L'essence coûte plus cher à Québec; les détaillants sommés de s'expliquer

Publié le 25/10/2023 à 13:25, mis à jour le 25/10/2023 à 16:27

L'essence coûte plus cher à Québec; les détaillants sommés de s'expliquer

Publié le 25/10/2023 à 13:25, mis à jour le 25/10/2023 à 16:27

Le ministre de l’Énergie, Pierre Fitzgibbon (Photo: La Presse Canadienne/Jacques Boissinot)

Alors que la Régie de l'Énergie confirme que le carburant coûte plus cher à Québec, le ministre de l’Énergie, Pierre Fitzgibbon, veut des explications des cinq principaux détaillants d'essence de la région de la Capitale-Nationale. Il réclame également une enquête.

«On note depuis deux ans une hausse des marges des essenceries ici à Québec. [...] On va convoquer les cinq essenceries pour venir nous rencontrer au ministère pour qu'on puisse discuter de ce qui a pu se passer depuis quelques années qui justifierait cette marge additionnelle», a-t-il affirmé en point de presse à l'Assemblée nationale mercredi.

Les marges de détail estimées dans les stations d'essence de la Capitale-Nationale sont au-dessus de la moyenne du reste du Québec depuis 2021. Elles sont passées de 4,37 cents le litre en 2018 à plus de 14,97 cents le litre en 2023.

Les cinq détaillants convoqués sont Couche-Tard, Pétroles Cadeko, Harnois Énergies, Costco Wholesale Canada et Sobeys.

Dans son avis, la Régie de l'énergie indique que «les pratiques de prix et les marges de détail plus élevées sur le marché de la vente au détail de l’essence dans la région de la Capitale-Nationale s’expliquent principalement par une plus forte concentration de l’offre que ce que l’on retrouve en moyenne dans le reste du Québec».

«Depuis 2019, la part de marché détenue par les cinq plus grands distributeurs a progressé de dix points de pourcentage pour s’établir en 2022 à près de 85% du volume des ventes d’essence dans la région de la Capitale-Nationale, alors que pour l’ensemble du Québec, les cinq plus grands distributeurs comptent pour 70% des volumes de vente», poursuit-on.

Le ministre Fitzgibbon va également demander au Bureau de la concurrence du Canada d'enquêter. «Ça prend une enquête. Loin de moi l'idée de dire qu'il y a eu de la collusion. Alors, il faut que le Bureau de la concurrence regarde, fasse des analyses au niveau des compétences pour déterminer s'il y a eu une concertation entre les joueurs», a-t-il affirmé.

Le ministre n'envisage pas de fixer un prix plafond, du moins pas pour l'instant. «Fixer un prix plafond, bien, techniquement, tout le monde s'en va au plafond, alors je n'irai pas jouer à tous les jours sur le prix. Ce n'est pas le métier que je suis venu faire, puis ce n'est pas au gouvernement non plus, je pense, à légiférer. Mais le gouvernement, par contre, doit tenir compte de la population qui était fâchée», a-t-il soutenu.

Les prix de l'essence sont également une préoccupation pour la région de Chaudière-Appalaches. Un rapport de la Régie de l'énergie est d'ailleurs attendu dans les prochaines semaines à ce sujet, a indiqué le député de Beauce-Sud, Samuel Poulin.

«Le Bureau de la concurrence était à Saint-Georges il y a deux semaines, ils ont confirmé l'ouverture d'une enquête. Et j'ai aussi référé des dizaines de citoyens qui disaient détenir de l'information concernant la fixation du prix de l'essence à Saint-Georges, qui est souvent plus élevé qu'ailleurs au Québec», a-t-il expliqué.

 

«Un pas dans la bonne direction», selon CAA-Québec

Dans un communiqué publié mercredi après-midi, CAA-Québec souligne que l’intention du ministre Pierre Fitzgibbon de rencontrer les cinq principaux détaillants d’essence de la région de la Capitale-Nationale est «un pas dans la bonne direction».

«Il y a des incongruités à la pompe à Québec et des explications s’imposent. Les consommateurs et consommatrices veulent obtenir leur essence à juste prix, particulièrement en contexte d’inflation comme nous le vivons présentement», a indiqué Sophie Gagnon, vice-présidente aux affaires publiques et responsabilité sociétale.

L'Association a également rappelé qu'elle avait demandé au ministre d’obtenir cet avis de la Régie de l'énergie dans une missive transmise le 18 août dernier.

Sur le même sujet

ProPulsion: une app pour redéfinir l’expérience employé

17/01/2024 | Isabelle Delorme

FOCUS RÉGIONAL. L'application mobile connecte les équipes et les encourage à être actives ensemble.

Tensio: des capteurs pour détecter les charges de neige sur les toits

17/01/2024 | Emmanuel Martinez

FOCUS RÉGIONAL. «Dans trois ans, on désire devenir un nouveau standard dans le bâtiment», souhaite le fondateur.

À la une

L’économie et l’électricité plombent les résultats de Montréal International

Mis à jour il y a 10 minutes | Dominique Talbot

Selon le PDG, le ralentissement économique à l’échelle internationale a eu des impacts importants sur les résultats.

Montréal International rapporte une baisse de 23% des investissements internationaux

Mis à jour il y a 37 minutes | La Presse Canadienne

L'organisme Montréal International a accompagné 87 projets pour un total de 2,74 milliards de dollars en 2023.

Mistral, désormais soutenu par Microsoft, lance une IA conversationnelle

Mis à jour à 14:30 | AFP

Le groupe français valorisé à quelque 2 milliards de dollars vante des performances comparables à celle de GPT-4