Les hauts et les bas du fly-in fly-out


Édition du 27 Septembre 2014

Les hauts et les bas du fly-in fly-out


Édition du 27 Septembre 2014

Par Suzanne Dansereau

[Photo: Shutterstock]

Partout dans le monde, de plus en plus, lorsque les mines sont situées dans des zones reculées, les sociétés minières transportent leurs employés vers leur milieu de travail à l'aide d'avions nolisés, et les logent dans des camps plutôt que de bâtir des villes. Les employés travaillent habituellement deux ou trois semaines d'affilée, puis ont le même nombre de jours de congé.

À lire aussi:
Loin de leur famille mais proches de leurs coéquipiers

«Le FIFO affecte la santé des employés»

Au Québec, Mine Raglan, dans le Nunavik, fonctionne selon le mode fly-in fly-out (FIFO). Mais le FIFO est aussi employé dans les mines situées tout près des villes minières. À la mine du Mont-Wright, d'ArcelorMittal Mines Canada (AMMC), près de Fermont, et à la mine du Lac Bloom, de Cliffs Natural Resources, près de Labrador City. Au grand dam des administrations concernées qui craignent pour leur survie.

Les minières disent qu'elles n'ont pas eu le choix. «Il fallait élargir notre bassin de compétences et attirer de la main-d'oeuvre qualifiée», explique Éric Normand, directeur des ressources humaines chez AMMC. Mais quels sont les avantages et les inconvénients de ce système pour les mineurs ?

Marié et père de trois enfants, André Maltais, 41 ans, est entré à l'emploi de la mine du Mont-Wright d'ArcelorMittal comme résident de Fermont, avec sa famille. Mais deux ans plus tard, ce contremaître est retourné s'installer à Sacré-Coeur, au Saguenay, lorsque sa conjointe, qui avait pris un congé sans solde de son travail pour l'accompagner à Fermont, a préféré rentrer pour reprendre son ancien poste. «Elle s'était trouvé un emploi à Fermont, mais elle s'ennuyait de ses parents, relate M. Maltais. De mon côté, ma mère avançait en âge. Elle a 81 ans. Maintenant, les grands-parents voient plus souvent leurs petits-enfants.» C'est ainsi que M. Maltais est passé du statut de «permanent résident» à «permanent non-résident», le nom que l'on donne aux employés qui font du fly-in fly-out.

À lire aussi:
Loin de leur famille mais proches de leurs coéquipiers

«Le FIFO affecte la santé des employés»

À la une

À surveiller: Saputo, Empire et CAE

Il y a 56 minutes | Denis Lalonde

Que faire avec les titres de Saputo, Empire et CAE? Voici quelques recommandations d’analystes.

Attention avec la révolution des «Top Guns»

EXPERT. Ne rêvons pas en couleur. Rappelons-nous que la classe managériale n’a pas toutes les réponses à nos problèmes

Bourse: Wall Street ouvre en ordre dispersé, attentisme avant Nvidia

Mis à jour à 10:02 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto ouvre en baisse.