Crise en mer Rouge: le port Vancouver est une alternative intéressante

Publié le 12/01/2024 à 10:30

Crise en mer Rouge: le port Vancouver est une alternative intéressante

Publié le 12/01/2024 à 10:30

Par François Normand

À l’heure actuelle, exporter un conteneur de Montréal à Singapour via le port de Vancouver nécessite environ 13 jours de moins que par le canal de Suez, en plus de coûter seulement 100 $US de plus. (Photo: 123RF)

Depuis le début de la guerre Hamas-Israël, les attaques des Houthis yéménites contre la marine marchande en mer Rouge compliquent la vie d'entreprises nord-américaines de la côte est qui exportent ou importent des produits en Asie via le canal de Suez. Or, le port de Vancouver peut être une alternative pour des entreprises québécoises, disent des spécialistes.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, les États-Unis et le Royaume-Uni ont d’ailleurs bombardé – avec l’appui politique de pays comme l’Australie, le Canada et Bahreïn – des positions des rebelles houthis au Yémen afin réduire les attaques dans cette voie maritime où transite environ 12% du commerce mondial, selon la Chambre internationale de la marine marchande (CIMM).

Alliés de l’Iran, les Houthis contrôlent le nord-ouest du Yémen, un pays en guerre civile, et ils attaquent des navires à l’aide de missiles et de drones.

La crise en mer Rouge survient alors que les activités du canal de Panama sont déjà perturbées en raison d’une sécheresse dans ce pays d’Amérique centrale. Celle-ci a réduit le niveau d’eau dans ce passage maritime reliant les océans Atlantique et Pacifique.

Face au danger de naviguer en mer Rouge, un nombre grandissant de navires évitent même le canal de Suez en raison des attaques, rapporte l’Agence France-Presse.

 

Environ 12% du commerce mondial transite par le canal de Suez, selon la Chambre internationale de la marine marchande (CIMM). (Photo: 123RF)

Selon le Fonds monétaire international (FMI), les volumes de marchandises qui transitent par le canal de Suez ont diminué de 35% durant la semaine du 1er janvier par rapport à la période correspondante l’an dernier.

La crise en mer Rouge représente aussi un défi pour les entreprises du Québec qui utilisent le port de Montréal pour exporter ou importer des produits en Asie du Sud-Est et en Inde via le canal de Suez, la route commerciale la plus logique pour échanger avec cette partie du continent asiatique.

En revanche, Jacques Roy, spécialiste en logistique et directeur du Groupe de recherche CHAÎNE (spécialisé dans l’intégration de la chaîne logistique) à HEC Montréal, fait remarquer qu’il est sans doute plus logique de passer par le port de Vancouver pour échanger des marchandises avec le nord-est de l’Asie.

Cette région comprend des marchés clés pour le Québec comme la Corée du Sud, le Japon et la Chine.

 

Prime de risque de 200 $US dans le canal de Suez

Même si les États-Unis et leurs alliés essaient de protéger les navires marchands en mer Rouge, ces attaques augmentent les coûts – aucun délai majeur n'a été rapporté à ce jour – pour expédier un conteneur de la côte est de l’Amérique du Nord au Sud-est asiatique, selon une estimation effectuée pour Les Affaires par un transitaire de la région de Montréal.

Il s’agit d’une estimation pour acheminer un conteneur de 20 pieds de Montréal à Singapour via le canal de Suez en passant par la mer Méditerranée.

Habituellement, de 44 à 47 jours sont nécessaires pour se rendre à Singapour à un coût approximatif de 1500 $US (2011 $CA). Or, à l’heure actuelle, les armateurs maritimes facturent une prime de risque de 200 $US, ce qui fait grimper les coûts totaux à 1700 $US.

Dans ce contexte, l’utilisation du port de Vancouver pour expédier un conteneur en Asie du Sud-Est peut devenir une option intéressante pour des entreprises québécoises, selon Christian Sivière, spécialiste en commerce international et président de la firme de consultants Solimpex.

«Vancouver redevient en effet la meilleure alternative», affirme-t-il.

Selon les calculs de notre transitaire, il faut compter de 31 à 34 jours via cette route, et ce, à un coût approximatif de 1800 $US (2413 $CA) – le temps et les coûts tiennent comptent du transport par train du conteneur entre Montréal et Vancouver.

Par conséquent, à l’heure actuelle, exporter un conteneur de Montréal à Singapour via le port de Vancouver nécessite environ 13 jours de moins que par le canal de Suez, en plus de coûter seulement 100 $US de plus.

 

À la une

Il faut concentrer les investissements en R-D, dit le Conseil de l’innovation du Québec

L’État devrait davantage concentrer les investissements en R-D dans certains secteurs, selon le Conseil de l’innovation.

1T: Meta dépasse les attentes avec 12,4G$US de profits

16:31 | AFP

Le marché est enthousiasmé par les perspectives du groupe américain dans l'IA.

1T: Rogers annonce une chute de 50% de son bénéfice

Mis à jour à 13:45 | La Presse Canadienne

L'entreprise a dû faire face à des coûts plus élevés liés à ses efforts d'acquisition et de restructuration de Shaw.