Vers des discussions sur la tarification du carbone au sommet Canada-Union européenne

Publié le 23/11/2023 à 16:13

Vers des discussions sur la tarification du carbone au sommet Canada-Union européenne

Publié le 23/11/2023 à 16:13

Par La Presse Canadienne

Un responsable de l’Union européenne (UE) s’attend «fortement» à ce que le sujet du prix sur la pollution «se présente» quand les dignitaires reçus au Canada aborderont le Pacte vert sur lequel ils travaillent. (Photo: La Presse Canadienne)

Tout indique que la tarification du carbone s’invitera à la table de discussions entre les leaders européens et le premier ministre Justin Trudeau qui se réunissent, dès jeudi, à Terre−Neuve−et−Labrador. 

Ces conversations surviendront quelques semaines après l’ouverture d’une brèche dans la politique canadienne en la matière.

Un responsable de l’Union européenne (UE) s’attend «fortement» à ce que le sujet du prix sur la pollution «se présente» quand les dignitaires reçus au Canada aborderont le Pacte vert sur lequel ils travaillent.

Ce représentant européen, qui s’est exprimé mercredi sous le couvert de l’anonymat afin de pouvoir parler plus librement, a affirmé que «le Canada et l’UE sont très investis dans l’importance d’étendre la couverture globale de la tarification du carbone».

Il a toutefois mentionné qu’il existe présentement «un débat» entourant ce type de politiques et de façon plus large, sur les meilleures façons d’atteindre la carboneutralité d’ici 2050.

Le mois dernier, le gouvernement Trudeau a annoncé qu’il effectuait une brèche temporaire dans sa politique phare de tarification du carbone. Cette mesure est présentée par Ottawa comme une pièce maîtresse du plan canadien de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Une responsable de l’UE qui s’est également entretenue mercredi avec les médias a soutenu que le Canada a joué un rôle actif, sur la scène internationale, dans les discussions avec les États européens sur la tarification du carbone. Elle a exprimé une volonté de «continuer de mener par l’exemple».

La brèche consentie par Justin Trudeau aux Canadiens est, plus précisément, un sursis de trois ans de la taxation sur le carbone pour les propriétaires qui dépendent d’un système de chauffage au mazout. Les libéraux prévoient aussi un financement pour aider les gens à passer au chauffage électrique.

Les Canadiens les plus touchés par l’exemption temporaire sont ceux qui résident en Atlantique. 

Le directeur de la recherche pour l’organisation Net Zero Altantic s’intéressant aux politiques énergétiques, Sven Scholtysik, compte surveiller de près les engagements que pourraient réaffirmer le Canada et l’Europe envers un partenariat florissant au chapitre de l’hydrogène. 

«Je prêterais attention à un bon point focal sur le Canada Atlantique se présentant en tant que région et en tant que région la plus proche de l’Allemagne», a-t-il dit en entrevue.

M. Trudeau a signé l’an dernier une entente en matière d’hydrogène avec le chancelier allemand Olaf Scholz.

Dans les Maritimes, un projet mené par EverWind Fuels a déjà passé l’étape des évaluations environnementales en Nouvelle−Écosse. Une autre initiative, celle−ci de World Energy GH2, en est rendue aux derniers jalons d’un procédé similaire à Terre−Neuve−et−Labrador.

Dans le cas de ces deux entreprises, la production devrait commencer au cours des années à venir.

«Beaucoup doit survenir afin de (s’aligner avec) ces échéances, et je suis heureux que cette discussion se poursuive au niveau politique. C’est quelque chose qui nécessite une focalisation continue pour que ce soit réaliste», croit M. Scholtysik.

 

Guerres en Ukraine et au Proche−Orient 

Durant le sommet Canada−UE,les leaders européens réitéreront sans doute leur volonté de réduire la dépendance envers la Russie en matière énergétique.

Des discussions ont cours avec Ottawa depuis des mois sur les possibilités qu’offre l’exportation de gaz naturel liquéfié. Le manque d’infrastructures connectant le Canada à l’Europe est l’un des défis qui entrent en ligne de compte, ont rappelé les représentants de l’UE.

De façon plus générale, la guerre en Ukraine et ses multiples répercussions devraient figurer en tête de la liste de priorités durant le sommet.

L’UE s’attend aussi à ce que la flambée de violences au Proche−Orient domine, en bonne partie, les discussions entre alliés.

M. Trudeau aura l’occasion de s’entretenir avec le président du Conseil européen, Charles Michel, et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Jeudi, le coup d’envoi du sommet doit être donné par une réception, en soirée, pour les dignitaires venus de l’Europe. Le premier ministre canadien doit y prononcer une allocution.

À son arrivée à Terre−Neuve, en après−midi, M. Trudeau s’est rendu à la rencontre d’étudiants d’une école de métiers située dans un quartier industriel de Mount Pearl, qui se trouve à environ huit kilomètres au sud−ouest de Saint−Jean.

Une quinzaine d’apprentis qui suivent une formation de tuyauteur ont montré au premier ministre, au moyen d’outils, ce qu’ils apprennent dans leur cours.

Selon les responsables de l’UE qui ont parlé aux médias, le choix de Terre−Neuve pour la tenue du sommet était un choix personnel de M. Trudeau qui offrira aux dirigeants européens la vue de panoramas pittoresques.

− Avec des informations de Sarah Smellie

Émilie Bergeron, La Presse Canadienne

 

 

À la une

Le Québec pâtira-t-il de la guerre commerciale verte avec la Chine?

ANALYSE. Les producteurs d’acier craignent que la Chine inonde le marché canadien, étant bloquée aux États-Unis.

Bourse: Wall Street finit en ordre dispersé, le Dow Jones clôture au-dessus des 40 000 points

Mis à jour à 17:36 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé.

À surveiller: AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed

Que faire avec les titres AtkinsRéalis, Boralex et Lightspeed? Voici des recommandations d’analystes.