Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Un seuil d’immigration à 35 000 par année, promet le PQ

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Un seuil d’immigration à 35 000 par année, promet le PQ

Ce seuil du nombre de nouveaux arrivants, qui inclut les réfugiés, est l’un des cinq axes du modèle d’immigration que propose le PQ. (Photo: La Presse Canadienne)

Sous un gouvernement du Parti québécois (PQ), le nombre de nouveaux immigrants accueillis passerait à 35 000 par année, loin de la demande de regroupements d’employeurs.

La formation politique propose de revenir au seuil d’immigration des années 1990 avant les augmentations du gouvernement Charest.

«cette époque, non seulement le français ne reculait pas à Montréal, mais on avait même observé une légère progression du français. 35 000, on pense que notre capacité d’intégration est meilleure», a expliqué le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon, lundi matin, à Lévis.

Ce seuil du nombre de nouveaux arrivants, qui inclut les réfugiés, est l’un des cinq axes du modèle d’immigration que propose le PQ.

Le parti s’engage, s’il est porté au pouvoir en octobre, d’avoir 50% des nouveaux arrivants en région avec des incitatifs financiers et une «voie rapide» pour s’y installer. Les budgets en matière d’intégration seraient par ailleurs bonifiés de 50% pour passer de 120 M$ à 180 M$ annuellement.

Un gouvernement péquiste exigerait également que 100% des immigrants économiques aient une connaissance du français avant leur arrivée. Le nombre de places disponibles pour des étudiants ne maîtrisant pas la langue Molière serait plafonné à environ 20%, correspondant au poids des étudiants fréquentant les institutions anglophones.