Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Le PDG de TikTok est en opération charme

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Le PDG de TikTok est en opération charme

L’application TikTok a été critiquée aux États-Unis, au Canada, en Europe et en Asie-Pacifique, où un nombre croissant de gouvernements ont interdit TikTok des appareils utilisés pour les affaires officielles. (Photo: La Presse Canadienne)

Londres — TikTok a lancé une contre−offensive mardi dans un contexte de pression occidentale croissante sur les problèmes de cybersécurité et de désinformation, en déployant des règles et des normes mises à jour pour le contenu. 
Mais son PDG a aussi mis en garde contre une éventuelle interdiction américaine de cette application de partage de vidéos appartenant à des Chinois.
Le PDG, Shou Zi Chew, doit comparaître jeudi devant les élus du Congrès américain, qui l’interrogeront sur les pratiques de confidentialité et de sécurité des données de l’entreprise et sur ses relations avec le gouvernement chinois.
M. Chew a déclaré dans une vidéo sur TikTok que cette convocation «arrive à un moment charnière» pour l’entreprise, après que les législateurs ont introduit des mesures qui élargiraient l’autorité de l’administration de Joe Biden pour promulguer une interdiction américaine de l’application. Selon le PDG, plus de 150 millions d’Américains utilisent cette application.
«Certains politiciens ont commencé à parler d’interdire TikTok. Mais ça, ça pourrait enlever TikTok à vous tous, les 150 millions d’utilisateurs», déclare M. Chew, vêtu d’un jean et d’un chandail à capuchon bleu, avec le dôme du Capitole américain en arrière−plan.
«Je témoignerai devant le Congrès cette semaine pour partager tout ce que nous faisons afin de protéger les Américains qui utilisent l’application», dit−il.
L’application TikTok a été critiquée aux États−Unis, au Canada, en Europe et en Asie−Pacifique, où un nombre croissant de gouvernements ont interdit TikTok des appareils utilisés pour les affaires officielles. Ces gouvernements craignent que l’application ne présente des risques pour la cybersécurité et la confidentialité des données, ou qu’elle puisse être utilisée pour véhiculer de la rhétorique pro−Pékin et de la désinformation.
Jusqu’à présent, rien ne prouve que cela se soit produit ou que TikTok ait transmis les données des utilisateurs au gouvernement chinois, comme certains de ses détracteurs l’ont affirmé.
TikTok a par ailleurs annoncé des règles et des normes mises à jour pour le contenu et les utilisateurs dans un ensemble réorganisé de «directives communautaires», qui incluent huit principes pour guider les décisions de modération de contenu.
«Ces principes sont basés sur notre engagement à défendre les droits de la personne et alignés sur les cadres juridiques internationaux», a déclaré Julie de Bailliencourt, responsable mondiale de la politique produit de TikTok.

Londres — TikTok a lancé une contre−offensive mardi dans un contexte de pression occidentale croissante sur les problèmes de cybersécurité et de désinformation, en déployant des règles et des normes mises à jour pour le contenu.

Mais son PDG a aussi mis en garde contre une éventuelle interdiction américaine de cette application de partage de vidéos appartenant à des Chinois.

Le PDG, Shou Zi Chew, doit comparaître jeudi devant les élus du Congrès américain, qui l’interrogeront sur les pratiques de confidentialité et de sécurité des données de l’entreprise et sur ses relations avec le gouvernement chinois.

M. Chew a déclaré dans une vidéo sur TikTok que cette convocation «arrive à un moment charnière» pour l’entreprise, après que les législateurs ont introduit des mesures qui élargiraient l’autorité de l’administration de Joe Biden pour promulguer une interdiction américaine de l’application. Selon le PDG, plus de 150 millions d’Américains utilisent cette application. 

«Certains politiciens ont commencé à parler d’interdire TikTok. Mais ça, ça pourrait enlever TikTok à vous tous, les 150 millions d’utilisateurs», déclare M. Chew, vêtu d’un jean et d’un chandail à capuchon bleu, avec le dôme du Capitole américain en arrière−plan. 

«Je témoignerai devant le Congrès cette semaine pour partager tout ce que nous faisons afin de protéger les Américains qui utilisent l’application», dit−il.

L’application TikTok a été critiquée aux États−Unis, au Canada, en Europe et en Asie−Pacifique, où un nombre croissant de gouvernements ont interdit TikTok des appareils utilisés pour les affaires officielles. Ces gouvernements craignent que l’application ne présente des risques pour la cybersécurité et la confidentialité des données, ou qu’elle puisse être utilisée pour véhiculer de la rhétorique pro−Pékin et de la désinformation. 

Jusqu’à présent, rien ne prouve que cela se soit produit ou que TikTok ait transmis les données des utilisateurs au gouvernement chinois, comme certains de ses détracteurs l’ont affirmé. 

TikTok a par ailleurs annoncé des règles et des normes mises à jour pour le contenu et les utilisateurs dans un ensemble réorganisé de «directives communautaires», qui incluent huit principes pour guider les décisions de modération de contenu. 

«Ces principes sont basés sur notre engagement à défendre les droits de la personne et alignés sur les cadres juridiques internationaux», a déclaré Julie de Bailliencourt, responsable mondiale de la politique produit de TikTok.