L'industrie du bois d'œuvre préoccupée par le discours protectionniste de Biden

Publié le 09/02/2023 à 13:25

L'industrie du bois d'œuvre préoccupée par le discours protectionniste de Biden

Publié le 09/02/2023 à 13:25

Par La Presse Canadienne

Les producteurs canadiens sont depuis des décennies enlisés dans un différend commercial avec les États-Unis au sujet des droits antidumping que Washington impose sur le bois d’œuvre résineux en provenance du nord de la frontière. (Photo: La Presse Canadienne)

Washington — L’industrie du bois d’œuvre en Colombie-Britannique décortique avec un peu d’anxiété la plus récente rhétorique «Buy American» du président américain Joe Biden, afin de mieux comprendre ses implications pour les exportateurs canadiens.

Le Conseil du commerce du bois d’œuvre de la Colombie-Britannique trouve «préoccupant» que le président Biden veuille restreindre aussi maintenant l’utilisation de deux par quatre en provenance de l’étranger pour des projets d’infrastructures financés par le gouvernement fédéral américain.

M. Biden a annoncé ces règles protectionnistes élargies lors de son discours sur l’état de l’Union, mardi, au Capitole.

La Maison-Blanche souhaite maintenant que tous les matériaux de construction pour de tels projets soient fabriqués aux États-Unis — qu’il s’agisse du cuivre, de l’aluminium, du bois d’œuvre, du verre, des cloisons sèches ou des câbles à fibre optique.

La présidente du Conseil du commerce du bois d’œuvre de la Colombie-Britannique, Linda Coady, plaide que les États-Unis n’ont pu produire qu’environ 70% de la demande américaine de deux par quatre en 2021. Or, Mme Coady soutient que cet écart a été en grande partie comblé par des importations en provenance du Canada.

Les producteurs canadiens sont depuis des décennies enlisés dans un différend commercial avec les États-Unis au sujet des droits antidumping que Washington impose sur le bois d’œuvre résineux en provenance du nord de la frontière.

Mais les déclarations récentes du président Biden viennent augmenter ces inquiétudes au Canada. «C’est préoccupant et nous cherchons à mieux comprendre ce que ça signifie pour les producteurs canadiens», a déclaré Mme Coady.

«Notre objectif reste de travailler des deux côtés de la frontière afin de maximiser les possibilités du Canada à fournir du bois d’œuvre à faible émission de carbone, produit de manière durable, dont ont besoin de toute évidence aux États-Unis les constructeurs d’habitations, les consommateurs et les travailleurs de la construction.»

Sur le même sujet

Bois d'oeuvre: Washington veut hausser la taxe à l'importation

01/02/2024 | François Normand

Le nouveau taux préliminaire s'établit à 13,86%, alors que la taxe actuelle est de 8,05%.

Construire davantage en bois réduit significativement les GES

15/12/2023 | François Normand

L’adoption du bois pour remplacer ou cohabiter avec le béton et l’acier réduirait jusqu’à 25% les GES, affirme la RBC.

À la une

Le monde serait-il devenu fou?

Il y a 35 minutes | Daniel Lafrenière

EXPERT INVITÉ. Qu'advient-il du civisme, du savoir-vivre en société?

Les nouvelles du marché du vendredi 12 avril

Mis à jour à 08:24 | Refinitiv

Susan Collins (Fed) envisage deux baisses de taux cette année.

Bourse: Luc Girard analyse la situation chez Dollarama et BRP

BALADO. Les titres de Dollarama et BRP on bien fait récemment, mais la situation peut-elle durer?