Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Si facile de ne pas voir les progrès de l’industrie crypto

François Remy|Mis à jour le 26 avril 2024

Si facile de ne pas voir les progrès de l’industrie crypto

(Illustration: Camille Charbonneau)

LES CLÉS DE LA CRYPTOAvouons que les avancées technologiques font nettement moins les gros titres que les faillites, scandales et autres dérives rythmant l’environnement du bitcoin. Pourtant, le secteur crypto s’avère plus sain que ce que les prix instables ou les travers médiatisés ne laissent penser.

Gros décalage. Il persiste un important déséquilibre entre le battage médiatique, la volatilité des cours et les paramètres vitaux des technologies du web3, l’évolution d’Internet à laquelle nous assistons. a16z, la branche crypto de la société californienne de capital-risque Andreessen Horowitz, veut corriger ce biais de perception.

«Il serait facile pour un observateur occasionnel de ne pas cerner les progrès rapides réalisés par l’industrie crypto. Les améliorations majeures de l’infrastructure (blockchain) telles que The Merge ne font tout simplement pas les gros titres aussi souvent que les effondrements très médiatisés», estiment conjointement Eddy Lazzarin, directeur technologique, et Daren Matsuoka, associé de la division investissement, chez a16z.

Dans leur nouveau rapport 2023 sur État de la Crypto, les experts d’a16z font parler les données et suivent les signaux déterminants, notamment sur les progrès durables du web3. Ils brossent ainsi un portrait plus propice du secteur du bitcoin qui, contre toute apparence, poursuit un cycle régulier de développement, de lancement de produits et d’innovation continue.

Des technologies «autrefois pratiquement impossibles»

Chez Andreessen Horowitz, rappelons que la crypto n’est pas considérée comme un nouveau système financier, mais comme une nouvelle plateforme informatique. Venant d’invests crypto, il faut naturellement s’attendre à la ferveur et aux éloges. «Les nouveaux développeurs entrent dans le web3 à un rythme record. La recherche universitaire s’accélère. Des produits ambitieux sont lancés régulièrement», épinglent les rapporteurs.

Il n’empêche qu’en termes de progrès, si l’on se penche sur des aspects techniques, des avancées ont par exemple été rapidement menées dans le domaine des systèmes dits à «connaissance nulle» (zk, zero knowlegde). Ces systèmes impliquent des méthodes cryptographiques pour prouver ou vérifier qu’un ensemble de faits est vrai sans révéler aucune information relative à ces mêmes faits.

Les travaux en la matière, qui durent depuis des décennies, sont passés de la théorie à la pratique au cours des dernières années, stimulés par l’écosystème crypto.

«Ces technologies puissantes et fondamentales débloquent l’évolutivité de la blockchain, ainsi que de nouveaux cas d’utilisation, notamment des applications préservant la vie privée et des calculs vérifiables qui pourraient permettre l’apprentissage automatique décentralisé par l’intelligence artificielle», explique-t-on chez a16z.

Plus nombreux que jamais

L’image du secteur reflétée par la capitalisation des marchés crypto reste trompeuse. Les prix semblent au mieux, s’être stabilisés, au pire, stagner pour les observateurs non-initiés. Le crypto pourrait leur sembler à l’arrêt depuis les effondrements de Terra, FTX, SVB… Alors que les blockchains comptent de plus en plus d’utilisateurs actifs et de moyens d’engager le public.

«Le nombre d’adresses actives a atteint un niveau record le mois dernier (15 millions!) et a doublé au cours des deux dernières années, grâce à une variété croissante d’applications et de services», décrit le rapport d’a16z.

Le nombre d’adresses actives mensuelles, c’est-à-dire les adresses uniques effectuant des transactions sur la chaîne chaque mois — n’a jamais été aussi élevé. En février dernier, les 15 millions d’adresses d’envoi ressortaient ainsi à un niveau plus de deux fois plus qu’en 2021 alors que les cours boursiers étaient encore élevés.

Cela signifierait qu’il existe de plus en plus de façons de prendre part à l’écosystème blockchain et d’utiliser les applications web3. De la finance décentralisée (DeFi) aux NFT, en passant par les organisations autonomes décentralisées (DAO) et les jeux vidéo sur blockchain — dont plus de 700 ont été lancés l’année dernière.

«Se concentrer sur les mouvements à court terme du marché — et pas assez sur les tendances technologiques sous-jacentes — obscurcit la vision d’ensemble», reconnaissent les experts d’a16z. D’ailleurs, ils ont élaboré un nouvel indice crypto pour suivre les progrès durables «selon des dimensions plus significatives que les seules données financières». L’indice montre la croissance mensuelle moyenne pondérée d’un ensemble d’indicateurs clés de l’industrie (devs actifs, nombre de smart contracts vérifiés, publications académiques, offres d’emploi, nombre de transactions, etc.).