Les camions du Groupe Robert doivent rouler la nuit en raison des entraves


Édition du 21 Mars 2015

Les camions du Groupe Robert doivent rouler la nuit en raison des entraves


Édition du 21 Mars 2015

[Photo: Bloomberg]

L'un des grands défis du Groupe Robert, qui offre des services de transport, d'entreposage et de distribution, est de composer avec les nombreux chantiers qui entravent la circulation, notamment dans la région de Montréal.

À lire aussi:
Québec veut créer quatre pôles logistiques dans la région de Montréal
Des voies à emprunter pour améliorer la mobilité
Une expertise québécoise reconnue au-delà des frontières de la province
Partager les connaissances favorise l'innovation
Une circulation plus fluide grâce aux données
Mobiliser les acteurs du secteur afin d'améliorer les techniques utilisées
À la recherche de gains d'efficacité dans la signalisation aux abords des chantiers
Un système à améliorer en région
Une ère de grands chantiers au Québec

Ses camions sillonnent les routes nord-américaines à l'est du fleuve Mississippi. Au Québec, les nombreux chantiers routiers leur compliquent toutefois la tâche.

«C'est un défi constant pour nous, admet Gilbert Duquette, vice-président aux ventes et développement des affaires. Nous devons développer des stratégies, comme la livraison de nuit ou le contournement de certains secteurs. Nous tentons d'éviter les congestions routières. Mais ce n'est pas toujours possible.»

Conséquence de ce ralentissement de la circulation, il faut plus de camions pour faire le même nombre de livraisons, puisque chaque camion effectue quotidiennement moins de livraisons. «Pourtant, c'est le contraire qu'on vise», lance M. Duquette. L'accès congestionné au Port de Montréal, notamment, est souvent un problème pour le Groupe Robert, dont une des spécialités est le transport de conteneurs.

Ce n'est pourtant pas le moment de levier le pied. En effet, en raison de la baisse du dollar canadien et de la relance économique aux États-Unis, le printemps s'annonce occupé pour les chauffeurs du Groupe Robert. Les exportations québécoises et ontariennes devraient connaître un certain regain, après une période de relative stagnation.

Fondée en 1946, l'entreprise familiale de Boucherville ne cesse de prendre de l'ampleur. Son chiffre d'affaires croît d'environ 7 % depuis de nombreuses années et s'établit présentement à 400 millions de dollars. Le transport génère de 70 à 80 % de ce chiffre d'affaires, le reste provenant des centres de distribution, qui offrent plus de 2,5 millions de pieds carrés de superficie à Montréal, Toronto et Québec. Le Groupe Robert compte 3 300 chauffeurs, pour une flotte de plus de 1 100 camions et 3 000 remorques.

À lire aussi:
Québec veut créer quatre pôles logistiques dans la région de Montréal
Des voies à emprunter pour améliorer la mobilité
Une expertise québécoise reconnue au-delà des frontières de la province
Partager les connaissances favorise l'innovation
Une circulation plus fluide grâce aux données
Mobiliser les acteurs du secteur afin d'améliorer les techniques utilisées
À la recherche de gains d'efficacité dans la signalisation aux abords des chantiers
Un système à améliorer en région
Une ère de grands chantiers au Québec

À la une

La Bourse de Toronto termine en baisse de plus de 350 points

Mis à jour il y a 6 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine aussi dans le rouge, déprimée par les taux obligataires.

À surveiller: Dollarama, Banque Scotia et Alimentation Couche-Tard

Que faire avec les titres de Dollarama, Banque Scotia et Alimentation Couche-Tard? Voici des recommandations d’analystes

Les nouvelles du marché du mercredi 29 mai

Mis à jour à 09:21 | Refinitiv

PwC devient le premier client d’OpenAI.