Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

États-Unis: les travailleurs de Mack Trucks entament une grève

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

États-Unis: les travailleurs de Mack Trucks entament une grève

L'UAW représente environ 4000 travailleurs de Mack dans trois États. (Photo: Associated Press - La Presse Canadienne)

 

États-Unis: les travailleurs syndiqués de Mack Trucks entament une grève lundi matin
   
from 
La Presse canadienne
Sun Oct 08 2023 22:19:12 (14 hours)
# 1.
DÉTROIT — Les travailleurs syndiqués de Mack Trucks ont voté contre un accord de principe de cinq ans conclu avec l’entreprise et prévoient de faire grève à 7 heures du matin lundi, a annoncé le syndicat United Auto Workers.
Le président du syndicat, Shawn Fain, a déclaré dans une lettre adressée à Volvo Trucks, la société mère de Mack, que 73% des travailleurs avaient voté contre l’accord lors du décompte des résultats dimanche.
L’UAW représente environ 4000 travailleurs de Mack dans trois États. Les dirigeants syndicaux étaient parvenus à un accord de principe sur l’accord le 1er octobre.
L’accord prévoyait une augmentation de salaire de 19% sur la durée du contrat et de 10% lors de la ratification. Il y avait également une prime de ratification de 3500 $, aucune augmentation des cotisations hebdomadaires de soins de santé, une augmentation des paiements forfaitaires annuels pour les retraités et une somme forfaitaire annuelle 401(k) de 1000$ pour compenser les coûts de soins de santé pour les employés qui ne bénéficient pas d’assurance maladie après la retraite.
M. Fain a déclaré, dans sa lettre adressée au responsable des relations du travail de Volvo Trucks, que les employés travaillant tôt lundi quitteront les usines après avoir effectué les tâches nécessaires pour éviter d’endommager les équipements de l’entreprise.
Les travailleurs se trouvent en Pennsylvanie, dans le Maryland et en Floride.
M. Fain a écrit que les membres de l’UAW et les travailleurs de tout le pays recherchent leur juste part des salaires et des avantages sociaux. «Le syndicat reste déterminé à explorer toutes les options pour parvenir à un accord, mais nous n’y sommes clairement pas encore», a-t-il fait valoir.
L’entreprise et le syndicat sont toujours divisés sur les horaires de travail, la santé et la sécurité, les pensions, les soins de santé, la couverture des médicaments sur ordonnance, les heures supplémentaires et d’autres questions, a-t-il écrit.
Le contrat a peut-être été annulé en raison des attentes élevées que Fain a établies lors des négociations avec les trois constructeurs automobiles de Détroit. Lors de ces négociations, l’UAW a demandé une augmentation de 36% sur quatre ans, tandis que Ford a proposé 23% et les deux autres sociétés sont à 20%.
Le syndicat s’est mis en grève dans certaines usines gérées par General Motors, Ford et le fabricant de Jeep Stellantis le 15 septembre. Il a commencé avec une usine d’assemblage pour chaque entreprise, puis s’est étendu à 38 entrepôts de pièces détachées GM et Stellantis. Deux usines d’assemblage supplémentaires chez Ford et GM ont été ajoutées plus tard.
Vendredi, le syndicat a décidé de ne pas étendre les grèves à d’autres usines pour le moment après que GM ait accepté d’inclure ses usines de batteries pour véhicules électriques dans le contrat national de l’UAW, assurant qu’elles seraient syndiquées. Le syndicat a également fait état de progrès auprès des trois constructeurs automobiles.
Un message a été laissé demandant les commentaires d’un porte-parole de Volvo Trucks.
The Associated Press

 

Détroit — Les travailleurs syndiqués de Mack Trucks ont voté contre un accord de principe de cinq ans conclu avec l’entreprise et prévoient de faire grève à 7 heures du matin lundi, a annoncé le syndicat United Auto Workers.

Le président du syndicat, Shawn Fain, a déclaré dans une lettre adressée à Volvo Trucks, la société mère de Mack, que 73% des travailleurs avaient voté contre l’accord lors du décompte des résultats dimanche.

L’UAW représente environ 4000 travailleurs de Mack dans trois États. Les dirigeants syndicaux étaient parvenus à un accord de principe sur l’accord le 1er octobre.

L’accord prévoyait une augmentation de salaire de 19% sur la durée du contrat et de 10% lors de la ratification. Il y avait également une prime de ratification de 3500 $, aucune augmentation des cotisations hebdomadaires de soins de santé, une augmentation des paiements forfaitaires annuels pour les retraités et une somme forfaitaire annuelle 401(k) de 1000$ pour compenser les coûts de soins de santé pour les employés qui ne bénéficient pas d’assurance maladie après la retraite.

M. Fain a déclaré, dans sa lettre adressée au responsable des relations du travail de Volvo Trucks, que les employés travaillant tôt lundi quitteront les usines après avoir effectué les tâches nécessaires pour éviter d’endommager les équipements de l’entreprise.

Les travailleurs se trouvent en Pennsylvanie, dans le Maryland et en Floride.

M. Fain a écrit que les membres de l’UAW et les travailleurs de tout le pays recherchent leur juste part des salaires et des avantages sociaux. «Le syndicat reste déterminé à explorer toutes les options pour parvenir à un accord, mais nous n’y sommes clairement pas encore», a-t-il fait valoir.

L’entreprise et le syndicat sont toujours divisés sur les horaires de travail, la santé et la sécurité, les pensions, les soins de santé, la couverture des médicaments sur ordonnance, les heures supplémentaires et d’autres questions, a-t-il écrit.

Le contrat a peut-être été annulé en raison des attentes élevées que Fain a établies lors des négociations avec les trois constructeurs automobiles de Détroit. Lors de ces négociations, l’UAW a demandé une augmentation de 36% sur quatre ans, tandis que Ford a proposé 23% et les deux autres sociétés sont à 20%.

Le syndicat s’est mis en grève dans certaines usines gérées par General Motors, Ford et le fabricant de Jeep Stellantis le 15 septembre. Il a commencé avec une usine d’assemblage pour chaque entreprise, puis s’est étendu à 38 entrepôts de pièces détachées GM et Stellantis. Deux usines d’assemblage supplémentaires chez Ford et GM ont été ajoutées plus tard.

Vendredi, le syndicat a décidé de ne pas étendre les grèves à d’autres usines pour le moment après que GM ait accepté d’inclure ses usines de batteries pour véhicules électriques dans le contrat national de l’UAW, assurant qu’elles seraient syndiquées. Le syndicat a également fait état de progrès auprès des trois constructeurs automobiles.

Un message a été laissé demandant les commentaires d’un porte-parole de Volvo Trucks.

 

Par Associated Press