Le grand luxe du futur Four Seasons trouve déjà preneur

Publié le 21/02/2018 à 06:00

Le grand luxe du futur Four Seasons trouve déjà preneur

Publié le 21/02/2018 à 06:00

Les unités résidentielles situées aux cinq étages supérieurs du Four Seasons offrent une vue sur le centre- ville. [Photo : Lemay / Sid Lee Architecture / Carbonleo]

Même si les rénovations d'Ogilvy par Holt Renfrew se prolongeront encore au moins jusqu'en 2020, le promoteur du futur nouvel hôtel Four Seasons, attenant au grand magasin de la rue Sainte-Catherine, a déjà trouvé preneur pour la moitié des unités résidentielles de grand luxe liées au projet.

« On observe davantage de profondeur dans le marché que bien des gens l'anticipaient à Montréal. À preuve, je vous confirme que 50 % de nos résidences privées sont déjà vendues », a confié à Les Affaires, l'homme d'affaires Andrew Lutfy, que l'on retrouve derrière le projet d'envergure de 250 M $ actuellement en construction, rue de la Montagne, au centre-ville de Montréal.

Andrew Lutfy est le président et chef de la direction du Groupe Dynamite, entreprise privée qui exploite, dans 10 pays dans le monde, les populaires chaînes de vêtements pour femmes Garage et Dynamite. Le Montréalais est également à la tête d'Immobilier Carbonleo, à qui l'on doit notamment le Quartier Dix30, à Brossard, de même que le projet commercial Royalmount, projeté à l'intersection des autoroutes Décarie et Métropolitaine, à Montréal.

Le projet Four Seasons de 250 M $, actuellement en construction en lieu et place de l'ancien Hôtel de la Montagne, prévoit l'érection d'un hôtel cinq étoiles de 18 étages, comprenant 166 chambres et suites, trois restaurants, une galerie marchande de quelque 50 000 pieds carrés gérée par Holt Renfrew et 18 résidences privées.

Situées aux cinq étages supérieurs du futur établissement hôtelier, ces unités résidentielles, de superficies variant de 2 886 pi2 à 4 419 pi2, ne sont pas pour toutes les bourses. Selon leur dimension, leur prix de vente varie entre 3,5 M $ et 8,5 M $, le tout avant taxes et stationnement. Pour leur part, les deux unités de penthouses toujours invendues, de 5 812 pi2 et de 6 910 pi2, s'offrent respectivement aux prix de 11,5 M $ et de 15 M $, également avant taxes et espace de stationnement.

L’hôtel et résidences Four Seasons Montréal s’érige au coeur de l’arrondissement Ville-Marie, à côté de la Maison Ogilvy. [Photo : Lemay / Sid Lee Architecture / Carbonleo]

« J'avais entendu dire qu'il ne se vendait qu'un seul condo de plus de 5 M $ aux deux ans à Montréal, se souvient Andrew Lutfy. À ce rythme, poursuit-il, on me laissait entendre que j'en aurais peut-être pour trente ans à les vendre. Or, après seulement neuf mois d'activité, la moitié a trouvé preneur. Inutile de vous dire que j'en suis ravi. »

La concurrence n'inquiète pas

Sans savoir si la tendance se maintiendra, l'homme d'affaires garde espoir de parvenir à écouler les neuf appartements et penthouses restants avant longtemps. Situé sur la rue de la Montagne, tout juste au sud du boulevard de Maisonneuve Ouest, l'hôtel Four Seasons se trouvera à quelques dizaines de mètres seulement de l'hôtel Ritz-Carleton, rue Sherbrooke, et du tout aussi chic hôtel Mount Stephen, rue Drummond.

Une concurrence qui n'inquiète d'aucune manière le premier intéressé.« Avec la vue sur le centre-ville, les fenestrations abondantes, des plafonds de 11 à 12 pieds et demi de hauteur, notre projet est si unique, qu'il ne peut se comparer à aucun autre à Montréal, répond M. Lutfy, avec aplomb. Vous auriez beau chercher, vous ne trouveriez aucun équivalent. J'en suis convaincu. »

Il est vrai qu'en plus de comporter tous les services habituels (spa, piscine intérieure, centre de conditionnement physique, salle de bal, restaurants et parc de stationnement souterrain de 400 espaces, l'établissement offrira en prime l'avantage d'être directement relié au magasin Ogilvy voisin. Il sera ainsi possible pour les résidents de l'hôtel d'aller y faire leurs emplettes sans même avoir à mettre le pied à l'extérieur.

Comme on le sait, le grand magasin de luxe, fondé en 1866, a été racheté en 2011 par Selfridges Group, propriété de la richissime famille Weston de Toronto qui, en plus de Loblaw, possède également les magasins Holt Renfrew. En 2013, il a été décidé que Holt Renfrew déménagerait dans l'édifice patrimonial d'Ogilvy, rue Sainte-Catherine Ouest, à l'angle de la rue la Montagne.

Les travaux de rénovation de quelque 100 M $, devant permettre l'intégration d'Holt Renfrew dans l'édifice d'Ogilvy, devaient se terminer à la fin de 2017. Mais devant l'ampleur de la tâche, incluant l'ajout de 80 000 pi2 pour un total de 240 000 pi2, l'entreprise n'a pas eu d'autres choix que de repousser la fin des travaux à l'année 2020.

Est-ce que cette décision nuira aux ventes de Four Seasons ? Pas vraiment, estime M. Lutfy, qui rappelle que le magasin de luxe doit en principe demeurer ouvert pendant toute la durée des travaux. C'est aussi pendant cette période que Holt Renfrew développera une galerie marchande de quelque 50 000 pi2, répartie sur quatre étages, incluant la future SAQ Signature.

Les firmes Sid Lee Architecture et Lemay ont travaillé au concept architectural de l'hôtel, et le design des résidences est l'oeuvre de Philip Hazan. Le maître d'oeuvre des travaux est Pomerleau. Si tout se déroule comme prévu, l'hôtel Four Seasons ouvrira ses portes en mars 2019, avec quelques mois de retard sur l'échéancier initial.

À la une

La partie n'est pas encore gagnée pour Saputo

10:53 | Jean Gagnon

BOUSSOLE BOURSIÈRE. Il est un peu tôt pour affirmer que la faiblesse du titre de Saputo est maintenant chose du passé.

Un bon test pour mesurer la qualité de vos entreprises

EXPERT INVITÉ. Une façon simple de mesurer la qualité d’une entreprise est de consulter l’évolution de son titre.

Bourse: la Bourse de Toronto en baisse de plus de 250 points à mi-séance

Mis à jour il y a 33 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York évolue dans le rouge.