Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

De nouveaux bureaux et centres de données pour Google en 2019

AFP|Mis à jour le 15 avril 2024

De nouveaux bureaux et centres de données pour Google en 2019

Les bureaux de Google à Mountain View, en Californie (Photo: 123rf)

Le géant technologique américain Google (GOOGL) investira 13 milliards de dollars en bureaux et centres de données aux États-Unis en 2019, a annoncé mercredi son patron Sundar Pichai, qui promet aussi des dizaines de milliers d’emplois.

Ces sommes concerneront 14 États dans tout le pays et permettront le « recrutement de dizaines de milliers de salariés » et « la création de plus de 10 000 nouveaux emplois dans le BTP dans le Nebraska, le Nevada, l’Ohio, le Texas, l’Oklahoma, la Caroline du Sud et la Virginie », a écrit M. Pichai dans un texte publié sur le blogue officiel du groupe.

Avec ces investissements, Google aura une présence dans 24 États américains au total, poursuit le groupe, qui relève que 2019 sera la deuxième année de suite qu’il se développe plus vite en dehors de la région de San Francisco (ouest) qu’en son sein.

Le groupe dispose d’un siège gigantesque, surnommé Googleplex, à Mountain View, au sud de San Francisco, dans le berceau américain de la technologie, la Silicon Valley. Il dispose aussi d’autres bureaux dans la région ainsi que dans la ville de San Francisco.

L’an dernier, Google a recruté plus de 10 000 personnes aux États-Unis et fait plus de 9 milliards d’investissements, a aussi dit M. Pichai.

Sa maison mère, Alphabet, avec presque 100 000 employés, a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 136,8 milliards de dollars pour 30,73 milliards de bénéfice net.

En publiant ses résultats début février, Alphabet avait prévenu qu’il continuerait à investir massivement pour se développer. 

Le président Donald Trump fait régulièrement pression sur les entreprises américaines pour qu’elles investissent et créent des emplois aux États-Unis.

Le choix de détailler ces investissements et créations d’emploi intervient au moment où les géants technologiques voient leur image fortement dégradée, critiqués notamment pour leur puissance et les milliards qu’ils engrangent en exploitant les données de leurs utilisateurs.