D'énormes flux de trésorerie attendus pour les pétrolières

Publié le 17/05/2021 à 17:03

D'énormes flux de trésorerie attendus pour les pétrolières

Publié le 17/05/2021 à 17:03

Par La Presse Canadienne

(Photo: Getty Images)

Un groupe de cinq grandes sociétés canadiennes de sables bitumineux devrait générer des flux de trésorerie nets d’environ 60 milliards $ au cours des deux prochaines années, et n’en consacrera que la moitié aux dividendes et aux dépenses en immobilisations, le reste devant aller au remboursement de leur dette et au partage avec leurs actionnaires. 

Dans un rapport, l’analyste William Lacey, de la firme ATB Capital Markets, a indiqué s’attendre à ce que les entreprises répètent leurs éblouissantes performances financières du premier trimestre de 2021 pendant le reste de l’année et en 2022, à condition que le cours de référence du baril de pétrole brut West Texas Intermediate se maintienne près de 60 $ US. 

Le groupe composé de Canadian Natural Resources, Suncor Énergie, la Pétrolière Impériale, Cenovus Energy et MEG Energy, devraient ainsi obtenir 59 milliards $ de plus en liquidités que ce dont elles ont besoin de dépenser pour leur exploitation, dont environ 23,2 milliards $ iront aux budgets d’immobilisations et environ 9 milliards $ aux dividendes.

Selon le rapport, cela laissera environ 26,8 milliards $ pour rembourser la dette, racheter des actions à des fins d’annulation et augmenter les dividendes. 

M. Lacey a noté que les cinq sociétés avaient été cohérentes en définissant des objectifs d’endettement et de rendement pour les actionnaires pour tous les flux de trésorerie à court terme, plutôt que de choisir de dépenser pour accroître la production de manière organique ou en achetant d’autres sociétés ou actifs. 

Le rapport indique que les entreprises canadiennes sont attrayantes pour les investisseurs par rapport à leurs rivales américaines, car elles sont plus fortement axées sur la production de pétrole. 

«En supposant que les prix du WTI restent dans les environs de 60 $ US le baril, nous croyons que la combinaison d’importants rendements des flux de trésorerie disponibles et de valorisations exceptionnellement faibles (des actions) sera trop attrayante pour être ignorée des investisseurs généralistes, en particulier à la lumière des pressions inflationnistes soutenues et de la migration résultante vers les actifs corporels», conclut le rapport. 

 

À la une

La start-up de Sherbrooke qui veut commercialiser un médicament

03/03/2024 | Emmanuel Martinez

«Les gens pensent que l’argent coule à flots pour les start-ups, parce qu’on nous montre des exceptions.»

La start-up qui voulait faire économiser 1G$ en soins à l'Amérique du Nord

01/03/2024 | Émilie Parent-Bouchard

Une start-up de Sherbrooke propose des solutions aux victimes d'un traumatisme crânien qui doivent être opérées.

Pas de démondialisation, à l’exception des semi-conducteurs

01/03/2024 | François Normand

ANALYSE. Aucun «ralentissement durable» de la mondialisation, mais on observe une incertitude techno-géopolitique.