Tarifs d'électricité: les industriels «inquiets» du plan de Michael Sabia

Publié le 14/11/2023 à 16:58

Tarifs d'électricité: les industriels «inquiets» du plan de Michael Sabia

Publié le 14/11/2023 à 16:58

Par François Normand

Le PDG d'Hydro-Québec Michael Sabia a prononcé ce mardi une allocution devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. (Photo: Jérôme Lavallée Archives)

L’Association québécoise des consommateurs industriels d’électricité (AQCIÉ) trouve «inquiétant» le plan de match sur les tarifs d’électricité présenté ce mardi midi par le PDG d’Hydro-Québec, Michael Sabia, devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM).

«C’est inquiétant pour nos membres», a déclaré sans hésitation à Les Affaires le PDG de l’AQCIÉ, Jocelyn B. Allard, quelques minutes seulement après la fin de l’allocution de Michael Sabia.

Devant des centaines de personnes issues des milieux des affaires et institutionnels réunis au Centre Sheraton, le patron d’Hydro-Québec a déclaré que les entreprises industrielles du Québec doivent s’attendre à des hausses de tarifs d’électricité dans l’avenir, sans toutefois donner un ordre de grandeur.

«Aujourd’hui, nos tarifs industriels sont au moins 2 fois plus bas que la majorité des pays occidentaux. Deux fois plus bas qu’au Michigan, 3 fois plus bas qu’à New York et qu’en Angleterre, 4 fois plus bas qu’en Allemagne. On a une marge pour augmenter les tarifs d’affaires et rester très concurrentiels», a affirmé Michael Sabia.

Quelques minutes auparavant, ce dernier a insisté sur le fait qu’Hydro-Québec s’est engagée – comme le souhaite le gouvernement du Québec – à ne pas augmenter les tarifs résidentiels au-delà de 3% par année.

 

Tarif résidentiel plafonné à 3% par année

«Pour le résidentiel, l’engagement est clair: un plafond tarifaire à 3%. Point à la ligne», a insisté le patron d’Hydro-Québec, conscient de «la pression qui pèse» au chapitre des prix sur tous les citoyens du Québec, et ce, de l’épicerie à l’essence en passant par le loyer.

En septembre, le taux d’inflation au Québec est demeuré stable à 4,8%, selon Statistique Canada. Dans l’ensemble du Canada, le taux a progressé de 3,8%.

Selon Michael Sabia, il est inévitable que les «investissements massifs» dans la production d’électricité aux quatre coins de la planète entraînent des hausses des tarifs.

C’est une logique économique implacable, selon la théorie économique: une demande plus forte en capital pour financer des projets exerce une pression à la hausse sur les taux d’intérêt, forçant les producteurs à augmenter leurs tarifs afin de réaliser le rendement sur le capital espéré.

Les projections d’investissements massifs que le PDG d’Hydro-Québec a partagées avec l’auditoire de la CCMM donnent la mesure des investissements massifs à venir.

D’ici 2035, les États-Unis investiront 7500 milliards de dollars américains (G$US) dans la transition énergétique, soit grosso modo 3,5 fois la taille actuelle de l’économie canadienne. L’Allemagne investira 1000 G$US, tandis que le Royaume-Uni injectera 600 G$US.

Le Québec mettra pour sa part sur la table 150 G$US.

Jocelyn B. Allard est pleinement conscient que les tarifs industriels au Québec sont plus concurrentiels que dans la majorité des pays occidentaux.

Toutefois, il s’inquiète néanmoins du fait qu’Hydro-Québec se dit essentiellement prête à augmenter ses tarifs puisqu’ils augmenteront grosso modo dans les mêmes proportions dans les autres juridictions – préservant ainsi toujours l’avantage concurrentiel du Québec.

 

Augmenter les tarifs selon les coûts d'Hydro-Québec

«On doit s’assurer d’augmenter les tarifs de nos entreprises industrielles en fonction des coûts de production réels d’Hydro-Québec», fait remarquer Jocelyn B. Allard.

De plus, il déplore que ce soient essentiellement les entreprises qui devront assumer les futures hausses de tarifs d’électricité au Québec, puisque les augmentations sont plafonnées à 3% par année pour les clients résidentiels.

Selon le patron de l’AQCIÉ, les coûts de la transition énergétique au Québec – les hausses des tarifs découlant des augmentations du coût en capital pour les projets – devraient être partagés plus équitablement entre toutes les catégories des clients d’Hydro-Québec.

Michael Sabia n’a pas rencontré les journalistes après son allocution devant la CCMM.

 

À la une

Négociations à TVA: un lock-out n'est pas à exclure, dit PKP

Les pourparlers entre la direction et le syndicat se déroulent actuellement en présence d’un médiateur.

Télécom: «Ça devient encore plus concurrentiel», note le patron de Québecor

Québecor a dévoilé jeudi des résultats inférieurs aux attentes des analystes.

Hausses de bénéfices pour Québecor, au 4T de 2023 et pour l'exercice

Le conseil d’administration a déclaré mercredi un dividende trimestriel de 0,325 $ par action.