Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Mélanie Joly affirme que les pays occidentaux sont plus unis

lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Mélanie Joly affirme que les pays occidentaux sont plus unis

Le NCSM Halifax se joindra aux forces navales permanentes de l’OTAN en mer Baltique, dans la région de l’Europe centrale et orientale. (Photo: La Presse Canadienne)

Pour retrouver toute notre couverture sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie, c’est ici. NDLR. Certains contenus sont explicites et peuvent être difficiles à lire.

15:30 | La ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a déclaré que l’invasion russe de l’Ukraine avait unifié les nations occidentales comme jamais auparavant et renforcé l’alliance de l’OTAN.

S’adressant à une foule à la Munk School of Global Affairs de l’Université de Toronto, Mélanie Joly a déclaré « qu’il n’y a rien de tel que d’avoir un seul méchant » contre lequel s’unir.

Mélanie Joly a réitéré que le gouvernement fédéral est prêt à faire venir un nombre illimité de réfugiés ukrainiens et que les responsables envisagent d’éventuels ponts aériens depuis les pays européens voisins pour amener les gens au Canada.

Plus de 3,5 millions de personnes ont fui le pays jusqu’à présent au cours de l’invasion de 23 jours.

Interrogée sur les renseignements américains et la propagande russe ces derniers jours qui ont fait allusion à la possibilité d’une attaque chimique ou nucléaire en Ukraine, Mélanie Joly a dit qu’elle était « très inquiète » et que cette guerre représente la plus grande menace pour la paix mondiale depuis la Seconde Guerre mondiale.

La ministre a également déclaré que les entreprises de médias sociaux doivent en faire plus pour empêcher la propagande et la désinformation, qui, selon elle, ont été un élément clé de ce conflit.

 

 

Ottawa — La frégate de la Marine royale canadienne NCSM Halifax et un hélicoptère maritime s’apprêtent à quitter le Canada afin d’aller rejoindre le NCSM Montréal dans le cadre de l’opération REASSURANCE de l’OTAN. 

La ministre de la Défense nationale, Anita Anand, explique que cette mission du NCSM Halifax s’inscrit dans le cadre de l’annonce par le gouvernement du Canada d’un soutien militaire supplémentaire aux opérations de l’OTAN en Europe centrale et orientale face à l’invasion non provoquée de l’Ukraine par la Russie.

Le NCSM Halifax se joindra aux forces navales permanentes de l’OTAN en mer Baltique, dans la région de l’Europe centrale et orientale. 

Le NCSM Montréal, qui a quitté Halifax le 19 janvier dernier, a déjà rejoint le 2e Groupe maritime permanent de l’OTAN en mer Méditerranée. 

Le NCSM Halifax, long de 134 mètres, est en service depuis 1992. Il est basé au port d’Halifax.

 

Le Canada félicite la Francophonie d’avoir condamné l’invasion russe

Québec — «Ça a été une négociation ardue.» C’est dans ces termes que Nadine Girault résume l’adoption d’une résolution contre l’invasion russe en Ukraine à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

En entrevue jeudi soir, à son retour de Paris, la ministre des Relations internationales s’est remémoré la journée de mercredi, qui a été presque entièrement consacrée à peser et soupeser chacun des mots de la résolution.

«On devait passer ce point-là en matinée, finalement, on l’a passé à la toute fin de la journée parce que ça négociait encore durant la journée. Ça a été une résolution qui a été très ardue à négocier», a relaté la ministre.

Elle a dit avoir vécu là-bas sa toute première expérience de «diplomatie pure».

«La Russie, de son côté, faisait des appels aussi, là, mettait de la pression aussi. On ne nous l’a pas dit, mais on le sentait. Il y a des pays d’Afrique qui sont très bien supportés par la Russie, qui ont été supportés dans les dernières années par la Russie. On le sentait dans les discussions.

«Il y a eu un gros travail qui a été fait pour faire réaliser à tout le monde que oui, on a chacun nos intérêts ; par contre, il faut regarder l’intérêt global», rapporte Mme Girault.

Les pays membres de l’OIF ont finalement adopté par consensus une résolution de trois pages, qui «réprouve avec vigueur» l’invasion russe et «condamne les violations du droit international, (…) y compris la violation de l’intégrité territoriale et de la souveraineté de l’Ukraine».

Ils ont demandé un cessez-le-feu immédiat et sans condition, ainsi que le retrait par la Russie de ses forces militaires, et ont appelé à un règlement pacifique et rapide du conflit en cours.

Cette résolution a été adoptée dans le cadre de la 40e session extraordinaire de la Conférence ministérielle de la Francophonie, 21 jours après le début de la guerre en Ukraine.

L’Ukraine est un membre observateur de l’OIF.

Dans les dernières semaines, le Québec et le Canada avaient plaidé en faveur d’une condamnation sans équivoque de l’agression militaire de l’Ukraine par la Russie.

Mme Girault avait qualifié le silence de l’OIF d’«étonnant», affirmant qu’elle irait à Paris «faire pression» pour que l’organisation adopte une position officielle.

«Honnêtement, je suis très contente. C’est une résolution qui est solide, qui est ferme, qui va dans le même sens que la motion qu’on avait adoptée à l’Assemblée nationale», a-t-elle affirmé, jeudi.

 

Joly félicite l’OIF

Au terme de la conférence à Paris, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a également félicité l’OIF de s’être prononcée contre l’invasion russe en Ukraine.

Elle a souligné qu’en tant que deuxième organisation internationale en importance, la Francophonie avait une voix forte dans le monde et pouvait contribuer aux efforts diplomatiques visant à trouver une solution à la crise.

«Cette session extraordinaire revêtait une importance particulière», a déclaré Mme Joly par communiqué, jeudi.

«L’invasion de l’Ukraine (…) va à l’encontre des valeurs de paix et de solidarité qui constituent le fondement de la Francophonie. Ces valeurs (…) sont enchâssées et (…) se retrouvent au cœur de ses actions.

«Le Canada félicite les membres de l’OIF de s’être prononcés contre l’agression militaire ordonnée par le président (Vladimir) Poutine envers l’Ukraine», a conclu Mme Joly.

L’OIF compte 88 États et gouvernements: 54 membres, 7 membres associés et 27 observateurs.