Plus de travail préparatoire est nécessaire dans les relations canado-américaines

Publié le 11/06/2024 à 14:40

Plus de travail préparatoire est nécessaire dans les relations canado-américaines

Publié le 11/06/2024 à 14:40

Par La Presse Canadienne

Le chef de BMO affirme qu'il n'y a pas de place à la complaisance dans les relations commerciales entre le Canada et les États-Unis, alors que la banque co-organise une conférence axée sur les principaux problèmes auxquels sont confrontés les deux pays. (Photo: La Presse Canadienne)

Il faut faire davantage pour maintenir les relations nord-américaines dans un monde de plus en plus compétitif et instable, ont soutenu des intervenants, mardi, lors d'un sommet sur les relations entre le Canada et les États-Unis à Toronto. 

Le Canada doit faire davantage pour préparer le terrain dès aujourd'hui, afin d'éviter d'être à nouveau surpris par des négociations sur un accord commercial, a souligné Darryl White, chef de la direction de BMO, qui a co-organisé la conférence avec le Eurasia Group. 

«Il est juste de dire que les milieux d'affaires et le public ont été pris au dépourvu lorsque l'ALENA a été réexaminé, a indiqué M. White.Nous devons être plus prêts cette fois-ci.» 

Il estime que les Canadiens n'avaient pas saisi le niveau d'opposition, aux États-Unis, à l'égard de l'accord et qu'il est crucial d'élargir le soutien à la relation commerciale. 

«Les dirigeants des secteurs privé et public doivent s'assurer que les avantages principaux de partenariats plus approfondis dans un monde de plus en plus complexe sont bien compris.»

L'ambassadeur des États-Unis au Canada, David Cohen, a assuré aux participants qu'aucun changement sismique n'était imminent alors que l'accord commercial nord-américain doit être renouvelé en 2026.

«Il ne s'agit pas d'une renégociation, a-t-il expliqué. C'est une révision, (...) les États-Unis n'ont aucun intérêt à renégocier.»

 

Dépenses en défense

D'autres questions entre les deux pays, notamment les dépenses limitées de défense du Canada et les problèmes frontaliers, ont également été abordées, même si les intervenants ont cherché à minimiser ces préoccupations. 

La ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a cherché à assurer que le Canada avait entendu les critiques et envisageait d'augmenter ses dépenses.

«Les Canadiens comprennent maintenant que le monde a changé et que nous devons investir davantage dans la défense.

En avril, le gouvernement fédéral a annoncé des plans de dépenses qui porteraient les dépenses à 1,76% du PIB d'ici la fin de la décennie, bien que ce soit encore en deçà des 2% visés par l'OTAN. 

Malgré le fait que le déficit actuel soit une source de tensions chez certains politiciens américains, la ministre Joly a souligné que le Canada cherchait à augmenter davantage ses dépenses. 

«Je suis convaincue que nous pouvons être sur la voie d'atteindre 2%», a-t-elle assuré.

 

Relation stratégique essentielle 

L'importance des dépenses de défense survient alors que le monde est confronté à des conflits sur plusieurs fronts, a déclaré Ian Bremmer, président et fondateur du Eurasia Group. 

«Nous nous trouvons dans une situation matériellement plus dangereuse qu'il y a un an.»

Il a affirmé que, compte tenu de l'incertitude qui règne dans le monde, il est d'autant plus important de maintenir les relations entre le Canada et les États-Unis. 

«Cette relation n'est plus seulement agréable, elle est de plus en plus stratégiquement essentielle.»

Sur le même sujet

À la une

La taxe fédérale sur l'investissement

Mis à jour il y a 12 minutes | Daniel Dufort

EXPERT INVITÉ. La ligne qui nous sépare de la confiscation pure et simple est parfois bien mince.

7 astuces pour réduire vos frais d'avocats

16/06/2024 | Manuel St-Aubin

EXPERT INVITÉ. Les acteurs judiciaires ont à cœur la mission de rendre justice, même si tout n’est pas parfait.

La course aux stages 2.0

Édition du 22 Mai 2024 | Claudine Hébert

Les cabinets d'avocats ont adapté les 5 à 7 aux nouvelles règles de la société.