Crise de l'auto: Le conseiller de Harper aurait démissionné

Publié le 22/12/2008 à 00:00

Crise de l'auto: Le conseiller de Harper aurait démissionné

Publié le 22/12/2008 à 00:00

Par La Presse Canadienne
Cependant, le journal dit avoir appris de sources du gouvernement de l'Ontario que Jim Arnett continuera d'assister en la matière le premier ministre provincial Dalton McGuinty.

La démission de M.Arnett aurait été communiquée au premier ministre Harper vendredi dernier, soit la veille de l'annonce d'un plan de 4 milliards $ en prêts élaboré pour General Motors et Chrysler par les gouvernements du Canada et de l'Ontario.

Le "Toronto Star" ajoute que des fonctionnaires fédéraux lui ont rapporté que le gouvernement canadien n'avait jamais véritablement consulté Jim Arnett sur ce qui devrait être fait pour aider l'industrie et que l'entourage du premier ministre Harper ne prévoyait pas de lui trouver de successeur.

Le gouvernement se serait plutôt fié à des opinions lui ayant été transmises à l'interne.

Cela laisse entendre que le gouvervement Harper n'entend pas nommer qui que ce soit pour surveiller les activités des grands de l'auto nord-américains à qui il vient de prêter des sommes d'argent considérables.

Jim Arnett a été nommé conseiller le 1er décembre dernier par Tony Clement, ministre fédéral de l'Industrie, et Michael Bryant, ministre du Développement économique de l'Ontario. De 2004 à 2006, M. Arnett a agi en tant que conseiller spécial auprès du premier ministre de l'Ontario dans le dossier de l'industrie de l'acier, notamment la restructuration de l'entreprise Stelco inc. Il a été le président et chef de la direction de Molson inc. de 1997 à 2000. ce titre, il a dirigé la restructuration de cette entreprise.

À la une

Il s’est passé quoi avec Meta?

Édition du 21 Février 2024 | Jean Gagnon

BOUSSOLE BOURSIÈRE. Comment la valeur de Meta Platforms a-t-elle pu fluctuer de cette façon depuis trois ans?

Un projet tangible d'investissement servant à développer sa pensée «long terme»

EXPERT INVITÉ. En investissement boursier, il est souvent bien moins payant d’aller vite que de prendre son temps.

À surveiller: Québecor, BRP et Nvidia

Que faire avec les titres de Québecor, BRP et Nvidia? Voici des recommandations d’analystes.