10 choses à savoir jeudi

Publié le 12/09/2019 à 08:00

10 choses à savoir jeudi

Publié le 12/09/2019 à 08:00

Par Alain McKenna

Point 2: Les entreprises canadiennes ont beaucoup à apprendre du succès de Bianca Andreescu. (Photo: Getty)

Le plus grand rival d'Amazon est à Ottawa, ce que Bianca Andreescu peut vous apprendre, Uber sait déjà comment déjouer le fisc et d'autres nouvelles à lire en ce jeudi 12 septembre.

1- Surprise! Le plus sérieux rival d’Amazon se trouve à Ottawa. Shopify, le fameux spécialiste ottavien du commerce électronique a vu son titre bondir en Bourse depuis le début de l’année, et si on se fie au buzz sur Wall Street, ce n’est pas terminé. La raison? Dans une note parue lundi, la firme d’analyse R.W. Baird a prédit que Shopify est en train de cimenter sa position comme plateforme numéro deux du magasinage en ligne aux États-Unis, derrière seulement Amazon. Son approche décentralisée est certainement un gros différentiateur par rapport à son rival de Seattle. Sa valeur boursière de plus de 40G$US lui a d’ailleurs permis de surclasser eBay à ce chapitre, note CNBC.

2- Les entreprises canadiennes ont beaucoup à apprendre du succès de Bianca Andreescu. La talentueuse joueuse de tennis continue de faire parler d’elle après son éclatante victoire aux Internationaux de tennis des États-Unis, en fin de semaine dernière. Jusque dans les écoles de gestion, où on reconnait les efforts faits par Tennis Canada pour instaurer une stratégie de développement dont a profité la joueuse de 19 ans. «Son triomphe est avant tout une victoire individuelle», débute Roger Martin, professeur émérite à l’école de gestion Rotman de l’Université de Toronto, mais le soutien de calibre mondial fourni par Tennis Canada est une leçon qui devrait inspirer les entreprises et organisations de toutes tailles, écrit-il, dans le Globe and Mail.

3- Tous les partis fédéraux s’entendent pour dire que la téléphonie sans fil coûte trop cher. La campagne électorale qui s’en vient mettra en lumière les points de vue fort divergents des divers partis politiques fédéraux sur de nombreuses questions politiques et économiques. Mais s’il y a une question sur laquelle tout le monde semble s’entendre, c’est que le sans-fil, au Canada, coûte trop cher. Malheureusement, il y a un autre détail qui paraît unanime : aucun parti n’a de véritable solution à proposer pour corriger la situation, remarque le Toronto Star.

4- Accidents routiers : Montréal sauverait des centaines de vies en imitant Barcelone. Les fameux «superquartiers» que Barcelone a testés ces dernières années s’avèrent un excellent moyen de privilégier la marche et le vélo et de réduire les risques liés au passage d’automobiles dans les plus petites rues des quartiers résidentiels de la métropole catalane. À ce jour, Barcelone ne compte que six de ces superquartiers, mais son objectif est d’en avoir plus de 500, à terme. Selon les prévisions indépendantes à ce sujet, ça lui permettrait de prévenir quelque 700 décès par an, épargnant du même coup 1,7 million d’euros en soins de santé, et prolongeant l’espérance de vie moyenne de ses résidents d’environ 200 jours, en moyenne, résume Fast Company.

5- Le chiffre du jour : 58% (la différence de salaire entre les hommes mariés et célibataires). Selon l’Université Cornell, cette différence, à l’avantage des hommes mariés, est indicatrice d’une tendance inquiétante pour l’industrie du mariage : on assisterait ces jours-ci à une pénurie d’homme «économiquement attrayants», ce qui expliquerait une baisse du nombre de mariages en Amérique du Nord, raconte le New York Daily News.

6- Si jamais Uber devient profitable, elle a déjà prévu comment elle évitera de payer de l’impôt. Une note passée en douce dans ses états financiers du deuxième trimestre permettra à Uber de sauver des milliards en impôt, le jour où l’entreprise deviendra profitable. La note en question indique qu’une partie de sa propriété intellectuelle a été transférée à une filiale qu’Uber possède aux Pays-Bas, où l’impôt sur les sociétés est moins élevé que, disons, aux États-Unis. Au besoin, Uber n’aurait ensuite qu’à «louer» cette propriété intellectuelle, ce qui représente une dépense qui peut ensuite être déduite de ses revenus à l’étranger. C’est une pratique qui est populaire auprès d’autres sociétés technologiques, observe Fortune.

7- Mercedes-Benz embauche des experts en jeu vidéo pour améliorer ses tableaux de bord. Avec leur technologie embarquée, les autos modernes ont assez de puissance informatique pour afficher des graphismes dignes des meilleurs jeux vidéo. Et pourtant, en matière d’interface, il n’y a pas grand-chose de plus laid ou d’inefficace que les affichages d’automobiles… C’est pourquoi, désireuse de corriger la situation, la société allemande Daimler a décidé d’embaucher des programmeurs de jeu vidéo. Le fabricant espère aussi ajouter des éléments de ludification à bord de ses voitures, en attribuant un score au conducteur en fonction de son comportement. «L’objectif est d’amorcer un changement important dans la façon dont les gens interagissent avec leur automobile», indique Markus Schaefer, directeur de la R-D pour Daimler, à Reuters.

8- Et si le financement participatif permettait de mieux protéger l’environnement? Un organisme à but non-lucratif de la Colombie-Britannique a récemment décidé d’acquérir un terrain de 2000 acres valant 3 millions de dollars et situé à quelque 100 kilomètres de Vancouver. N’ayant pas les sous pour effectuer la transaction, la BC Parks Foundation a demandé l’aide du public et les dons de particuliers se sont mis à entrer, suffisamment pour boucler la transaction. «Le gouvernement ne peut pas tout faire. Je pense que ce modèle représente le futur en permettant aux gens de faire partie de ce mouvement», affirme Andy Day, PDG de la BC Parks Foundation, à Global News.

9- Le chien est le meilleur ami de l’Homme, mais le meilleur ami du chien est ce robot. Si votre fidèle quadripède a besoin de stimulation, la société Varram a peut-être la solution pour le garder en forme pendant que vous êtes au bureau…


10- En vidéo : Microsoft, la pièce musicale. Des stagiaires ayant passé l’été sur le campus de Redmond ont voulu commémorer leur séjour d’une façon originale. On ne verra pas ça sur Broadway, mais ça en dit long sur l’ambiance au sein d’une entreprise qui a certainement connu des jours plus sombres…


Sources: CNBC, Fast Company, Fortune, Global News, New York Daily News, Reuters, The Globe & Mail, Toronto Star, YouTube.

Suivez-moi sur Twitter:

Follow @mcken

NDLR: L'article des «10 Choses à savoir» reste un exercice de revue de presse. Les avis et opinions qui y sont rapportés ne reflètent pas nécessairement ceux et celles de la rédaction de Les Affaires.

À suivre dans cette section


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

Sur le même sujet

10 choses à savoir lundi

16/09/2019 | Alain McKenna

La puce secrète du iPhone 11, les Québécois ne comprennent pas l'IA, où vont vraiment les sacs biodégradables?

10 choses à savoir cette fin de semaine

14/09/2019 | Alain McKenna

Tesla aime beaucoup le Canada, Uber a déjà prévu comment elle évitera de payer de l'impôt lorsqu'elle sera profitable...

À la une

Bourse: Wall Street voit rouge, Toronto est à un sommet record

Mis à jour le 16/09/2019 | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Le Brent a bondi de 14,6 %, sa plus forte progression depuis que le contrat a été formalisé en 1988.

Titres en action: Aramco, Coca-Cola, Facebook...

16/09/2019 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Les Bourses européennes reculent face aux tensions pétrolières

16/09/2019 | AFP

Les investisseurs ont «forcément été pris un petit peu de court sur le retour du risque géopolitique», dit une analyste.