique menace les investisseurs

18/05/2019 | François Normand

ANALYSE - La Banque du Canada met en garde les investisseurs contre les actifs échoués ou Stranded Assets.

La résilience de la Bourse surprend encore

BLOGUE. La confiance des consommateurs et le rebond des mises en chantier font espérer que l'économie tient bon.

Pourquoi Donald Trump s'attaque à la Chine

17/05/2019 | François Normand

BALADO - La Chine veut devenir numéro un en termes de qualité dans 10 secteurs clés à la base de l'économie américaine.