Investir dans le futur – et dans le présent – avec l’énergie

Publié le 07/03/2022 à 16:11

Investir dans le futur – et dans le présent – avec l’énergie

Publié le 07/03/2022 à 16:11

Atténuer le risque est un processus de placement constant et en profondeur. (Photo: 123RF)

Né et élevé à Calgary et issu d’une génération de professionnels du pétrole et du gaz naturel, Rafi Tahmazian n’est pas intimidé par les défis que présentent des émissions de carbone nulles et ce que ça représente pour sa Catégorie portefeuille de l’énergie Canoe.

Ancré dans le présent tout en se préparant à l’avenir, Rafi Tahzamian, directeur et gestionnaire de portefeuille à la Financière Canoe à Calgary, utilise une approche macroéconomique pour atténuer le risque, avec son co-gestionnaire Davis Szybunka.

«Je suis quelqu’un qui essaie de comprendre les cycles de tous les sous-secteurs, dit Rafi Tahmazian. Je fais des mises dans l’énergie, c’est mon secteur, mais j’ai neuf sous-secteurs aujourd’hui, et je surveille constamment leurs fluctuations. Le risque que prennent mes clients a trait au moment que je choisis pour investir, pas aux actions que j’achète.»

Équilibrer les sous-secteurs

Les sept sous-secteurs dans lesquels il investit actuellement sont les suivants : le pétrole brut, le gaz naturel, les services, la phase médiane, l’électricité et les énergies alternatives, le raffinage et l’intégration, et les liquidités. Ce fonds à haute conviction de 22 avoirs est pondéré dans environ 83% d’actions canadiennes et 11% d’actions américaines.

En rééquilibrant les sous-secteurs, l’accent est mis sur les données fondamentales, l’intelligence et le bon sens. «Nous sommes des investisseurs pessimistes, dit Rafi Tahmazian, opposés à la pensée unique. Quand tout le monde disait que l’on s’orientait vers un monde nouveau, un monde vert, un monde clair, nous disions d’accord, mais qu’en est-il du monde que nous utilisons? L’énergie est tout autour de nous, tout le temps. Aux périodes baissières, nous utilisons toujours de l’énergie.»

Atténuer le risque est un processus de placement constant et en profondeur. «Le jeu consistant à équilibrer toutes ces choses aujourd’hui est complexe, ajoute-t-il. Nous sommes épuisés, mais c’est notre passion et nous profitons des fruits de notre labeur.»

Les autres mesures d’atténuation du risque sont de limiter la propriété d’une société à 20% et de ne détenir pas plus de 10% dans une seule action.

La situation présentée par la COVID a été le signal que les gestionnaires anticipaient. «Notre gouvernement a donné un coup d’arrêt à notre industrie, dit Rafi Tahzamian, et les règlements contraignants en vigueur au Canada ont forcé le secteur pétrolier et gazier canadien à se mettre à consolider, à se contracter, et l’industrie attendait le signal suivant pour savoir comment aller de l’avant.»

Un catalyseur de la consolidation

Il indique qu’il a fallu quelques mois pour se préoccuper de la restructuration des dettes et reconnaître le niveau suivant du cycle de fusions et d’acquisitions qui a commencé vers juin 2020. «Nous l’avons vu venir, dit Rafi Tahzamian. Il ne faut pas acheter des sociétés qui se vendent au point le plus bas du cycle, mais celles qui achètent et consolident leurs actifs pour devenir plus grosses et plus fortes.»

La discipline du dividende

Ce qui a aussi amplifié les réactions à l’égard du changement est que ces entreprises traditionnelles ont fait quelque chose de très important après que la COVID a frappé : elles se sont toutes mises à distribuer des dividendes. Cela se produit, selon Rafi Tahzamian, au moment où les entreprises du bassin Permien sont passées de l’exploration à l’exploitation. «Alors, nous récupérons de l’argent, dit Rafi Tahzamian, au lieu de voir les sociétés l’enterrer littéralement.» Les gestionnaires veulent investir dans ce bassin en gardant à l’esprit que c’est désormais une industrie manufacturière. «C’est comme ça que nous fructifions les capitaux. Nous essayons de trouver les meilleurs fabricants, et si le fabricant veut s’assurer une croissance organique ou par le biais d’une transaction, eh bien je vais regarder ça de près, ajoute-t-il. Voilà pourquoi je veux m’intégrer aux meilleurs fabricants. Si l’on est un fabricant vraiment bon, produire des trucs à un prix de plus en plus bas alors que le prix de la marchandise que l’on vend est de plus en plus élevé, ça va produire de plus en plus d’argent.»  

Les actions préférées

«Alors, quand j’achète dans le secteur gazier, dit Rafi Tahmazian, j’achète Tourmaline Oil Corp. (TOU), j’achète ARC Resources Ltd. (ARX), et aux États-Unis, il y a des noms de sociétés de qualité et d’une bonne taille.»

Hydrostor, une firme de stockage d’énergie établie à Toronto, est une société de capital privé faisant partie du sous-secteur des énergies alternatives et des technologies énergétiques. Ce placement dans une société au capital privé a eu un financement d’amorçage de l’équipe de Canoe il y a six ans. Rafi Nous nous attendons à ce que le stockage en gros de l’énergie devienne un des points centraux du développement énergétique », dit Rafi Tahzamian. Depuis lors, Hydrostor a reçu une injection de capitaux de 250 millions $US de Goldman Sachs Private Equity. Hydrostor a maintenant une participation au secteur importante et de qualité, et elle est extrêmement bien capitalisée pour tirer parti de nombreuses opportunités différentes, dit-il.

Halliburton Co. (HAL), le plus gros fournisseur nord-américain de services sur les champs pétroliers, est aussi un de ses placements préférés. Halliburton a évolué pour devenir la première société d’ingénierie de forage, avec des services commerciaux et des équipements en constante amélioration, surtout dans le domaine du pompage à pression. « Compte tenu du fait qu’il reste peu d’équipements de placement et que la capacité d’obtenir du personnel est si serrée, nous croyons que ce groupe est sur le point d’avoir un pouvoir de fixation des prix, dit Rafi Tahmazian. Halliburton s’attend à ce que son parc soit utilisé à plus de 90 % au cours des trimestres qui s’annoncent. »  

Dans l’avenir, «peut-être que cet espace des énergies alternatives va être anticyclique dit Rafi Tahmazian. J’ai en ce moment une société de recyclage de l’eau, une entreprise de biodiesel et une firme de stockage de batteries, et ce sont toutes des entités très puissantes qui atténueront beaucoup de la volatilité des entreprises traditionnelles quand les choses commenceront à devenir agitées».

En songeant au fonds, « je dis toujours aux gens que le meilleur outil qu’ils puissent utiliser pour acheter des fonds, si l’on est constructif sur le secteur, ce que de toute évidence nous sommes aujourd’hui, est d’acheter mes fonds au cours lorsqu’ils sont au plus bas, et pas lors d’une reprise. 

 

À la une

À surveiller: Saputo, Empire et CAE

Il y a 16 minutes | Denis Lalonde

Que faire avec les titres de Saputo, Empire et CAE? Voici quelques recommandations d’analystes.

Attention avec la révolution des «Top Guns»

EXPERT. Ne rêvons pas en couleur. Rappelons-nous que la classe managériale n’a pas toutes les réponses à nos problèmes

Bourse: Wall Street ouvre en ordre dispersé, attentisme avant Nvidia

Mis à jour il y a 43 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto ouvre en baisse.