La FMOQ envoie une mise en demeure au ministre Christian Dubé

Publié le 16/02/2024 à 14:34

La FMOQ envoie une mise en demeure au ministre Christian Dubé

Publié le 16/02/2024 à 14:34

Par La Presse Canadienne

Le projet de loi 11 du gouvernement Legault adopté en 2022 demandait la prise en charge de 500 000 patients, mais depuis, les médecins de famille ont endossé plus 930 000 patients. (Photo: La Presse Canadienne)

La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) a envoyé mercredi une mise en demeure au ministre de la Santé, Christian Dubé, car elle juge qu’elle devrait être davantage consultée avant l’application du projet de règlement qui exige notamment la prise en charge de 13 000 patients vulnérables. 

Le cabinet du ministre de la Santé a confirmé que le projet de règlement sera déposé mercredi prochain. Deux éléments majeurs composent ce projet de règlement: la prise en charge de 13 000 patients vulnérables orphelins de médecin de famille et avoir accès aux données pour surveiller les disponibilités offertes aux patients.

Le cabinet a justifié dans un courriel que le ministre de la Santé «a besoin de meilleures données (s’il) veut connaître les besoins de toutes les régions du Québec», précisant qu’il a tenu des rencontres dans les derniers mois avec la FMOQ à ce sujet.

«Une chose est certaine, nous ne ferons pas de compromis sur notre objectif: renforcer la première (ligne) pour améliorer l’accès pour les Québécois», a soutenu le cabinet dans un courriel.

Du côté de la FMOQ, on demande un meilleur dialogue sur ces questions. «On ne comprend pas la sortie du ministre la semaine dernière avec son projet de règlement qui veut contraindre les médecins à prendre des patients vulnérables ou prioritaires», a déclaré en entrevue le Dr Marc−André Amyot, président−directeur général de la FMOQ.

Il a dit qu’il partageait la même opinion que le ministre Dubé sur le besoin des patients d’avoir accès à des services. «Là−dessus, il n’y a pas de mésentente. Les médecins de famille, ils sont là pour les patients et les patients les plus malades», a-t-il rappelé.

Le projet de loi 11 du gouvernement Legault adopté en 2022 demandait la prise en charge de 500 000 patients, mais depuis, les médecins de famille ont endossé plus 930 000 patients.

Dr Amyot se demande pourquoi les 13 000 patients vulnérables n’ont pas été inclus dans la liste des 930 000 patients. «C’est ça qu’on ne comprend pas», commente-t-il.

 

«On détourne l’attention des vrais problèmes» 

En conférence de presse à L’Assomption vendredi, le premier ministre François Legault a fait valoir que depuis que la Coalition avenir Québec (CAQ) est au pouvoir, 800 000 Québécois de plus ont été pris en charge par un Groupe de médecine de famille (GMF).

«Maintenant, ce qu’on entend, c’est qu’il y a des personnes qui ont un GMF, mais quand ils veulent voir leur médecin, il n’est pas disponible avant des semaines. Donc, il faut qu’il y ait une prise en charge qui vienne avec les GMF», a-t-il déclaré.

M. Legault a été critique à l’endroit de la FMOQ. «La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec est un syndicat qui veut le moins de contraintes possible, mais je pense qu’il est temps que les Québécois soient pris en charge par des GMF.»

Le PDG de la FMOQ a affirmé avoir écrit au sous−ministre dès qu’il a été sensibilisé à l’enjeu des 13 000 patients vulnérables sans médecins de famille afin d’avoir la liste et savoir dans quelle région ils se trouvent. «Silence radio», dit−il.

«Nous, on est prêt à les prendre en charge, mais on ne l’a pas cette liste», dénonce-t-il.

Dr Amyot a rappelé qu’il manque entre 1500 et 2000 médecins de famille au Québec. «On a un déficit d’attractivité et de valorisation de la profession de médecin de famille», a-t-il déclaré.

Selon lui, une cinquantaine de postes en médecine familiale sont laissés vacants par les étudiants «parce qu’on menace les médecins de famille de leur imposer des pénalités».

«Ce n’est pas la façon de faire, s’insurge le Dr Amyot. On n’a pas besoin de menace. Non seulement on ne comprend pas, mais on avait un objectif de 500 000 (patients) et on en a pris 930 000. Pourquoi on menacerait pour 13 000? On va les prendre.»

Selon Dr Amyot, cela «détourne l’attention des vrais problèmes», notamment la difficulté d’accès aux soins et d’accès aux chirurgies.

Il a donné l’exemple d’une personne qui serait en attente d’une chirurgie pour un genou. Elle risque d’avoir besoin d’antidouleurs, d’infiltration et parfois même de morphine pour la soulager en attendant son opération. Cette attente sollicite les médecins de famille.

 

Mal interpréter les données 

La FMOQ est d’accord avec l’aspect du projet de règlement qui consiste à avoir plus de données notamment pour voir les disponibilités des médecins, mais elle s’inquiète de l’interprétation de ces données.

Dr Amyot a expliqué que 35% de l’activité d’un médecin de famille est faite à l’extérieur du bureau. Si son horaire ne donne aucune disponibilité aux patients pendant une période, il se peut qu’il soit demandé en salle d’accouchement, en obstétrique, en soins palliatifs ou à domicile, en CHSLD, etc.

À la suite du dépôt du projet de règlement, les groupes auront une période de 45 jours de consultation pour faire leurs commentaires.

Le contenu en santé de La Presse Canadienne obtient du financement grâce à un partenariat avec l’Association médicale canadienne. La Presse Canadienne est l’unique responsable des choix éditoriaux. 

Katrine Desautels, La Presse Canadienne

 

 

À la une

Oatbox à l’assaut de l’Ontario avec le Fonds de solidarité FTQ

Le fabriquant de boisson d'avoine montréalais Oatbox a reçu 5M$ du Fonds de solidarité FTQ.

Bourse: Toronto perd près de 1%

Mis à jour à 19:27 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les tensions géopolitiques et l’inflation ont déprimé les investisseurs à la Bourse de New York.

Bourse: les gagnants et les perdants du 12 avril

Mis à jour à 19:29 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.