Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Facebook a 3G d’utilisateurs, mais est délaissé par les jeunes

La Presse Canadienne|08 mai 2023

Facebook a 3G d’utilisateurs, mais est délaissé par les jeunes

a plateforme de médias sociaux autrefois en vogue, qui est née avant l’iPhone, approche de deux décennies d’existence. (Photo: La Presse Canadienne)

Facebook maintient qu’il n’est pas mort. Le réseau social veut aussi que vous sachiez que ce n’est pas seulement pour «les personnes âgées», comme le disent les jeunes depuis des années. 

Maintenant, avec sa plus grande épine dans le pied – TikTok – qui fait l’objet de critiques dans un contexte de tensions croissantes avec la Chine, Facebook pourrait peut−être se positionner comme une alternative viable.

Il y a juste un problème: les jeunes adultes comme Devin Walsh sont passés à autre chose.

«Je ne me souviens même pas de la dernière fois que je me suis connectée. Ça devait faire des années», a déclaré la jeune femme de 24 ans, qui vit à Manhattan et travaille en relations publiques.

Au lieu de cela, elle regarde Instagram, qui appartient également à la société mère de Facebook, Meta, environ cinq ou six fois par jour. Ensuite, il y a TikTok, bien sûr, où elle passe environ une heure par jour à faire défiler, laissant l’algorithme trouver des choses «qu’elle ne savait même pas qui l’intéressait».

Devin Walsh ne peut pas imaginer un monde dans lequel Facebook, qu’elle a rejoint lorsqu’elle était en sixième année, redeviendrait une partie intégrante de sa vie.

«C’est l’image de marque, n’est−ce pas? Quand je pense à Facebook, je pense à des personnes âgées, comme des parents qui publient des photos de leurs enfants, des mises à jour de statut aléatoires et aussi des gens qui se battent sur des questions politiques», a-t−elle expliqué. 

La plateforme de médias sociaux autrefois en vogue, qui est née avant l’iPhone, approche de deux décennies d’existence. Pour ceux qui sont devenus majeurs à l’époque où Mark Zuckerberg a lancé thefacebook.com depuis son dortoir de Harvard en 2004, l’application a été inextricablement intégrée à la vie quotidienne – même si elle s’est quelque peu estompée au fil des ans.

Populaire et imparable

Facebook fait face à un défi particulièrement étrange. De nos jours, trois milliards de personnes le consultent chaque mois. C’est plus d’un tiers de la population mondiale. Et deux milliards se connectent chaque jour. Pourtant, le réseau social doit toujours se battre pour prouver sa pertinence, après deux décennies d’existence.

Pour les jeunes générations – les préadolescents et adolescents – ce n’est décidément pas l’endroit où il faut être. Sans cette démographie avant−gardiste, Facebook, qui reste la principale source de revenus de la société mère Meta, risque de passer à l’arrière−plan – utilitaire, mais ennuyeux, comme le courrier électronique. 

Ça n’a pas toujours été comme ça. Pendant près d’une décennie, Facebook a été l’endroit où il faut être, une référence culturelle, le sujet constamment référencé dans les conversations quotidiennes, qui joue le rôle de la télévision de fin de soirée – sa fondation a même fait l’objet d’un film hollywoodien. Son rival, MySpace, lancé seulement un an plus tôt, est rapidement devenu obsolète à mesure que les internautes affluaient sur Facebook. Cela n’a pas aidé le destin de MySpace, qui a été vendu à News Corp. en 2005.

«C’était cette combinaison étrange […] personne ne savait comment la technologie fonctionnait, mais pour avoir un MySpace, nous devions tous devenir des mini-codeurs. C’était tellement stressant», a relaté Moira Gaynor, âgée de 28 ans. 

«C’est peut-être même pour cette raison que Facebook a décollé. Parce que comparativement à MySpace, c’était cette magnifique zone d’engagement intégrée et merveilleuse que nous n’avions pas auparavant et dont nous avions vraiment envie après avoir eu du mal avec MySpace pendant si longtemps.» 

Se positionnant en visionnaire, M. Zuckerberg avait refusé de vendre Facebook et a poussé son entreprise à travers la révolution mobile. Alors que certains rivaux ont émergé – vous vous souvenez d’Orkut ? – ils se sont généralement éteints alors que Facebook montait en flèche, apparemment imparable malgré les scandales sur la vie privée des utilisateurs et l’incapacité à lutter adéquatement contre les discours de haine et la désinformation. Il a atteint un milliard d’utilisateurs quotidiens en 2015. 

Debra Aho Williamson, analyste chez Insider Intelligence qui suit Facebook depuis ses débuts, note que les jeunes utilisateurs du site ont diminué mais ne voient pas Facebook disparaître, du moins pas de sitôt.

«Le fait que nous parlions de Facebook qui a 20 ans, je pense que c’est un témoignage de ce que Mark a développé quand il était à l’université. C’est assez incroyable, a-t-elle indiqué. C’est toujours une plateforme très puissante dans le monde entier».

AOL était autrefois puissant aussi, mais sa base d’utilisateurs a vieilli et maintenant une adresse courriel AOL n’est guère plus qu’un «punch» dans une blague sur les personnes technologiquement analphabètes et ayant un certain âge.

Une transformation en cours

Tom Alison, qui est à la tête de Facebook (le titre de Mark Zuckerberg est maintenant PDG de Meta), s’est montré optimiste lorsqu’il a décrit les plans de la plateforme pour attirer les jeunes adultes dans une entrevue avec l’Associated Press.

«Avant, nous avions une équipe sur Facebook qui se concentrait sur les cohortes plus jeunes, ou peut−être y avait−il un ou deux projets consacrés à la recherche de nouvelles idées», a-t-il affirmé. 

«Et il y a environ deux ans, nous avons dit non: toute notre gamme de produits doit changer, évoluer et s’adapter aux besoins des jeunes adultes.» 

Il l’appelle l’ère de la «découverte sociale».

«C’est très motivé par ce que nous observons chez la prochaine génération, de ce qu’ils veulent des médias sociaux. […] Nous voulons que Facebook soit l’endroit où vous pouvez vous connecter avec les personnes que vous connaissez, les personnes que vous voulez connaître et les personnes que vous devriez connaître», a-t-il précisé.

L’intelligence artificielle (IA) est au cœur de ce plan. Tout comme TikTok utilise son IA et son algorithme pour montrer aux gens des vidéos qu’ils ne savaient pas qu’ils voulaient voir, Facebook espère exploiter sa puissante technologie pour reconquérir le cœur et les yeux des jeunes adultes. Les courtes vidéos, de type TikTok, dont les utilisateurs de Facebook et Instagram sont bombardés lorsqu’ils se connectent aux deux applications, sont également essentielles. Et, bien sûr, la messagerie privée. 

«Ce que nous voyons, c’est que de plus en plus de personnes souhaitent partager des courtes vidéos, en discuter, et nous commençons à réintégrer les fonctionnalités de messagerie dans l’application pour permettre à nouveau à Facebook d’être un endroit où non seulement vous découvrez de grandes choses qui vous concernent, mais vous partagez et vous en discutez avec les gens», a déclaré M. Alison.