Le pétrole en hausse, les craintes sur l'offre gagnent du terrain

Publié le 12/09/2022 à 11:26

Le pétrole en hausse, les craintes sur l'offre gagnent du terrain

Publié le 12/09/2022 à 11:26

Par AFP

«Les doutes qui subsistaient quant à la volonté de la Russie d'utiliser l'énergie comme une arme pour faire pression sur ses adversaires se sont évanouis la semaine dernière», commente Stephen Brennock, analyste chez PVM Energy. (Photo: 123RF)

Londres — Les prix du pétrole montaient lundi de façon plus marquée, les craintes concernant l'offre revenant sur le devant de la scène, même si les inquiétudes de récession planent toujours.

Vers 11h00, heure du Québec, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre prenait 1,84% à 94,54 dollars américains.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain pour livraison en octobre montait quant à lui de 1,80%, à 88,35 $ US.

«Les doutes qui subsistaient quant à la volonté de la Russie d'utiliser l'énergie comme une arme pour faire pression sur ses adversaires se sont évanouis la semaine dernière», commente Stephen Brennock, analyste chez PVM Energy.

Les livraisons de gaz russe vers l'Europe via le gazoduc Nord Stream 1 sont toujours suspendues, alimentant ainsi les craintes de pénurie pour l'hiver.

Mercredi, la Russie a prévenu qu'elle ne livrerait plus de pétrole ou de gaz aux pays qui plafonneraient les prix des hydrocarbures vendus par Moscou, au moment où les Occidentaux travaillent à une telle mesure.

«Nous ne voyons aucune raison de douter de (Vladimir) Poutine sur ce point», estime Bjarne Schieldrop, analyste chez Seb. «Le marché s'apprête à vivre un raz-de-marée, car l'offre russe pourrait chuter brutalement.»

L'analyste rappelle que la Russie est le premier exportateur mondial de combustibles fossiles et que les sanctions pourraient ainsi entraîner «de graves pertes d'approvisionnement». «L'explosion des prix du gaz naturel à travers le monde est un bon exemple de ce qui peut arriver au pétrole», poursuit-il.

Plus tôt la semaine dernière, les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés (OPEP+) ont décidé de réduire leur volume total de production de 100 000 barils par jour. 

Une réduction symbolique, qui «suggère que le groupe de producteurs est prêt à défendre l'environnement de prix élevés», affirme M. Brennock.

La hausse des prix reste très limitée, dans un contexte de «resserrement monétaire agressif de la part des principales banques centrales et de nouveaux confinements en raison du Covid en Chine, le plus grand importateur», précise John Plassard, analyste chez Mirabaud. 

Les craintes de récession planent toujours, aggravant les difficultés de la demande de pétrole.

En Allemagne, le produit intérieur brut (PIB) devrait reculer de 0,3% en 2023 sous le coup d'une inflation massive, et du manque de gaz russe, sur fond de guerre en Ukraine, selon une étude de l'institut IFO publiée lundi.

Dimanche, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a également affirmé qu'il y avait «un risque» de récession aux États-Unis en raison des mesures prises pour ralentir l'inflation, qui vont nécessairement peser sur l'activité économique, mais qu'il est possible d'y échapper.

À la une

EN DIRECT: suivez la mise à jour économique du gouvernement caquiste

14:11 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Suivez toutes les informations sur la mise à jour économique du gouvernement avec notre expert invité, Raphaël Melançon.

François Legault reconnaît qu'il est difficile de vivre avec 18$ l'heure

Il y a 2 minutes | La Presse Canadienne

Le premier ministre y est allé de cette déclaration lors d’un échange en Chambre avec le chef parlementaire de QS.