Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Les jeunes peuvent continuer à utiliser TikTok

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Les jeunes peuvent continuer à utiliser TikTok

Le gouvernement libéral avait ordonné un examen de TikTok en matière de sécurité nationale en septembre dernier, mais il ne l’a révélé publiquement que cette semaine. (Photo: 123RF)

Le ministre fédéral de l’Industrie affirme que les Canadiens ne devraient pas s’inquiéter de l’utilisation de TikTok, malgré l’«examen de la sécurité nationale» qui est en cours sur cette entreprise. 

On a demandé vendredi au ministre François−Philippe Champagne, lors d’une conférence de presse, si les Canadiens qui utilisent l’application, y compris les parents dont les enfants sont très présents sur TikTok, devraient s’inquiéter de cette plateforme.

«La réponse est non. Et je pense que les Canadiens et les parents devraient être heureux de voir que nous avions une longueur d’avance», a-t-il déclaré à propos de l’ouverture il y a six mois au Canada d’un examen en matière de sécurité nationale.

On a demandé plus tard à M. Champagne pourquoi le gouvernement avait gardé secret cet examen, puisque les parents ne devraient pas avoir à s’inquiéter de TikTok, selon lui.

Le ministre a déclaré que tout ce qui résulterait de l’examen serait «dirigé vers l’entreprise et non vers les utilisateurs» de TikTok.

Le gouvernement libéral avait ordonné un examen de TikTok en matière de sécurité nationale en septembre dernier, mais il ne l’a révélé publiquement que cette semaine.

Cette révélation est intervenue à la faveur de l’adoption par la Chambre des représentants américaine, mercredi, d’une proposition de projet de loi qui interdirait TikTok aux États−Unis, à moins que son propriétaire, établi en Chine, ne vende sa participation dans l’entreprise.

M. Champagne a indiqué vendredi que son gouvernement suivrait attentivement ce projet de loi aux États−Unis, qui doit être voté maintenant au Sénat. Le ministre a souligné qu’il «restait encore du chemin à parcourir avant qu’il ne devienne loi».

TikTok est une filiale en propriété exclusive de la société technologique chinoise ByteDance. La préoccupation à l’origine du projet de loi américain est qu’en raison des lois chinoises sur la sécurité nationale, qui obligent les organisations à contribuer à la collecte de renseignements, le gouvernement chinois pourrait exiger l’accès aux données des utilisateurs américains de TikTok.

Le cabinet du ministre Champagne a affirmé que l’examen canadien, demandé il y a six mois, n’est donc pas lié au projet de loi américain.

 

Une affaire d’investissement étranger 

Le ministre a déclaré vendredi que l’enquête canadienne ne devrait surprendre personne puisque le gouvernement a publié plus tôt ce mois−ci une nouvelle politique sur les investissements étrangers dans le secteur canadien des médias numériques interactifs.

M. Champagne a déclaré que cette politique «était très claire»: le gouvernement canadien soumet les investissements étrangers dans le domaine des médias numériques interactifs «à un examen minutieux».

Cet énoncé de politique stipule que «certains acteurs hostiles parrainés ou influencés par un État pourraient chercher à tirer parti des investissements étrangers dans le secteur des médias numériques interactifs afin de propager la désinformation ou de manipuler l’information d’une manière portant atteinte à la sécurité nationale du Canada».

Le gouvernement a précisé que c’était une expansion d’entreprises qui avait déclenché l’examen en vertu de la Loi sur Investissement Canada. On n’a pas précisé laquelle, par contre, mais une base de données gouvernementale montre un avis de nouvelle entreprise de TikTok en juin 2023.

La base de données indique que Network Sense Ventures à Toronto et à Vancouver se lancerait dans «des activités de marketing, de publicité et de développement de contenu/créateur en relation avec l’utilisation de l’application TikTok au Canada».

La Loi sur Investissement Canada permet au gouvernement de lancer un examen lorsqu’il estime qu’un investissement étranger pourrait nuire à la sécurité nationale.

Le Cabinet peut prendre certaines mesures, par exemple obliger les investisseurs à vendre des parties de l’entreprise ou des actions, ou leur permettre de continuer à fonctionner tant qu’ils acceptent certaines conditions.

Le gouvernement fédéral a interdit TikTok de ses appareils mobiles en février 2023 à la suite du lancement d’une enquête sur l’entreprise par les commissaires fédéraux et provinciaux à la protection de la vie privée. Plusieurs provinces, dont le Québec, ont rapidement emboîté le pas.

Le ministre Champagne a souligné vendredi que la Loi sur Investissement Canada ne lui permettait pas de divulguer les détails de l’examen en cours.

Il a déclaré qu’une fois l’examen terminé, «nous informerons les Canadiens de toute mesure, le cas échéant, que nous décidons de prendre à l’égard de cette entreprise en particulier».

Un porte−parole de TikTok a déclaré que l’entreprise coopérait avec l’examen du gouvernement et qu’elle restait «déterminée à assurer la sûreté et la sécurité de la plateforme pour les millions de créateurs, d’artistes et de petites entreprises au Canada qui comptent sur TikTok pour gagner leur vie, trouver une communauté et créer des emplois».

Anja Karadeglija, La Presse Canadienne