Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Ottawa annonce 40 M$ pour fournir à des munitions à l’Ukraine

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Ottawa annonce 40 M$ pour fournir à des munitions à l’Ukraine

Le ministre de la Défense, Bill Blair, a rencontré le Groupe de contact sur la défense en Ukraine, qui est dirigé par les États−Unis et qui comprend une cinquantaine de pays alliés. (Photo: La Presse Canadienne)

Le Canada achète des munitions d’artillerie et du matériel de vision nocturne pour l’Ukraine dans le cadre de sa dernière série d’aides au pays. 

Le ministre de la Défense, Bill Blair, a rencontré le Groupe de contact sur la défense en Ukraine, qui est dirigé par les États−Unis et qui comprend une cinquantaine de pays alliés.

Le Canada prévoit de dépenser 40 millions de dollars (M$) pour envoyer des munitions d’artillerie en Ukraine dans le cadre d’un accord avec la Tchéquie.

Les Tchèques ont déclaré le mois dernier qu’ils disposaient de 800 000 pièces de munitions et qu’ils avaient besoin de la participation d’autres pays pour les aider à acheminer ces munitions vers les lignes de front.

M. Blair affirme que des équipements de vision nocturne d’une valeur de 7,5 M$ proviennent d’une entreprise canadienne et seront envoyés aux troupes ukrainiennes.

Le soutien militaire du Canada à l’Ukraine a atteint 4 milliards de dollars au cours des deux années qui ont suivi l’invasion du pays par la Russie.

Les munitions provenant des Tchèques comprennent des cartouches de 155 mm dont l’Ukraine a désespérément besoin, et M. Blair dit souhaiter une plus grande production de ces munitions au Canada.

«La vision à long terme est d’augmenter considérablement la production de munitions ici au Canada, parce que je crois fermement que cette production a un rôle de dissuasion», a-t-il déclaré.

M. Blair n’a pas été en mesure de fournir une date précise pour l’arrivée en Ukraine du système de défense antimissile sol−air offert par le Canada.

Ce système a été acheté par l’entremise du gouvernement américain il y a plus d’un an, mais on ne sait toujours pas quand il sera produit et envoyé sur les lignes de front.