Batterie du futur: Hydro-Québec dans la course


Édition du 21 Mars 2015

Batterie du futur: Hydro-Québec dans la course


Édition du 21 Mars 2015

« Dans cinq ans, on devrait arriver avec une nouvelle technologie [...] qui permet- trait à une voiture électrique de faire 500 km sur une seule charge », explique Karim Zaghib, directeur du stockage d’énergie de l’Institut de recherche d’Hydro-Québec

Hydro-Québec, pour sa part, stocke généralement son énergie grâce à une technologie mécanique : le barrage. Lorsque la société d'État produit plus d'électricité qu'elle ne peut en vendre, elle ferme ainsi les vannes de ses barrages. Cela ne l'a toutefois pas empêchée de mettre sur pied Esstalion, en 2014, une coentreprise avec Sony visant à développer au Québec des systèmes de stockage d'énergie destinés aux réseaux électriques.

«Le but, c'est de faire de la R-D sur des batteries utilisant des matériaux qui ne coûtent pas cher, explique Karim Zaghib. On a choisi le lithium fer phosphate, car c'est une technologie qui a de bonnes performances et qui ne coûte pas cher à fabriquer.»

Le prix importe en effet plus que la densité pour les fournisseurs d'électricité. Toutefois, différentes technologies sont en concurrence et plusieurs d'entre elles sont déjà fabriquées à grande échelle.

Ordinateurs vestimentaires

Le 24 février, les chercheurs d'Hydro-Québec annonçaient avoir mis au point, en collaboration avec des chercheurs de Singapour, une batterie rechargeable ayant une capacité de stockage deux fois plus importante que celle des batteries lithium-ion traditionnelles.

La technologie, qui appartient à la famille des batteries lithium-ion, a recours à des nanocubes de silicates, dont la structure permet de stocker davantage de lithium dans chaque batterie. Si elles se concrétisent, elles pourraient être intéressantes pour les fabricants de montres et de lunettes intelligentes, qui ont besoin de batteries plus petites et plus performantes pour séduire les consommateurs. Selon IHS, le marché des batteries destinées aux ordinateurs vestimentaires atteindra 77 M$ en 2018.

Pour l'instant, le seul prototype de la technologie est une pile bouton analogue à celles des montres. Malgré tout, Karim Zaghib considère qu'il suffira de deux ans supplémentaires de R-D afin de commercialiser la technologie.

Toutefois, dans le monde des batteries, les nouvelles technologies passent rarement le test de la réalité. «Ça fait 30 ans que je travaille dans le monde des batteries. Quand j'étais jeune, j'avais peur que quelqu'un sorte de son garage avec la batterie qui va tout changer, lance Alain Vallée, vice-président du développement de produit chez Bathium Canada et ancien chercheur à l'IREQ. Aujourd'hui, quand j'entends des annonces de commercialisation dans deux ans ou cinq ans, je me méfie beaucoup.»

À la une

La francophonie, futur boom économique

Il y a 13 minutes | Dominique Talbot

«Il faut voir la francophonie comme une chose pour laquelle il faut passer à l’offensive.»

Se dire les vraies affaires avec courage et respect

Malgré les désaccords, il est important de continuer d’échanger pour éviter des conflits plus profonds.

Ne mettons pas trop vite la «réduflation» au pilori

EXPERTE INVITÉE. Si elle est controversée, la réduction des volumes tout en maintenant les prix est parfois nécessaire.