Les espoirs déçus du boom minier sur la Côte-Nord


Édition du 23 Août 2014

Les espoirs déçus du boom minier sur la Côte-Nord


Édition du 23 Août 2014

Par Suzanne Dansereau

Un développement vraiment durable ?

À Fermont, où deux expansions minières ont eu lieu - le Lac Bloom, de Cliffs Natural Resources, et le Mont-Wright, d'ArcelorMittal -, le boom a fait doubler du jour au lendemain la population de 2 800 âmes. Depuis, les choses se sont calmées, mais on n'oubliera pas de sitôt les tensions entre les travailleurs de passage et les résidents. L'arrivée massive de main-d'oeuvre de l'extérieur a aussi occasionné une forte pression sur les services, témoigne Normand Ducharme, directeur du Centre de santé et de services sociaux de l'Hématite à Fermont. «Les impacts sur les services sociaux ont été moindres que ce que j'attendais, mais là où on s'est fait prendre, c'est en matière de services médicaux, où nous avons dû absorber de fortes hausses de coût. Comme si les gens de l'extérieur profitaient de leur séjour à Fermont pour se faire soigner !» Par exemple : les services d'hospitalisation ont grimpé de 60 % entre 2011 et 2012 ; tandis que le nombre de transports par vol nolisé a quadruplé. Et non seulement ces hausses n'ont pas été compensées par la province, mais elles se sont produites alors que Québec réduisait les budgets du CSSS de 5 %. Le fait qu'au Québec les soins de santé ne soient pas financés par habitant mais sur une base historique a rendu le problème encore plus criant. Le CSSS a récemment dû abolir quatre postes sur un total de 60, et le moral n'est pas à son plus haut, raconte M. Ducharme.

Maintenant, ce que Fermont craint plus que tout, c'est de disparaître, à cause du phénomène du fly-in/fly-out (FIFO), ce mode de fonctionnement où les travailleurs de la mine viennent de l'extérieur. Plutôt que de déménager près de la mine, ils sont transportés chez eux par avion après leur semaine de travail. À la mine du Lac Bloom, de Cliffs Natural Resources, 90 % des 350 employés fonctionnent en FIFO. Chez ArcelorMittal Mines Canada (AMMC), ils sont 420 sur un total de 1 000 employés. Éric Normand, directeur des Ressources humaines chez AMMC, admet qu'il a été étonné par la popularité du FIFO. Alors que la mine s'attendait à avoir seulement 25 % d'employés en FIFO, leur pourcentage s'élève à 30 % et croîtrait si ce n'était qu'AMMC ne peut pas en accueillir plus, faute de place.

«Pour chaque poste ouvert en FIFO, indique M. Normand, je reçois 10 fois plus de candidatures que pour un poste d'employé résident de Fermont, que j'ai du mal à pourvoir.»

Le FIFO est nouveau sur la Côte-Nord. Avant, les minières logeaient leur personnel sur place, par exemple à Fermont. Elles leur bâtissaient des maisons familiales permanentes, qu'ils pouvaient acheter à très bon prix et avec d'excellentes conditions hypothécaires. Mais en 2008, lorsque la mine du Lac Bloom a été annoncée, «il n'y avait pas de logements de disponibles pour les nouveaux employés», explique Annie Desrosiers, directrice du développement durable et des relations avec la communauté à la mine. Chez AMMC, c'était la même situation - pas de logements disponibles pour les 500 nouveaux employés - et on a dû emboîter le pas, dit M. Normand.

Le représentant syndical de la mine du Mont-Wright, Yves-Aimé Boulay, ne voit pas les choses du même oeil : «Il aurait fallu que la minière construise des logements avant de commencer son expansion», dit-il.

Le président du local 5778 du Syndicat des Métallos a bien tenté de s'opposer au FIFO, «mais on s'est fait dire que c'était non négociable, alors on a accepté, à la condition que la mine construise 150 logements familiaux», relate-t-il. «Puis on s'est dit, on va les faire tomber en amour avec Fermont.»

Sauf qu'aujourd'hui, la situation dépasse tous les pronostics : non seulement la mine du Mont-Wright a du mal à attirer des travailleurs prêts à déménager à Fermont, mais le mode FIFO est maintenant convoité par les travailleurs résidents eux-mêmes ! M. Normand signale que, des 420 employés en FIFO, 200 sont d'anciens résidents de Fermont, alors qu'à l'inverse, il n'a reçu que 4 ou 5 demandes d'employés en FIFO voulant devenir résidents de Fermont.

Yves-Aimé Boulay déplore qu'en 2014, AMMC n'ait pas complètement honoré son engagement à l'égard des 150 nouveaux logements familiaux. Mais la réalité, c'est qu'il y a une vingtaine de maisons mobiles et autant de maisons individuelles actuellement à vendre à Fermont.

Quand le gouvernement Charest a lancé son Plan Nord, il a promis une approche de développement durable. C'est-à-dire que le développement du Nord se ferait aux bénéfices non seulement des minières, mais de l'environnement et des communautés vivant dans le Nord. Il a même invité les Québécois à «faire le Nord», à habiter le Nord. Force est de constater que l'appel n'a pas été entendu. «On occupe le Nord, mais on ne l'habite pas», avance Bertrand Méthot. «On l'exploite, mais on ne le vit pas», ajoute Normand Ducharme.

1 000 - Nombre de travailleurs de la construction au chômage sur la Côte-Nord en 2013.
Source : Institut de la statistique du Québec

Prix du fer (par tonne métrique sèche)

Juillet 2013: 127,19 $ US

Août 2013: 137,06 $ US

Septembre 2013: 134,19 $ US

Octobre 2013: 132,57 $ US

Novembre 2013: 136,32 $ US

Décembre 2013: 135,79 $ US

Janvier 2014: 128,12 $ US

Février 2014: 121,37 $ US

Mars 2014: 111,83 $ US

Avril 2014: 114,58 $ US

Mai 2014: 100,56 $ US

Juin 2014: 92,74 $ US

Source : Index Mundi

À lire aussi:
En attente du Plan Nord 2
«À Québec, on me disait : sois conciliante»- Lise Pelletier, ex-mairesse de Fermont
Le Plan Nord, prise deux, offrira une meilleure coordination, promet le ministre Pierre Arcand

À la une

Oatbox à l’assaut de l’Ontario avec le Fonds de solidarité FTQ

12/04/2024 | Emmanuel Martinez

Le fabriquant de boisson d'avoine montréalais Oatbox a reçu 5M$ du Fonds de solidarité FTQ.

Bourse: Toronto perd près de 1%

Mis à jour le 12/04/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les tensions géopolitiques et l’inflation ont déprimé les investisseurs à la Bourse de New York.

Bourse: les gagnants et les perdants du 12 avril

Mis à jour le 12/04/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.