À la recherche de gains d'efficacité dans la signalisation aux abords des chantiers


Édition du 21 Mars 2015

À la recherche de gains d'efficacité dans la signalisation aux abords des chantiers


Édition du 21 Mars 2015

Christian Fay, du Groupe SMG. [Photo: Jérôme Lavallée]

Continuer d'assurer un débit égal du trafic routier pendant les travaux : un sapré défi dans un projet comme celui de l'échangeur Turcot ! «Le ministère des Transports exige que, pendant les sept ans que dureront les travaux, toute la capacité actuelle reste disponible. La construction exige de fermer des voies, de briser des rampes d'accès et de sortie. Et malgré tout, il faudra que plus de 165 000 véhicules puissent continuer de circuler dans ce secteur chaque jour !» explique le vice-président du Groupe SMG, Christian Fay.

À lire aussi:
Québec veut créer quatre pôles logistiques dans la région de Montréal
Des voies à emprunter pour améliorer la mobilité
Une expertise québécoise reconnue au-delà des frontières de la province
Partager les connaissances favorise l'innovation
Une circulation plus fluide grâce aux données
Mobiliser les acteurs du secteur afin d'améliorer les techniques utilisées
Les camions du Groupe Robert doivent rouler la nuit en raison des entraves
Un système à améliorer en région
Une ère de grands chantiers au Québec

L'entreprise fondée en 1999 compte une quarantaine d'employés à Montréal et environ 25 à Québec. Son effectif fluctue au gré des saisons. Elle a pour principale activité de gérer la circulation sur les chantiers routiers et autour d'eux, notamment en mettant en place et en entretenant la signalisation, les entraves et les détours. Elle fabrique aussi des panneaux de signalisation, que ce soit les panneaux verts géants que l'on retrouve sur les autoroutes ou ceux qui sont installés sur les chantiers.

L'occasion de montrer son savoir-faire

La signalisation de chantier jouera un rôle important dans les multiples travaux routiers s'annonçant au Québec au cours des prochaines années. Pour le Groupe SMG, c'est l'occasion de démontrer son expertise et de faire évoluer les méthodes. «Il y a deux défis majeurs dans la signalisation de chantier, explique le vice-président. Le premier est d'assurer la sécurité des automobilistes, des cyclistes ou des piétons circulant aux abords des chantiers, ainsi que des travailleurs. Le second est d'assurer la mobilité. De plus en plus, nous passons d'une entreprise de signalisation à une entreprise de gestion de la mobilité.»

Recherche d'efficacité

Les entreprises comme le Groupe SMG sont toujours à la recherche de gains en efficacité. C'est d'autant plus important qu'il y a beaucoup de contraintes à respecter. «Par exemple, si vous faites un chantier sur une autoroute, vous ne pourrez généralement fermer celle-ci à la circulation qu'entre 23 h et 5 h, explique Christian Fay. L'entrepreneur peut commencer à travailler seulement quand nous avons fini d'installer les entraves et doit s'arrêter à un moment qui nous laisse le temps de les enlever. Il y a des pénalités si la route n'ouvre pas à l'heure. Donc, si nous pouvons placer les entraves et les enlever en 15 minutes, plutôt qu'en 30, le gain pour l'entrepreneur est appréciable.»

Pour y arriver, il faut sans cesse améliorer la coordination, les communications et le fonctionnement interne. Il faut aussi fidéliser les travailleurs une fois qu'ils ont gagné de l'expérience. Ce qui n'est pas toujours facile, notamment en raison des salaires relativement bas pour un travail difficile, qui se fait à l'extérieur et souvent de nuit. L'Association en signalisation de chantiers du Québec se bat depuis plusieurs années pour qu'on crée un comité paritaire dans ce domaine, qui assurerait un rehaussement du salaire minimum de ces travailleurs. Présentement, ceux-ci sont assujettis au comité paritaire des agents de sécurité, qui garantit un salaire minimum de 16,14 $ l'heure.

À lire aussi:
Québec veut créer quatre pôles logistiques dans la région de Montréal
Des voies à emprunter pour améliorer la mobilité
Une expertise québécoise reconnue au-delà des frontières de la province
Partager les connaissances favorise l'innovation
Une circulation plus fluide grâce aux données
Mobiliser les acteurs du secteur afin d'améliorer les techniques utilisées
Les camions du Groupe Robert doivent rouler la nuit en raison des entraves
Un système à améliorer en région
Une ère de grands chantiers au Québec

À la une

La Bourse de Toronto termine en baisse de plus de 350 points

Mis à jour il y a 0 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine aussi dans le rouge, déprimée par les taux obligataires.

À surveiller: Dollarama, Banque Scotia et Alimentation Couche-Tard

Que faire avec les titres de Dollarama, Banque Scotia et Alimentation Couche-Tard? Voici des recommandations d’analystes

Les nouvelles du marché du mercredi 29 mai

Mis à jour à 09:21 | Refinitiv

PwC devient le premier client d’OpenAI.