Une solution pour augmenter les rendements de façon naturelle


Édition du 27 Août 2015

Une solution pour augmenter les rendements de façon naturelle


Édition du 27 Août 2015

Par Benoîte Labrosse
Trouver la bonne formulation

Premier Tech travaille avec les mycorhizes depuis une trentaine d'années et les combine déjà avec des bactéries et les rhizobiums dans le contexte horticole. Son principal défi est maintenant de les faire cohabiter de manière durable sur une semence agricole.

«Les agriculteurs ne changeront pas leur façon de faire, les distributeurs et les semenciers non plus, fait valoir Serge Gagné. C'est nous qui devons nous adapter, surtout sur le plan de la formulation.»

La formulation est ce qui permet aux micro-organismes de rester en place sur la semence et d'y survivre malgré les manipulations et les variations de température. «C'est le marché qui nous dicte la durée de vie nécessaire, explique M. Gagné. Au Québec, les semences sont traitées en février-mars, remises dans des silos et dans des sacs, puis entreposées jusqu'à l'utilisation par l'agriculteur en avril ou mai ; elles gèlent parfois.» D'autres intrants, dont des fongicides, peuvent également être ajoutés.

«Nous devons aussi trouver comment produire les micro-organismes en grande quantité, sauf les mycorhizes, que nous fabriquons déjà en usine», poursuit Sergé Gagné. L'entreprise y travaillera avec le CDBQ, à La Pocatière.

«Et s'ils ont besoin d'aide pour développer leur formulation, nous allons certainement collaborer avec eux pour que les graines soient le plus efficace possible», dit Charles Lavigne.

L'entreprise travaille sur ce projet depuis deux ans. Elle effectue cet été des essais de validation à petite échelle. «L'an prochain, nous devrions faire des essais précommerciaux chez des agriculteurs. D'ici deux ou trois ans, les produits devraient se retrouver en début de commercialisation», prévoit Serge Gagné.

Des applications biotechnologiques prometteuses mises au point au Québec

La biotechnologie apporte des solutions novatrices dans de nombreux secteurs économiques, comme l’agroalimentaire, l’énergie, la santé, l’environnement et les procédés industriels. Découvrez des entreprises québécoises qui ont mis au point des applications biotechnologiques ayant un fort potentiel.

À lire aussi:
La moutarde qui fait voler des avions
Traiter la paralysie en s'inspirant des salamandres
Boucler la boucle grâce aux microalgues
Des tubes miniatures qui font grande impression

 

À la une

OBNL: le sentiment d’imposture bien plus présent chez les femmes que les hommes

Le sentiment d’imposture est plus présent chez les femmes que chez les hommes qui siègent sur les CA d’OBNL québécoises.

Adaptation au climat: les entreprises doivent se préparer au pire

Le Groupe d’experts en adaptation aux changements climatiques (GEA) a publié un rapport crucial pour le Québec.

Climat: le GEA recommande de la «cohérence gouvernementale»

Mis à jour à 14:09 | La Presse Canadienne

Les membres du GEA ont publié une liste de 20 recommandations, soutenues par plus de 90 moyens.