Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Elon Musk poursuit OpenAI et son dirigeant, Sam Altman

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Elon Musk poursuit OpenAI et son dirigeant, Sam Altman

Elon Musk porte plainte pour rupture de contrat, manquement à son obligation fiduciaire et pratiques commerciales déloyales. (Photo: La Presse Canadienne)

Elon Musk poursuit OpenAI et son dirigeant, Sam Altman, pour ce qu’il considère comme une trahison des objectifs fondateurs du créateur de ChatGPT, qui consiste à profiter à l’humanité plutôt qu’à rechercher des profits.

Dans un procès intenté devant la Cour supérieure de San Francisco, le milliardaire Elon Musk a déclaré que lorsqu’il avait financé la création d’OpenAI, il avait conclu un accord avec Sam Altman et Greg Brockman, le président, pour que la société d’intelligence artificielle reste une organisation à but non lucratif qui développerait une technologie bénéfique pour le public.

Selon son accord fondateur, OpenAI devait également rendre son code ouvert au public au lieu de le cloisonner au profit d’une entreprise privée, indique la poursuite.

Cependant, en établissant une relation étroite avec Microsoft, OpenAI et ses hauts dirigeants ont «enflammé» ce pacte et «pervertissent» la mission de l’entreprise, affirme Elon Musk dans sa poursuite.

«OpenAI a été transformée en une filiale de facto à source fermée de la plus grande entreprise technologique au monde: Microsoft», soutient la poursuite déposée jeudi.

«Sous la direction de son nouveau conseil d’administration, l’entreprise ne se contente pas de développer, mais peaufine réellement une IAG afin de maximiser les profits de Microsoft, plutôt que de faire bénéficier l’humanité.»

L’IAG fait référence à l’intelligence artificielle générale, qui est un système d’IA à usage général qui peut fonctionner aussi bien, voire mieux, que les humains dans une grande variété de tâches.

Elon Musk porte plainte pour rupture de contrat, manquement à son obligation fiduciaire et pratiques commerciales déloyales. Il souhaite également une injonction pour empêcher quiconque, y compris Microsoft, de bénéficier de la technologie OpenAI.