Une application ne pourra remplacer l'horloge de pointage

Publié le 24/11/2020 à 09:30

Une application ne pourra remplacer l'horloge de pointage

Publié le 24/11/2020 à 09:30

Par La Presse Canadienne

L’entrepreneur demandait à ses travailleurs d’utiliser une application pour indiquer leurs entrées et sorties du chantier. (Photo: 123RF)

Une application mobile sur un téléphone portable ne pourra plus servir de système pour « poinçonner » son arrivée et son départ du travail, dans les chantiers de construction, vient de statuer le Tribunal d’arbitrage.

Si un entrepreneur décide de recourir à une telle application mobile, plutôt qu’aux traditionnelles horloges de pointage et aux feuilles de temps, il devra en négocier les conditions avec les organisations syndicales de l’industrie de la construction.

Le Tribunal d’arbitrage donne ainsi raison à la FTQ-Construction, qui avait déposé un grief à la suite du recours par un entrepreneur en électricité à une telle application.

L’entrepreneur demandait à ses travailleurs d’utiliser leur téléphone portable personnel pour télécharger une application, qui permettait de poinçonner lorsqu’ils arrivaient et quittaient le chantier.

Le système n’était pas obligatoire. Les travailleurs qui le désiraient pouvaient conserver le système des « feuilles de temps » pour réclamer leurs heures de travail.

Mais le Tribunal d’arbitrage a statué que le recours à cette application mobile ne respectait pas la convention collective.

 

À la une

Énergir songe à produire elle-même du gaz renouvelable

Le cas échéant, Énergir s’allierait à un partenaire dans le monde municipal ou agricole pour cette nouvelle activité.

À surveiller: Cogeco Communication, Minière Osisko et WSP

Que faire avec les titres de Cogeco Communications, Minière Osisko et WSP? Voici quelques recommandations d’analystes.

La Banque du Canada hausse son taux directeur de 50 points de base

La décision de mercredi marquait la septième augmentation consécutive depuis le mois de mars.